Aller au contenu principal

Ziad, 3 ans, le plus célèbre des YouTubeurs palestiniens

Plus de 50 000 abonnés à sa chaîne YouTube, plus de 195 000 à sa page Facebook, Ziad Fakhoury, vlogueur palestinien âgé de 3 ans, est devenu une icône des réseaux sociaux en traitant de sujets difficiles liés à l’occupation
Les vidéos à caractère politique du « plus jeune vlogueur de Palestine » rencontrent un très grand succès sur les réseaux sociaux (page Facebook de Ziad Fakhoury)
Par

Originaire de Hébron, en Cisjordanie, fils de Thaer Fakhoury, journaliste de la chaîne palestinienne Al Quds, Ziad est surnommé « le plus jeune vlogueur de Palestine ». Ses vidéos ont fait de lui une star sur YouTube et les réseaux sociaux.

Interrogé par Middle East Eye, le père de Ziad précise que l’idée de lui ouvrir une chaîne YouTube est venue après avoir décelé chez son fils un talent oratoire et un intérêt particulier pour les vidéos YouTube.

« Ziad a commencé à parler à l’âge d’un an, c’est un enfant très sociable et surdoué »

- Thaer Fakhoury, père de Ziad

« Ziad a commencé à parler à l’âge d’un an, c’est un enfant très sociable et surdoué », explique-t-il.

« Son éloquence et sa spontanéité m’ont encouragé à lancer sa chaîne Youtube », poursuit-il.

Un engagement politique précoce

Dans ses vidéos, Ziad traite de sujets épineux comme les crimes de l’occupation israélienne, la liberté des journalistes ou les abus contre les enfants palestiniens.

Dans cette séquence, par exemple, le « vlogueur » en culotte courte dénonce la « détention à domicile » imposée par l’armée israélienne aux enfants palestiniens.

Traduction : « Les enfants palestiniens subissent les plus grandes injustices. Des dizaines d’enfants sont obligés de rester à la maison sans aller à l’école ou sortir jouer, sinon l’armée les attrape et les met en prison. J’en appelle aux organisations des droits de l’homme et de l’enfant pour qu’elles nous sauvent, défendent notre cause. Notre souhait est de vivre notre enfance comme le reste des enfants dans le monde » 

À LIRE : Terroriser les enfants palestiniens, une politique israélienne délibérée

Du haut de ses 3 ans, « Ziad veut être la voix d’une enfance sacrifiée par l’occupation », commente son papa. « Malgré la complexité de certains sujets abordés, Ziad a un don pour simplifier les choses et ajouter une touche de légèreté. »

Un nouveau visage de la résistance

À l’instar de Ziad, une génération de jeunes palestiniens influents sur les réseaux sociaux raconte le quotidien d’un peuple sous occupation.

Janna Ahad, la cousine d’Ahed al-Tamimi, actuellement en prison pour avoir giflé un soldat israélien, en est un exemple. Décrite comme la plus jeune reporter de Palestine, la jeune fille a commencé à 10 ans à réaliser des reportages.

Ces jeunes vidéo-reporters ont su faire des réseaux sociaux un outil de résistance médiatique.