Aller au contenu principal

Vingt ans après son arrestation, le sort d’Abdullah Öcalan au centre de tous les regards

C’était le 15 février 1999 : au terme d’une cavale épique, le leader du PKK était capturé par la Turquie. Ennemi public pour Ankara, héros national pour des millions de Kurdes, ses conditions de détention sont désormais un enjeu politique
Des personnes font le signe de la victoire et brandissent des drapeaux à l’effigie du chef du PKK Abdullah Öcalan lors de la célébration du Newroz, le nouvel an kurde, à Istanbul le 21 mars 2018 (AFP)

C’est un des lieux les plus surveillés de la planète. L’île-prison d’İmralı – dont Abdullah Öcalan est le seul détenu – est située au beau milieu d’une zone militaire interdite, au cœur de la mer de Marmara.

Celui que beaucoup de Kurdes appellent affectueusement « Apo » (oncle, en kurde) est privé de toute communication extérieure depuis plusieurs années : si la peine de mort, initialement prononcée contre lui, a été commuée en peine de prison à vie, il n’en reste pas moins soumis à l’isolement le plus total.

En conséquence, le sort du leader du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé comme organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne, inquiète, et pas seulement dans les rangs de ses soutiens : en mars 2018, le Comité pour la prévention de la torture du Conseil de l’Europe (CPT) exprimait sa vive inquiétude quant aux conditions de sa détention.

Une capture rocambolesque

Octobre 1998. Exilé depuis plusieurs années à Damas, Abdullah Öcalan finit par faire l’objet de fortes tensions diplomatiques entre Ankara et le régime de Hafez al-Assad, qui instrumentalise le PKK contre son rival territorial et idéologique turc.

Il se voit alors contraint de débuter une cavale épique : après avoir pris la route de Moscou, puis de Kiev, il tente de gagner l’Europe. Persona non grata en Grèce, il est détenu en Italie avant d’être contraint de rebrousser chemin vers la Russie, puis vers la Biélorussie.

Las de cette interminable fuite, il décide de se rendre à la Cour pénale internationale de La Haye. Mais c’est un nouvel échec, les Pays-Bas ne le laissent pas pénétrer sur leur territoire.

Abdullah Öcalan, assis dans le box des prisonniers du tribunal de l’île d’İmralı, en mai 1999 (AFP)
Abdullah Öcalan, assis dans le box des prisonniers du tribunal de l’île d’İmralı, en mai 1999 (AFP)

Après un nouveau passage par la Grèce, c’est finalement à Nairobi qu’il est appréhendé par les services secrets turcs (MIT) le 15 février 1999, au terme d’une opération menée conjointement avec par la Turquie, la CIA et… le Mossad.

Une coopération qui, vingt ans plus tard, a de quoi surprendre.

« Pour comprendre cette alliance, il faut se replonger dans le contexte de l’époque », commente Aimad Hesso, chercheur et spécialiste de la question Kurde au Proche-Orient.

« En 1996, la Turquie et Israël ont signé des accords de coopération militaire. Cela a permis à la Turquie de bénéficier d’une modernisation de son matériel militaire, notamment dans le domaine aérien. Cette modernisation a grandement aidé Ankara dans son combat contre les Kurdes. En retour, les Israéliens ont pu bénéficier des renseignements turcs, ainsi que du survol des frontières du pays », explique-t-il à MEE.

Si aujourd’hui, les deux pays entretiennent toujours une étroite coopération économique, leurs relations ne s’en sont pas moins largement détériorées depuis.

« Dans l’univers politique, il n’y a pas de stratégie, d’alliances ou de coopération permanente. Tout peut changer, il n’y a pas de position idéologique qui détermine les pratiques étatiques et institutionnelles des acteurs du système international. Ce sont uniquement la raison d’État et les intérêts qui priment. Et aujourd’hui, ces intérêts renversent les rapports de force qui ont conduit à l’arrestation d’Öcalan », précise Adel Bakawan, chercheur à l’EHESS.

Öcalan, l’idéologue

Né en 1949 d’une mère turque et d’un père kurde, Abdullah Öcalan fait sa première rencontre avec l’univers carcéral en 1972, dans un contexte d’éclosion de mouvements de contestation en Turquie.

« Après de trop nombreuses années d’oppression, Öcalan a permis l’émancipation d’une conscience politique et culturelle et, plus largement, il a permis aux Kurdes de se reconnaître en tant que tels »

- Agit Polat, porte-parole du Conseil démocratique kurde en France (CDK-F)

À la tête du PKK depuis sa création en 1978, il ne cessera par la suite d’orienter et de théoriser la rébellion kurde ; c’est d’ailleurs depuis sa cellule qu’il initie un grand tournant idéologique au sein du PKK au cours des années 2000.

De ses correspondances épistolaires avec Murray Bookchin, un essayiste américain, naît en effet le projet de confédéralisme démocratique : ce paradigme, caractérisé par une économie collectiviste et par une démocratie directe, tourne la page du projet indépendantiste originel du PKK, concentrant ses efforts sur une émancipation collective et pluriethnique dans la région.

Élevé au rang d’ennemi public par les autorités turques, Öcalan est a contrario considéré comme un héros national par beaucoup de Kurdes.

« C’est une personnalité clé et stratégique, en plus d’être un leader. Et encore plus particulièrement pour les Kurdes du nord [Kurdes de Turquie] : après de trop nombreuses années d’oppression, Öcalan a permis l’émancipation d’une conscience politique et culturelle et, plus largement, il a permis aux Kurdes de se reconnaître en tant que tels », déclare à MEE Agit Polat, porte-parole du Conseil démocratique kurde en France (CDK-F).

Portrait d’Öcalan exhibé en plein centre de Raqqa (Syrie) après la reprise de la ville des mains du groupe État islamique (capture d’écran)
Portrait d’Öcalan exhibé en plein centre de Raqqa (Syrie) après la reprise de la ville à l'État islamique (capture d’écran)

Le « phénomène Öcalan » est largement transfrontalier, en témoigne l’omniprésence de son portait dans le nord de la Syrie. Pour Aimad Hesso, cette popularité est loin d’être une nouveauté : « Öcalan est une figure reconnue au Rojava [zone à majorité kurde de Syrie] depuis le début des années 80.

« À cette époque, d’ailleurs, beaucoup de Kurdes syriens avaient rejoint les rangs du PKK. D’après mes recherches, plus de 5 000 d’entre eux étaient déjà tombés au combat avant 2011, dans les monts de Qandil ou ailleurs. »

Le portrait d’Öcalan, exhibé sur le rond-point al-Naïm de Raqqa après la reprise de la ville par les Forces démocratiques syriennes (FDS) en octobre 2017, a néanmoins jeté la confusion sur les intentions kurdes.

« Si l’on ne connaît pas la teneur du projet porté par les Kurdes de Syrie, alors en effet, cette symbolique peut prêter à confusion. L’image d’Öcalan représente avant tout pour eux le projet du confédéralisme, de la paix entre les peuples et de l’acceptation de l’autre. Cela ne pose d’ailleurs manifestement pas de problème, ni aux Arabes, ni aux Kurdes au Rojava », estime Aimad Hesso.

Le Kurdistan irakien, chasse gardée de Massoud Barzani

À quelques centaines de kilomètres de là, au Kurdistan irakien, la situation paraît bien différente. La puissance du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et l’omniprésence du visage de Massoud Barzani, architecte du référendum d’indépendance mené tambour battant en octobre 2017, place les deux hommes sur un projet politique différent et résolument antagoniste.

Les guérilléras du PKK
Lire

« Emprisonné depuis vingt ans, coupé du monde, tous les éléments sociologiques sont réunis pour transformer Öcalan en symbole. Mais au Kurdistan irakien, les rapports de force dans le champ politique dépassent totalement le cadre émotionnel », explique à MEE Adel Bakawan.

En conflit ouvert avec le PKK au cours des années 90, les élites kurdes d’Irak ont progressivement changé de stratégie, et ce en dépit d’accrochages récurrents.

« Au début des années 2000, le Gouvernement régional du Kurdistan [GRK] est passé du concept de l’ennemi à celui de l’adversaire, ce qui a changé beaucoup de choses », précise Adel Bakawan.

Néanmoins, au sein d’une société kurde irakienne partisanisée, le projet politique porté par Abdullah Öcalan semble avoir une portée plus limitée qu’en Syrie, ou même qu’en Iran, où le Parti pour la vie libre au Kurdistan (PJAK, branche iranienne du PKK) s’est imposé comme la force politique kurde la plus fédératrice.

Le sort d’Öcalan, un enjeu politique majeur ?

Au sein de la très active diaspora kurde, Öcalan fait office de leader incontestable. En témoignent les nombreuses mobilisations menées en Europe ces dernières années afin de réclamer la rupture de son isolement ; la contagion de grèves de la faim qui s’est étendue des prisons turques jusqu’à la diaspora kurde en est la dernière en date.

Ce mouvement, initié le 8 novembre dernier par la députée du Parti démocratique des peuples (HDP) Leyla Güven – libérée le 25 janvier dernier après avoir purgé une peine d’un an de prison pour « propagande en faveur d’une organisation illégale » –, a vu le ralliement de plusieurs centaines de personnes.

« Une sortie d’Öcalan de son isolement mettrait le gouvernement d’Erdoğan dans un grand danger politique en Turquie »

- Adel Bakawan, chercheur à l’EHESS

Particulièrement visibles à Strasbourg, siège des instances européennes, ces grèves de la faim entendent faire pression sur Ankara, comme l’explique Agit Polat : « Depuis 2011, Öcalan n’a plus le droit de rencontrer ses avocats. Nous sommes restés sans aucun signe de vie de lui durant ces deux dernières années.

« Suite à ces grèves de la faim, son frère a été emmené de toute urgence par les services de renseignements turcs il y a quelques jours à la prison d’İmralı. De ce que nous savons, l’entretien a duré une quinzaine de minutes. J’imagine que cette décision a été prise afin de freiner le mouvement en cours, mais c’est un premier résultat. »  

Alors que l’état de santé d’un certain nombre de grévistes se détériore de jour en jour, une éventuelle amélioration des conditions de détention du leader kurde semblerait être en mesure d’influer directement sur le processus de paix entre le PKK et le gouvernement turc, au point mort depuis 2015.

Comme le rappelle le porte-parole du Conseil démocratique kurde de France, le durcissement des conditions de détention d’Abdullah Öcalan a été « une conséquence directe » de la rupture des pourparlers de paix.

Comment le processus de paix turc a-t-il pu s’écrouler ?
David Barchard
Lire

Dans un contexte régional brûlant, et alors que le PKK est toujours considéré par les États-Unis et l’Europe comme une organisation terroriste – en dépit du soutien apporté par Washington aux forces kurdes de Syrie dans la lutte contre le groupe État islamique –, le sort d’Öcalan semble aller au-delà de la simple question humanitaire. Pour autant, une évolution de la situation est-elle envisageable ?

« Une sortie d’Öcalan de son isolement mettrait le gouvernement d’Erdoğan dans un grand danger politique en Turquie », conclut Adel Bakawan.

Un avis partagé par Aimad Hesso. « Pour l’heure, je n’imagine pas Erdoğan ouvrir la voie du dialogue. Rappelons que la stratégie d’ouverture qu’il avait entamée pendant le processus de paix entre 2013 et 2015 était une tactique électoraliste, pas une volonté de régler le problème de fond », estime-t-il.