Aller au contenu principal

Alors que Gaza compte ses morts, Riyad et Abou Dabi pactisent avec Israël

Contrairement au Qatar ou à la Turquie, les pays du Quartet (Arabie saoudite, EAU, Bahreïn et Égypte) ont tièdement réagi au massacre de lundi. La menace principale à leurs yeux n’étant plus Israël mais l’Iran

La journée du lundi 14 mai, durant laquelle des milliers de Palestiniens ont manifesté contre le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, a été marquée par un bilan tragique avec une soixantaine de civils abattus et plus de 2 700 blessés. 

Tandis que le Qatar a immédiatement et fermement condamné l’attaque qu’il a qualifiée de « massacre », d’autres pays du Golfe s’apprêtent à pactiser avec Tel Aviv.

Mardi 15 mai, les Gazaouis ont enterré la soixantaine de personnes tuées la veille par l'armée israélienne. Au regard de la violence des événements qualifiés par Amnesty International de « violation abjecte des droits de l'homme », des manifestations ont été organisées dans plusieurs capitales arabes et européennes. 

Des manifestations ont été organisées dans plusieurs villes (ici à Los Angeles) pour dénoncer les violences à Gaza (Facebook)

Certains pays, dont la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la Suisse, ont réclamé une enquête indépendante tandis que le Koweït a demandé la tenue d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le Qatar a immédiatement condamné cette journée sanglante dans un communiqué repris par l’agence de presse officielle Qatar News Agency (QNA) : « L'État du Qatar déplore et condamne le massacre brutal et les assassinats systématiques perpétrés par les forces d'occupation israéliennes contre des Palestiniens sans défense lors de leur protestation pacifique et légitime contre la décision des États-Unis. Cette décision unilatérale est contraire à toutes les résolutions des Nations unies relatives au transfert de leur ambassade à Jérusalem. »

À LIRE ► Les Palestiniens commémorent la Nakba en pleurant les morts de Gaza

La porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères Lolwah al-Khater a également déclaré sur son compte Twitter que « la région ne tolèrera pas davantage de tensions et d’écoulement de sang, la communauté internationale doit rester ferme pour stopper les violations israéliennes et répondre sans délai aux demandes du peuple palestinien ».

Même son de cloche du côté turc où le président Recep Tayyip Erdoğan a réagi lundi en qualifiant Israël « d’État terroriste », coupable de « génocide ». Il a décrété par ailleurs trois jours de deuil national, annoncé un rassemblement de protestation vendredi 18 mai et a rappelé pour consultation ses ambassadeurs à Tel Aviv et Washington. Dans le même élan, Ankara a exigé de l’ambassadeur israélien de quitter temporairement son territoire.

Doha, premier investisseur à Gaza

Depuis l’opération Bordure protectrice, engagée par l’armée israélienne à l’été 2014, le Qatar est le pays arabe qui a consenti au plus grand effort en matière d’aide financière. Cette contribution à la reconstruction qui se chiffre en centaines de millions de dollars d’après la Banque mondiale est indispensable pour éviter à Gaza un effondrement de ses infrastructures civiles et de son équilibre sociétal.

Cette aide porte sur des secteurs aussi divers que la construction de logements neufs, la réhabilitation de l’université ou la création d’unités médicales traitant de cas spécifiques comme les maladies rares ou les handicapés. De plus, Doha s’est solidarisée avec les factions de la résistance palestinienne en rappelant le droit inaliénable du peuple palestinien à recouvrir ses droits par la résistance.

Si Ankara a toujours eu de bonnes relations avec le pouvoir en place à Gaza, la recomposition des alliances régionales, suite à la guerre civile qui a déchiré la Syrie, a momentanément réduit la relation entre Téhéran et le Hamas

En plus de l’émirat qui avait promis un milliard de dollars d’aide pour la reconstruction de Gaza lors de la conférence du Caire de novembre 2014 –  de loin, la plus grande contribution des pays donateurs -, les deux autres pays de la région qui s’impliquent pour soulager le calvaire du territoire enclavé sont la Turquie et l’Iran. 

Si Ankara a toujours eu de bonnes relations avec le pouvoir en place à Gaza, la recomposition des alliances régionales, suite à la guerre civile qui a déchiré la Syrie, a momentanément réduit la relation entre Téhéran et le Hamas. Celle-ci a repris des couleurs devant le rapport de forces qui fait de Damas un protectorat irano-russe, ce qui a contribué à reléguer au second rang la solidarité du Hamas avec l'aspiration au changement de régime d'une grande partie du peuple syrien.

Les pays du Quartet et l'avènement des « sionistes arabes »

Contrairement au Qatar ou à la Turquie, la position des pays du Quartet ayant décidé le blocus de l’émirat gazier (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Bahreïn et Égypte), ont fait part d’une position plutôt tiède sur le massacre de lundi.

Cette froideur reflète l’effacement de la question palestinienne des priorités des quatre capitales. Pour l’Arabie saoudite et ses alliés, la menace principale n’est désormais plus Israël mais l’Iran. La montée en puissance de la République islamique au Moyen-Orient nécessite, pour ces États, de se rapprocher discrètement – et parfois même ouvertement – d’Israël qui partage la même aversion pour Téhéran.

À LIRE ► Pour l’Arabie saoudite et les Émirats, la Palestine n’est plus une priorité

Signe de ce rapprochement, le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane a déclaré lors d’un entretien accordé en mars dernier au magazine américain The Atlantic que « les Palestiniens et les Israéliens ont le droit de vivre sur leurs propres terres ». 

De plus, il reconnaît à « Israël le droit de vivre sur son territoire » ce qui a provoqué une levée de boucliers sur les réseaux sociaux, le roi Salmane se devant même de corriger son fils par un communiqué du palais rappelant la solidarité de Riyad avec le peuple palestinien. 

Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane (à gauche) (Reuters) et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (à droite) (AFP)

Car pour nombre d’observateurs, ce rapprochement représente un coût politique très élevé, dans la mesure où il est en train de briser un tabou et met à mal la réputation du royaume wahhabite auprès de l’opinion publique arabe, au point que de nombreux musulmans appellent à boycotter le hadj qui aura lieu cet été.

De son côté, le ministre bahreïni des Affaires étrangères, le prince Khaled ben Ahmed al-Khalifa, a déclaré sur son compte Twitter qu’Israël avait « le droit de se défendre » contre l’Iran suite aux récents échanges de feu qui ont eu lieu entre les deux pays en territoire syrien. Jamais un haut responsable d’un pays arabe n’avait encore aussi ouvertement pris position en faveur d’Israël. Surtout qu'elle ne reflète pas que la position de Manama puisqu'il est certain que cette sortie inédite n'a pas pu se faire sans l'assentiment de Riyad.

Benyamin Netanyahou ne peut que se réjouir de ce contexte favorable qui pousse à la normalisation

Confirmant cette lecture des évènements dans le lourd climat qui oppose les principautés du Golfe depuis près d'un an, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou ne peut que se réjouir de ce contexte favorable qui pousse à la normalisation.

En juin 2017, ce dernier n'avait-il pas déclaré que « le boycott du Qatar, initié par l'Arabie saoudite, représente un changement important dans la région, car Israël est devenu un partenaire et plus un ennemi » ?

Les Émirats arabes unis et la convergence d’intérêts stratégiques avec Tel Aviv

Selon le quotidien israélien Haaretz, Benyamin Netanyahou a également rencontré en mars dernier l’ambassadeur des Émirats arabes unis à Washington, Yousef al-Otaiba. Homme d’affaires nébuleux et empêtré dans divers scandales en lien avec la famille Trump ou les lobbyistes à Washington, l’homme est reconnu comme l’un des émissaires étrangers les plus influents de la capitale fédérale. 

Mettant à profit son activisme auprès des élites politiques et médiatiques, il a largement contribué à la diabolisation du Qatar et de la Turquie aux États-Unis. Cette rencontre s’est déroulée lors de la dernière visite de Netanyahou outre-Atlantique.

À LIRE ► Israël : vers une amélioration des liens avec les États du Golfe

Fin 2015, Israël a ouvert sa première mission diplomatique aux Émirats arabes unis. À l’exception de la Jordanie et de l’Égypte et bien qu’il y ait eu, par le passé, des bureaux de liaison israéliens au Qatar, à Oman, au Maroc et en Tunisie, c’est la première fois qu’Israël s'implante de manière aussi évidente dans la région du Golfe.

Sur ce dernier point, les Émirats arabes unis qui depuis longtemps commercent secrètement avec Israël, ont aussi soutenu les tentatives d’éradication du mouvement Hamas en concourant à l'assassinat de ses leaders (comme à Dubaï s'agissant d'al-Mabhouh en 2010) ou en espérant une victoire décisive de l’armée israélienne à Gaza à l’été 2014. 

C'est cette diagonale d'un genre nouveau, motivée par la haine de toute forme d'islam politique, d'un désir d'assumer un pouvoir policier et d'une obsession de contrer « l'expansionnisme iranien », qui séduit le nouveau prince héritier saoudien

L’alignement pro-israélien des élites émiraties leur ont valu le surnom de « sionistes arabes » de la part d’une partie de l’opinion arabe. Cette posture est soulignée par divers chercheurs. 

Citant l’universitaire James M. Dorsay qui travaille à l’Université de Nayang à Singapour, le journaliste algérien Akram Belkaïd rappelait l’an dernier qu’« il y a une convergence d’intérêts stratégiques entre Israël, l’Égypte et les Émirats arabes unis ». 

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (à droite) s’entretient avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou (à gauche) lors d’une rencontre visant à relancer le processus de paix au Moyen-Orient, à New York, le 19 septembre 2017 (Reuters)

C'est cette diagonale d'un genre nouveau, motivée par la haine de toute forme d'islam politique, d'un désir d'assumer un pouvoir policier et d'une obsession de contrer « l'expansionnisme iranien », qui séduit le nouveau prince héritier saoudien jusqu'à vouloir l'imposer par la force sur toute la péninsule arabique.

Cette convergence semble aujourd’hui sur le point d’être annoncée publiquement. En témoigne, la toute récente déclaration du ministre israélien des Télécommunications, qui a affirmé avoir reçu une invitation officielle des dirigeants émiriens à se rendre dans leur pays. Et ce, alors même que Gaza comptait ses morts par dizaines.

- Nabil Ennasri est docteur en science politique, spécialiste de la région du Golfe, et directeur de L'Observatoire du Qatar. Il est aussi l'auteur de L'énigme du Qatar (Armand Colin). Vous pouvez le suivre sur Twitter : @NabilEnnasri.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : des manifestants se préparent à mettre le feu à des banderoles où sont représentés Donald Trump et Mohammed ben Salmane, dans la bande de Gaza, le 13 avril 2018 (AFP).