Aller au contenu principal

Fini le Mondial en Russie, place à celui de « tous les Arabes » en 2022

Organisée dans quatre ans et présentée par l’émir Tamim comme celle de « tous les Arabes », la Coupe du monde au Qatar aura à relever de lourds défis

À l’occasion d’une cérémonie organisée dimanche 15 juillet au Kremlin, le chef d’État russe Vladimir Poutine a remis un ballon officiel de la Coupe du monde à l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani.

En présence du président de la Fédération internationale de football (FIFA), cet événement a symboliquement et définitivement propulsé le petit émirat au centre de l’attention mondiale. Désormais, l’ensemble de la planète football n’aura d’yeux que pour l’émirat gazier et, eu égard au succès planétaire du Mondial russe, nul doute que les attentes seront énormes afin de revivre un mois de compétition aussi intense que celui qui vient de s’achever.

La pression est donc dorénavant sur les épaules du Qatar qui se prépare depuis huit ans déjà à recevoir avec les honneurs le plus grand rendez-vous du sport au monde (avec les Jeux olympiques). Première de l’histoire pour le Moyen-Orient et le monde arabe, l’édition qatarie a déjà fait couler beaucoup d’encre. 

Au-delà de la question des suspicions de corruption autour de son attribution (accusations également formulées contre la Russie pour 2018 et, avant elle, à d’autres pays organisateurs comme l’Allemagne en 2006), le Mondial 2022 sera aussi le premier organisé en hiver.

À LIRE ► Cinq choses à savoir sur la Coupe du monde 2022 au Qatar

Programmé du 21 novembre au 18 décembre 2022 (la finale aura lieu le jour de la fête nationale qatarie) dans le but d’éviter les températures infernales de l’été, ce changement de date n’a pas été accueilli avec satisfaction par bon nombre de fédérations européennes qui vont voir leur calendrier de championnat chambouler pendant au moins deux saisons.

En plus de ces critiques récurrentes, d’autres charges risquent de s’accentuer à mesure que la date fatidique du coup d’envoi du match inaugural approchera. 

Un pays à peine plus grand que l’Île-de-France

Même si la question de la consommation de l’alcool a été soldée par le Comité de préparation qatari promettant des fans zones avec possibilité de se procurer de la bière, la question des capacités hôtelières d’un pays à peine plus grand que l’Île-de-France est posée. 

Si près d’un million de visiteurs étrangers ont déferlé en Russie le mois dernier, on en attend environ un million et demi pour 2022, les supporters venant d’Asie devant constituer l’essentiel du surplus. 

Les premières lignes du nouveau métro de Doha seront livrées dans quelques mois. Il a coûté la bagatelle de 36 milliards de dollars

Enfin, dans une région hautement volatile en proie à des accents de violence récurrents, l’enjeu de la sécurité est dans tous les esprits à l’heure où les mouvements terroristes – malgré leur agonie – semblent jeter leur dévolu sur ces grands rassemblements afin de maximiser l’effet de sidération auprès des opinions.

Mais pour convaincre le grand public du bon choix d’avoir opté pour Doha, les autorités comptent sur le sérieux de leur dossier qui, il y a huit ans, avait déjà conquis les membres du comité exécutif de la FIFA. 

Les organisateurs ont déclaré que tous les stades de la Coupe du monde au Qatar seront climatisés (AFP)

Il y a d’abord la solidité des infrastructures modernes construites pour l’occasion, comme par exemple le nouveau métro de Doha dont les premières lignes seront livrées dans quelques mois et qui a coûté la bagatelle de 36 milliards de dollars (31 milliards d’euros).

S’agissant des équipements sportifs, sept stades flambant neufs doivent encore sortir de terre dont deux seront inaugurés l’an prochain. 

À LIRE ► Un an après le début du blocus saoudien, le Qatar « trace sa propre voie »

L’émirat met aussi en avant sa solide expérience dans la bonne gestion des grands rendez-vous sportifs. Le palmarès en la matière commence à être fourni puisque le Qatar a accueilli au pied levé en 1995 la Coupe du monde de football des moins de 20 ans, les 15e Jeux asiatiques en 2006 (compétition d’ampleur puisqu’elle est considérée comme le troisième évènement sportif au monde après les JO et le Mondial), les 12e Jeux panarabes en 2011 ou le Mondial de handball en 2015. 

En 2019, il sera l’hôte du Mondial d’athlétisme sans compter les dizaines d’autres tournois ou compétitions d’ampleur continentale ou régionale (comme la Coupe du Golfe de football) qu’il compte à son actif. 

Un fonds souverain de plus de 300 milliards de dollars

Bref, pour les autorités, les peurs sur les capacités du pays à absorber un tel afflux en l’espace de quelques semaines sont à écarter. Surtout qu’il reste encore quatre ans pour parachever tous les projets et que l’émirat, fort d’un fonds souverain doté de plus de 300 milliards de dollars, dispose des moyens de ses ambitions.

L’une des dernières équations à résoudre pour ce Mondial reste le nombre d’équipes participantes. Si jusque-là, trente-deux équipes s’affrontaient pour la phase finale, ce chiffre sera porté à quarante-huit sélections en 2026. 

Pour soulager la pression et sortir par le haut de la crise, Doha pourrait décider « d’offrir » certains matchs à certains de ses voisins avec qui elle a noué des relations fortes comme le Koweït, Oman, voire l’Iran

Mais suite à une requête des fédérations d’Amérique du Sud, la perspective d’un passage à quarante-huit pourra se faire dès 2022. Le Qatar et la FIFA sont en négociation sur cette proposition qui sera définitivement actée dans quelques mois. 

Mais si elle venait à être acceptée, l’idée que d’autres pays de la région accueillent des matchs se fera de plus en plus insistante, ce qui, en l’état actuel de la géopolitique du Golfe, relève du vœu pieux pour certains d’entre eux. 

Vue sur les gratte-ciel de Doha, la capitale du Qatar (AFP)

Soumis à un blocus sévère de trois de ses voisins, Doha fait en effet face à un embargo dont rien n’indique qu’il est en passe d’être desserré comme l’a récemment démontré le piratage de la chaîne BeIN Sports par des hackers saoudiens. 

À moins que, pour soulager la pression et sortir par le haut de la crise, Doha décide « d’offrir » certains matchs à certains de ses voisins avec qui elle a noué des relations fortes comme le Koweït, Oman, voire l’Iran. Ce serait alors un habile pied de nez aux pays du quartet.

- Nabil Ennasri est docteur en science politique, spécialiste de la région du Golfe, et directeur de L'Observatoire du Qatar. Il est aussi l'auteur de L'énigme du Qatar (Armand Colin). Vous pouvez le suivre sur Twitter : @NabilEnnasri.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : l'émir du Qatar Tamim ben Hamad al-Thani, le président de la FIFA Gianni Infantino et le président russe Vladimir Poutine posent pour une photo lors du transfert symbolique de l'organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar, au Kremlin à Moscou le 15 juillet 2018 (AFP).