Aller au contenu principal

La nouvelle « enquête » sur Srebrenica niera la réalité du génocide

Le gouvernement de la République serbe de Bosnie a mis en place deux nouvelles commissions dans un seul but : établir un récit contrefactuel des événements survenus à Srebrenica et à Sarajevo entre 1992 et 1995
Une femme sur la tombe d’un proche, près de Srebrenica, le 22 novembre 2017 (AFP)

C’était l’été 1994. Je travaillais comme interprète auprès d’un observateur militaire des Nations unies à Srebrenica depuis avril 1993, lorsque l’ONU s’est installée en ville pour appliquer la résolution 819 du Conseil de sécurité, déclarant Srebrenica « zone de sécurité ». 

Un jour, j’ai fait une pause et j’ai réussi à éviter l’une des nombreuses patrouilles inutiles en grimpant sur le toit du bâtiment du bureau de poste où je passais mes journées. J’avais un exemplaire d’un livre dont le titre ne signifiait pas grand-chose pour moi : La Liste de Schindler. Nous étions tellement coupés du monde que je dévorais tout ce que le personnel de l’ONU apportait à lire. 

Cette histoire m’était étrangement familière : deux ans plus tôt à peine, ma famille et moi avions subi le nettoyage ethnique de notre village de la vallée de la Drina et avions été entassés dans ce qui était, à tout point de vue, un camp de concentration à ciel ouvert. À la fin du siège brutal et moyenâgeux de Srebrenica en juillet 1995, j’avais perdu treize membres de ma famille. 

Camps de concentration et déportations

Ce qui s’est passé dans la « zone de sécurité » de l’ONU à Srebrenica en juillet 1995 était le paroxysme de quatre années d’un processus visant à exterminer la population musulmane de la vallée de la Drina, comme indiqué dans les six objectifs stratégiques du « Parlement des Serbes de Bosnie » en 1992. Ce processus comprenait l’assassinat de masse, l’établissement de camps de concentration, les déportations massives, la destruction du patrimoine culturel et la destruction de toute preuve du comportement criminel au cœur de la stratégie serbe. 

En 1992, le général Ratko Mladić – plus tard responsable de l’opération génocidaire à Srebrenica et qui attend aujourd’hui un jugement en appel devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) concernant sa condamnation pour génocide – déclarait : « Les gens et les peuples ne sont pas des pions, pas plus que des clés dans une poche qui peuvent être déplacés d’ici à là… Nous ne pouvons pas nettoyer, nous ne pouvons pas non plus passer au crible les gens, ce serait un génocide. »

Cette décision a marqué le paroxysme de quinze ans d’effort… visant à saper, nier et déformer les faits établis au-delà de tout doute raisonnable par le TPIY

Plus d’un quart de siècle plus tard, le 7 février 2019, le gouvernement de la République serbe de Bosnie – entité créée en Bosnie-Herzégovine à la suite de l’expulsion génocidaire de non Serbes de la moitié du territoire du pays – a créé deux commissions : une pour faire des recherches sur les événements de Srebrenica et l’autre sur le siège de Sarajevo. 

Cette décision a marqué le paroxysme de quinze ans d’effort de la part de divers gouvernements de la partie de la Bosnie dominée par les Serbes pour saper, nier et déformer les faits établis au-delà de tout doute raisonnable par le TPIY. Ce faisant, les nationalistes serbes glorifient au final le crime de génocide.

Le premier rapport du gouvernement serbe de Bosnie sur « l’affaire Srebrenica », publié en septembre 2002, affirmait qu’après la chute de la « zone de sécurité » de l’ONU, le nombre de morts s’élevait à moins de 2 000 personnes, principalement des soldats tués au combat et moins de 100 personnes « exécutées par les forces serbes de Bosnie par vengeance personnelle ou par simple ignorance du droit international ». 

Violations des droits de l’homme

Ce rapport a eu un effet contre-productif. À la suite d’un recours collectif impliquant des centaines de membres des familles des victimes de Srebrenica devant la Chambre des droits de l’homme (une instance judiciaire créée par l’accord de paix de 1995 connu sous le nom d’accords de Dayton), le gouvernement serbe de Bosnie a créé une commission spéciale en 2003 pour publier toutes les informations relatives au sort des personnes disparues et pour localiser les fosses communes, ainsi que pour enquêter de manière approfondie sur les événements qui ont conduit à ces violations des droits de l’homme. 

L’enquête a abouti à des résultats quelque peu honnêtes, mais minimes, se concentrant exclusivement sur les derniers jours fatidiques de juillet 1995. Le rapport de 2004 était néanmoins considéré comme un progrès. 

Des personnes assistent à une commémoration du génocide de Srebrenica à La Haye, le 11 juillet (AFP)

L’année dernière, près de quinze ans après le dépôt du rapport, le Parlement des Serbes de Bosnie l’a « annulé », ordonnant au gouvernement de créer un nouvel organisme chargé de brosser un tableau plus « objectif » des événements survenus à Srebrenica et dans ses environs.

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’une offensive plus vaste du président autocratique de la République serbe de Bosnie, Milorad Dodik, et de son parti contre les faits établis par deux organes de l’ONU : le TPIY et la Cour internationale de justice. Tous deux ont conclu que les crimes de guerre commis à Srebrenica et dans ses environs en 1995 constituaient un génocide. 

Entre 2008 et 2014, le gouvernement de Dodik a dépensé environ 150 000 euros par an pour financer une organisation obscure appelée « Historical Project Srebrenica », qui se consacrait exclusivement à nier le crime de génocide commis à Srebrenica en juillet 1995.  En 2017, le gouvernement a interdit l’enseignement des événements de Srebrenica et du siège de Sarajevo dans les écoles primaires et secondaires.

Fait surprenant, les nouvelles commissions du gouvernement serbe de Bosnie sont dirigées par deux Israéliens : l’historien Gideon Greif et l’universitaire Raphael Israeli. Greif, qui a participé à des recherches sur le camp de concentration de Jasenovac exploité par la Croatie pendant la Seconde Guerre mondiale, a récemment déclaré qu’il était erroné de comparer Srebrenica à l’Holocauste, un parallèle que personne n’esquissait en Bosnie-Herzégovine. 

« Le monde n’est plus le même »

En fait, ces commissions n’ont qu’un seul objectif : établir un récit rival et contrefactuel des événements survenus à Srebrenica et à Sarajevo entre 1992 et 1995. 

Près de dix ans après le jour où je lisais sur le toit du bureau de poste de Srebrenica, je me trouvais à La Haye pour couvrir la condamnation de Biljana Plavšić, l’une des dirigeants serbes de Bosnie ayant plaidé coupable de crimes contre l’humanité.

Pelleteuses, déni et désespoir : l’histoire macabre de la dissimulation de Srebrenica
Lire

Elie Wiesel, lauréat du prix Nobel et survivant de l’Holocauste, était venu à la barre ce jour-là et avait déclaré : « Pour les orphelins, qu’ils soient enfants ou adultes, le monde n’est plus le même… Leurs rêves sont devenus cauchemars… Quelle est la définition exacte d’un crime contre l’humanité ? En termes simples sur le plan psychologique, c’est un crime commis contre l’humanité d’une autre personne. » 

Greif et Israeli ont rejoint une entreprise dont le seul but est de nier la nature des crimes commis contre les musulmans de Bosnie –, ont rejoint la longue lignée de ceux qui voudraient nous priver de notre humanité. Personne en Bosnie-Herzégovine ne met en doute le caractère unique de l’Holocauste. Mais nous avons le droit d’appeler le crime perpétré contre nous – nous tous, à cause de qui nous sommes – par son nom légitime. 

- Emir Suljagic est un survivant du génocide. Il enseigne les relations internationales à l’Université internationale de Sarajevo.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Emir Suljagic
Emir Suljagic is a genocide survivor. He teaches International Relations at the International University of Sarajevo