Sahara occidental : la fabrique de la haine

Le crash de l’avion en Algérie, dans lequel se trouvaient des Sahraouis, a provoqué au Maroc de terribles réactions de haine. Car le discours nationaliste du jeune Maroc indépendant, nécessaire pour fédérer la nation, lui a échappé depuis longtemps

Il a fallu que soit taché un deuil pour mesurer l'étendue de la cassure : alors que mercredi 11 avril, 257 personnes trouvaient la mort dans un crash d’avion en Algérie, la présence de trente Sahraouis du Front Polisario parmi les victimes a engendré, au Maroc, des réactions oscillant entre déni de deuil et impudique allégresse. 

Et le deuil qui, dans les sociétés musulmanes, tarit les haines et scelle les conflits, a été comme abrogé. Une attitude révélatrice d'une haine dont la clameur ne cesse de s'amplifier de génération en génération, patronnée par un discours officiel ultranationaliste et radical qui a longtemps déshumanisé les Sahraouis du Front Polisario, et qui risque de déborder des « limites » et des « usages » qui lui ont été tracés par le pouvoir marocain.



Mercredi 11 avril, un avion militaire s’est écrasé peu de temps après son décollage sur la base aérienne de Boufarik, près d’Alger, faisant 257 morts (AFP)

En adressant ses condoléances aux familles des victimes du crash de Boufarik, le chef du gouvernement marocain Saâdeddine el-Othmani s'attendait-il à être insulté, attaqué, pareillement incriminé avec ces « terroristes du Front Polisario » qu'il « ne nous honore pas de regretter », comme ont écrit des internautes ? 

Le lendemain du crash, ont suivi les condoléances du roi, uniquement adressées aux victimes algériennes. Puis celles du gouvernement. Ce dernier n'a pas manqué, par la voix de son porte-parole Mustapha Khalfi, d'adresser une réprobation à l'Algérie. 

Reprenant à son compte la rhétorique que giberne une presse proche du pouvoir marocain, Mustapha Khalfi a pris soin d'insister, en pareille circonstance, sur la présence de 30 Sahraouis du Front Polisario dans l'avion. 

À LIRE : L’Algérie et le Maroc, plus que jamais frères ennemis

Leur mort aurait ainsi confirmé la véracité des accusations portées par le Maroc à l'Algérie. « Qui abrite le Polisario ? Qui le finance ? Qui l’arme et qui l’encadre dans les différentes instances internationales ? », a déclamé Khalfi, faussement interrogatif, avant de conclure : « C'est bel et bien l'Algérie ».

Cause « sacrée » des Marocains, l'affaire du Sahara occidental représente tant un enjeu de survie du pouvoir - qui a investi de sa personne et en partie gagé sa viabilité sur cette question - que la clé de voûte de la machine nationaliste mise en branle par Hassan II, précédent roi du Maroc, et dont la Marche verte, le 6 novembre 1975, a été l'aboutissement.

La « marocanité du Sahara », la plus rouge des lignes rouges

Pour la monarchie, l'intérêt d'une captation du sentiment nationaliste s'est tôt manifesté. À l'indépendance du Maroc, en 1956, la monarchie marocaine « va bénéficier des registres de légitimation co-construits par le protectorat et le mouvement national », mais « bien qu’elle bénéficie de ce métarécit, à cette époque, elle n’en demeure pas moins un acteur parmi d’autres », explique à MEE Mounia Bennani-Chraïbi, politologue à l'université de Lausanne.

Le protectorat a laissé une monarchie au prestige rénové, en partie grâce à l'action d'Hubert Lyautey, qui s'est engagé à réformer un sultanat sans pouvoir réel, tout en investissant les registres traditionnels de légitimité du monarque.

« Le processus de délimitation des frontières externes de l’État-nation est allé de pair avec la mise au pas des adversaires politiques internes de la monarchie »

- Mounia Bennani-Chraïbi, politologue à l’Université de Lausanne

Les nationalistes marocains, qui ont pour leur part grandement contribué à construire la légitimité moderne et séculière du roi en tant que « symbole » de la nation, n'en espéraient pas moins une limitation de ses pouvoirs une fois l'indépendance acquise. 

« Si la décolonisation est sans conteste moins violente qu’en Algérie, la France et l’Espagne ne transfèrent pas aux nouveaux dirigeants un appareil étatique clé en main, qui dispose du monopole de la contrainte physique légitime, de façon continue à l’intérieur d’un territoire géographique déterminable. Dès lors, la compétition pour le pouvoir s’intrique avec le processus de construction de l’État dans ses frontières externes et internes », explique la politologue.



Des volontaires marocains participent à la Marche verte, grande marche pacifique partie du Maroc le 6 novembre 1975 vers le Sahara espagnol, lancée par le roi marocain Hassan II dans le but de le récupérer, le considérant historiquement lié au Maroc (AFP)

La légitimité populaire a donc été disputée par la monarchie et le mouvement national. En 1963, Hassan II, qui a succédé deux ans auparavant à son père Mohammed V, « réalise pleinement l’importance du nationalisme comme registre de mobilisation : la guerre des Sables [qui éclate en 1963 entre le Maroc et l’Algérie au sujet du tracé des frontières héritées du colonialisme] permet à la monarchie d’établir des frontières avec l’Algérie dans l’Est, de contrôler la circulation des hommes et des armes, de dissuader la jeune république d’''exporter sa révolution", tout en semant la division au sein de la gauche », alors proche du Front de libération nationale (FLN). « Autrement dit, le processus de délimitation des frontières externes de l’État-nation est allé de pair avec la mise au pas des adversaires politiques internes de la monarchie », explique Mounia Bennani-Chraïbi.

À LIRE : Pour un député marocain, « l’option militaire » contre le Polisario n’est pas à exclure

Avec la Marche verte, Hassan II a pu parachever l'édification d'un récit unificateur – fondé sur le recouvrement de « l'intégrité territoriale du royaume » – et appareiller une redoutable machinerie nationaliste centrée autour de la revendication du Sahara occidental. Il a manœuvré sur le front extérieur, donc, pour atteindre par ricochet des objectifs de politique intérieure, en codifiant par la même occasion « les lignes rouges qui délimitent la sphère politique instituée : l’acceptation de la nature monarchique du régime, l’adhésion à l’islam, et la reconnaissance de la marocanité du Sahara, c’est-à-dire d’un royaume s’étendant "de Tanger à Lagouira" », explique la politologue, qui résume que « l’accès à la politique instituée était désormais conditionné par le renoncement à lutter pour l’alternative politique, à recourir à la violence politique, et à disputer à la monarchie les sources de légitimité nationaliste et religieuse ». 

Des mouvements de gauche, comme Ila al-Amam (une organisation marxiste-léniniste) qui s’est prononcée pour l’autodétermination des Sahraouis, ont fait les frais de l'assainissement du champ politique de toute opinion contestant la ligne officielle sur le Sahara occidental. Ainsi, la « marocanité du Sahara » est devenue la plus rouge des lignes rouges.

Unis par nos haines

Durant la première séquence du conflit du Sahara occidental – qui fut celle de l’affrontement militaire ayant pris fin en 1991 – un discours de mobilisation a peu à peu éclos. Et, lorsque les secousses politiques et sociales pouvaient être déviées, lorsque sa popularité était éraflée, la monarchie espérait coaguler la nation en répondant par un surplus de nationalisme. 

Elle a ainsi donné vie, ou du moins permis l'émergence d'un discours cocardier et belliciste, particulièrement dévalorisant envers les Sahraouis du Front, portant quasiment en ses plis la négation de leur humanité. Un discours de guerre, porté par l'une de ces animosités radicales qui font les guerres, mais qui s'est poursuivi 27 ans après la fin de celle-ci. 

Les moments d'union nationale dressent tristement le portrait d'une nation cimentée par l'adversité, qui ne s'est jamais retrouvée unie que dans sa condamnation du mouvement indépendantiste

Conditionnées à voir en les Sahraouis du Front Polisario des « traîtres » et des « mercenaires », les générations nées après l'éclatement du conflit semblent profondément endoctrinées, élevées dans le chauvinisme et les excès des discours de régiment qui, assénés dès l’enfance, sont constitutifs d’une vision du monde, se transforment en haines durables et peuvent, par leur catéchisation, incidemment façonner l'identité d'un peuple. 

Car le lien le plus fort, ce qui relie le mieux les Marocains, c'est la détestation du Front Polisario. Et les moments d'union nationale dressent tristement le portrait d'une nation cimentée par l'adversité, qui ne s'est jamais retrouvée unie que dans sa condamnation du mouvement indépendantiste. Une sorte de concordance nationale sur la haine. 



Défilé de soldats du Front Polisario, en 2011, à l’occasion du 35e anniversaire de la création de la République arabe sahraouie démocratique (AFP)

Mais voilà, depuis le cessez-le-feu signé en 1991, le Maroc a choisi la voie diplomatique, et son ambition est l'intégration des Sahraouis.

Certes, pareille capacité de mobilisation populaire autour d'une cause, adossée à la négociation, est en soi un outil de pression diplomatique –car, très cyniquement, la possibilité que toute une nation se mobilise, même indépendamment de ses dirigeants, pour défendre ce territoire constitue en quelque sorte une « arme de dissuasion » face à tout plan de résolution qui exclut la souveraineté du Maroc – mais cette haine nationale risque, aujourd’hui, de doubler sur leur droite les dirigeants eux-mêmes.

À LIRE : Sahara occidental : la guerre pour les ressources naturelles a commencé

Chaque fois que le monarque en appelle au sentiment nationaliste pour contrer les initiatives ou les revers diplomatiques qui pourraient favoriser ses adversaires, les espaces d’expression bouillonnent d’appels à la guerre et à l’éradication du mouvement indépendantiste, d’incitations à la reconquête du Sahara occidental par le feu et le sang, et de contestation de la voie diplomatique. 

La machine nationaliste semble désormais tourner d’elle-même, et la monarchie « ne revendique plus avec succès le monopole sur la production du “sentiment national légitime” », relève Mounia Bennani-Chraïbi.

Des interstices où la paix peut se faire jour

Car si la monarchie « s’est appropriée une forme d’expression du sentiment nationaliste, il y a pluralisation mais aussi autonomisation relative », explique la politologue, qui y voit un effet de « la libéralisation politique qui, en dépit des phases de délibéralisation, semble avoir favorisé l’éclosion d’expressions concurrentielles, soutenues par une masse critique [extension du nombre de citoyens qui se sentent autorisés à exprimer leurs visions du monde] et par les opportunités de communication offertes à travers les réseaux sociaux, etc. ».

Le Maroc risque de composer avec des générations à qui l’on n’a jamais vraiment dit qu’au final, le Maroc et le Front Polisario seront condamnés à s’entendre, et que la solution ne peut être que pacifique et négociée. Une génération qui a grandi dans l’idée que la seule issue est la guerre acceptera-t-elle la paix et les nécessaires compromis qu’elle implique ?

Le Maroc risque de composer avec des générations à qui l’on n’a jamais vraiment dit qu’au final, le Maroc et le Front Polisario seront condamnés à s’entendre, et que la solution ne peut être que pacifique et négociée

Aujourd’hui plus que jamais, le conflit sur le Sahara occidental en appelle à balayer le discours de guerre permanent pour partir d’un regard clarifié. L’adversité nationale vis-à-vis du mouvement indépendantiste est complètement désassortie avec la réalité de la situation sur le terrain – nombre de familles sahraouies résidant dans le territoire administré par le Maroc comptent des membres dans les camps — et avec le mode de règlement de ce conflit. 

Partout, la tentation de bricoler des nationalismes à partir de l’adversité est forte. Mais au moment où le Maroc propose au contraire une offre d’intégration des Sahraouis, le discours officiel et la vision du monde qu’il véhicule gagneraient à s'ancrer dans ce registre.

Cela rendrait l’offre marocaine plus crédible. L’abandon de ce discours n’équivaut pas à dessouder la patrie, mais à la rendre moins inhospitalière.



Le chef de la sécurité de la région d'Al Mahbes, au Sahara occidental (AFP)

Il s’agit donc de se défaire d’un discours incompatible avec la volonté d’intégration des Sahraouis, qui considère les habitants des camps de Tindouf comme des « séquestrés » passifs, enfin « libérés » quand ils rallient le Maroc. Ce discours empêtré dans l’aporie associe dans un même mouvement l’excommunication, le rejet et, nonobstant, le vœu de voir les Sahraouis se présenter au seuil et frapper à la porte pour rentrer au Maroc. 

Et ce n’est pas le moindre des paradoxes de ce conflit que de vouloir ramener un ennemi ainsi dépeint dans son propre camp. Un tel changement de tonalité contribuerait à œuvrer au rapprochement. Et le rapprochement ne supprime pas le différend, mais le débarrasse de sa propension à la négation de l’autre, le rend plus loyal, ouvre des interstices où la paix peut se faire jour.

 

- Reda Zaireg est un journaliste indépendant marocain. Après avoir travaillé pour l'hebdomadaire francophone TelQuel, il a rejoint la rédaction du journal en ligne marocain Medias24.com, puis le Huffington Post Maroc en tant que journaliste politique. Vous pouvez le suivre sur Twitter : @RZaireg.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.  

Photo : Des Marocains devant le tribunal de Salé, près de Rabat, où 25 militants Sahraouis sont jugés pour avoir tué onze policiers marocains en novembre 2010 (AFP).