Cinq ans après Rabia : de la génération de la protestation à la génération de la violence

Cinq ans après Rabia : de la génération de la protestation à la génération de la violence

#Égypte
Dalia Fahmy's picture
16 août 2018

Au fur et à mesure que le niveau de frustration augmente, la répression militaire peut pousser la jeunesse égyptienne à la lutte armée

Le 14 août 2013, les forces de sécurité égyptiennes ont attaqué deux grands sit-ins occupés depuis six semaines par des protestants contre le coup d'État militaire qui a destitué Mohammed Morsi, le premier président égyptien démocratiquement élu. Les raids ont été décrits par Human Rights Watch comme « dans l’histoire récente, l'un des plus grands massacres de manifestants au monde perpétré en une seule journée ».

Plus de 1 000 manifestants ont été tués en une seule journée.

Une rupture avec le Printemps arabe

Le massacre de Rabia représente une rupture avec la trajectoire post-Printemps arabe qui a commencé par la promesse d'une ouverture démocratique et s'est terminée par la répression en tant que nouveau statu quo.

Pendant près de trois semaines, du 25 janvier jusqu'à ce que l'ancien président égyptien Hosni Moubarak mette fin à son règne de trois décennies, en transférant le pouvoir au Conseil suprême des forces armées le 12 février, le monde a suivi, stupéfait, le peuple égyptien transformer son rêve de liberté en réalité.

Et pourtant, c'était un rêve éphémère. La répression est rapidement revenue sous le régime militaire de l'ancien ministre de la Défense Abdel Fattah al-Sissi, devenu président. Sissi a créé un terreau fertile pour que les jeunes se tournent vers la violence, car ils ne pouvaient plus trouver leur place dans les institutions politiques, ni faire confiance au processus démocratique violemment avorté à Rabia.

Le massacre de Rabia représente une rupture avec la trajectoire post-Printemps arabe qui a commencé par la promesse d'une ouverture démocratique et s'est terminée par la répression en tant que nouveau statu quo

Cinq ans après le massacre de Rabia, la situation sociopolitique a empiré. Aujourd'hui, l'Égypte détient plus de 60 000 prisonniers politiques et a construit seize autres prisons pour gérer le débordement. La jeunesse qu'Amnesty International appelait autrefois « la génération de protestants », est devenue aujourd'hui « une génération de prisonniers ». Selon la Commission égyptienne pour les droits et libertés, en 2016, il y a eu 830 cas de torture.

Les forces de police continuent de torturer systématiquement les détenus en toute impunité. Un rapport d'Amnesty 2015 sur la violence domestique, publique et étatique contre les femmes en Égypte a été appelé « Cercles de l'enfer ». Plus de 1 250 personnes ont disparu ces dernières années sans qu'on ne dispose d'informations sur elles. Au moins 240 activistes et manifestants ont été arrêtés entre avril et septembre l'année dernière, soit pour des accusations liées à des publications en ligne, que les autorités ont jugées « insultantes » à l'égard du président, soit pour avoir participé à des manifestations non autorisées.



Les procès de masse inéquitables visant les manifestants pacifiques, les journalistes et les défenseurs des droits de l'homme, ainsi que les multiples condamnations à mort et la fermeture d'ONG et d'organisations de la société civile – y compris la fermeture du centre Al Nadeem, une ONG qui apporte un soutien aux survivants de la torture et de la violence – étouffent davantage la société civile.  

Le gouvernement a également intensifié sa répression contre la liberté de la presse. Plus de deux douzaines de journalistes sont toujours en prison. L'État a bloqué 434 médias et sites d'information (dont Mada Masr et Daily News Egypt) et continue de bloquer – et filtre régulièrement – le contenu des utilisateurs égyptiens.

En mars 2017, le ministre de la Justice a renvoyé deux juges à une audience disciplinaire pour avoir participé à un atelier organisé par un groupe égyptien de défense des droits de l'homme, en vue de rédiger une loi contre la torture. En trois mois seulement, l'automne dernier, les autorités ont envoyé au moins 15 500 civils devant les tribunaux militaires, dont plus de 150 enfants.

Un État économique plus faible

Aujourd'hui, plus de 50 % des Égyptiens vivent avec moins de 1,80 dollar (1,60 euro) par jour. L'Égypte compte plus de 20 millions de citoyens âgés de 18 à 29 ans, et avec plus de 25 % d'entre eux au chômage, l'incertitude quant à l'avenir devient décourageante. Dans les années 1970 et au début des années 1980, un Égyptien arrivant sur le marché du travail avec une éducation secondaire ou supérieure avait 70 % de chances d'obtenir un emploi dans le secteur public. Aujourd'hui, ceux qui font partie du même groupe ont 15 % de chances.

L'introduction en bourse de la livre égyptienne fin 2016 a réduit de près de moitié sa valeur d'échange, qui est passée de 0,112 dollar à 0,057 dollar, ce qui a fait monter en flèche les prix des denrées alimentaires, l'inflation atteignant près de 35 %. L'un des enseignements tirés des coups d'État militaires qui se sont produits en Amérique latine, en Afrique et en Asie est que les régimes militaires échouent systématiquement à favoriser le développement économique, ce qui les rend incapables de concevoir et de mettre en œuvre des modèles économiques efficaces.

Lorsqu'une armée, comme celle de l'Égypte, est à la fois ancrée dans l'État profond et dans l'économie, elle agit dans le meilleur intérêt de l'armée et non du peuple. Des projets économiques comme l'expansion du canal de Suez n'ont pas tenu leurs promesses et ont laissé les Égyptiens dans un état économique plus faible. Et pendant que le régime célébrait son élargissement, neuf prisonniers politiques sont morts en garde à vue.

Phases de violence

Si les jeunes Égyptiens privés de leurs droits n'ont pas la possibilité d'exprimer leur mécontentement politique – et si l'État choisit la répression plutôt que l'engagement – des endroits comme l'Égypte peuvent devenir des terrains de recrutement pour la violence. La violence et la terreur se manifesteront progressivement.



Une femme tente d'arrêter un bulldozer militaire près de la mosquée Rabia al-Adaouïa (AFP)

La première étape est atteinte lorsque les attaques contre les symboles de l'État – la police, l'armée et l'appareil de sécurité – augmentent. La deuxième étape consiste à attaquer des civils qui semblent favorables au régime, et la troisième étape consiste à cibler les civils, en général, pour rendre la vie des citoyens moyens tellement insupportable qu'ils commencent à faire appel au régime pour qu'il change. 

Avec les attaques terroristes de l'hiver dernier contre les mosquées et les chefs religieux qui semblaient soutenir le régime, une deuxième phase avait été entamée – les attaques contre ceux qui soutiennent le régime avaient commencé. La question est de savoir ce qui sera fait pour empêcher le démarrage de la phase trois.

Un avenir incertain

La beauté de la révolution du 25 janvier était apparemment sa nature spontanée, pluraliste et pacifique. Cependant, après des années de répression croissante en Égypte, alors que le niveau de frustration augmente, la violence de la répression militaire pourrait conduire la jeunesse à la lutte armée.

Et avec le rétablissement de l'aide militaire par les États-Unis à l'Égypte la semaine dernière, il semble que les conditions démocratiques préalables ne constituent plus une barrière à l'aide militaire, et ne présentent donc plus d'intérêt pour la communauté internationale.

Reste la question des leçons apprises. Ce que le massacre de Rabia a montré au monde, c'est que des milliers de personnes peuvent être tuées et qu'une révolution a pris fin sans conséquences politiques ou économiques pour le régime. Mais quel coût pour la population ?

Il y aura une autre poussée en faveur du changement à un moment donné. Il y aura une contre-révolution, et l'impunité dont on a été témoin à Rabia signale qu'elle pourrait bien ne pas être pacifique.

 

- Dalia Fahmy est professeure agrégée de sciences politiques à l'Université de Long Island et Senior Fellow au Center for Global Policy.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : des manifestants avec des Égypto-Américains pour la démocratie et les droits de l'homme organisent un rassemblement pour marquer l'anniversaire du massacre de la place Rabia au Caire en août 2014 (AFP).

Traduit de l’anglais (original).