Ahed Tamimi a été harcelée sexuellement par un interrogateur israélien, selon son avocate

Ahed Tamimi a été harcelée sexuellement par un interrogateur israélien, selon son avocate

#OccupationPalestine

Sur les images vidéo d’un interrogatoire, un officier israélien dit à Ahed Tamimi : « Tu as les yeux d’un ange ». L’avocate de l’adolescente dénonce l’absence d’officier femme lorsque sa cliente était interrogée

L'avocate israélienne Gaby Lasky parle avec Ahed Tamimi, sa cliente, au tribunal militaire de la prison d'Ofer, le 1er janvier 2017 (AFP)
04 avril 2018
Last update: 
Wednesday 4 April 2018 15:19 UTC
Last Update French: 
04 avril 2018

L'avocate d'Ahed Tamimi a accusé un interrogateur israélien d’avoir harcelé sexuellement la jeune Palestinienne de 17 ans, arrêtée en décembre dernier dans sa ville natale du village de Nabi Saleh, en Cisjordanie occupée, pour avoir giflé un soldat israélien devant une caméra.

Gaby Lasky a déposé une plainte auprès du procureur général israélien lundi, affirmant que l'un des interrogateurs avait interrogé Tamimi d'une manière inappropriée, en particulier compte tenu de son statut de mineure, et a inclus des remarques sur son apparence.

Gaby Lasky a décrit le comportement de l'interrogateur, officier de l'unité de renseignement militaire Aman, comme une « violation flagrante de la loi », qualifiable de harcèlement sexuel.

À LIRE : Ahed Tamimi et les femmes dans la résistance palestinienne

L’avocate s'est plainte à deux reprises au procureur général, mais aucune enquête n'a été ouverte sur le comportement des enquêteurs des services de renseignement israéliens à l'époque.

Un porte-parole de l'armée israélienne a déclaré mercredi au site d'information hébreu Ynet qu’une enquête avait été ouverte sur cette affaire.

Gaby Lasky a dénoncé le fait que, malgré son âge, Tamimi a été interrogée simultanément par deux hommes, sans la présence d'une femme officier dans la pièce ou d'un professionnel spécialisé dans l'interrogation des mineurs.

« Cela prouve que le système d'application de la loi [israélien] porte atteinte aux droits des mineurs palestiniens »

- Gaby Lasky, avocate

Alors que les forces israéliennes doivent présenter une femme lors d’un interrogatoire de femmes, d’anciennes prisonnières palestiniennes ont affirmé à Middle East Eye que les policières n’étaient pas toujours présentes et servaient souvent de couverture pour les abus verbaux et physiques pendant les interrogatoires.

Tamimi avait 16 ans lorsqu'elle a été arrêtée pour avoir giflé un soldat israélien qui ne voulait pas quitter le domicile de sa famille, le jour même où les forces israéliennes ont tiré une balle en acier recouverte de caoutchouc sur son cousin Mohammed Tamimi, âgé de 15 ans.



Mohammed a passé quatre jours dans le coma et subi deux opérations pour enlever une balle en acier recouverte de caoutchouc logée à l’arrière de son cerveau (MEE/Tessa Fox)

Gaby Lasky a ajouté que l'interrogateur en question avait menacé d'arrêter les proches de Tamimi et de les interroger eux aussi, si elle continuait à garder le silence pendant les interrogatoires.

« Cela prouve que le système d'application de la loi [israélien] porte atteinte aux droits des mineurs palestiniens », conclut la plainte.

La séquence d'interrogation a été divulguée

Des images vidéo de l'interrogatoire de Tamimi ont été divulguées dimanche à The Daily Beast, montrant que l'adolescente aurait subi deux heures d'interrogatoire le 26 décembre.

Selon The Daily Beast, Ahed Tamimi a affirmé qu'elle avait le droit de garder le silence alors que deux interrogateurs masculins essayaient différentes tactiques pour la faire parler.

« Vous avez les yeux d’un ange », a dit un interrogateur à Tamimi en arabe, faisant « de sinistres tentatives de flirt » et proférant des menaces contre sa famille.

La vidéo était celle de son troisième interrogatoire. Elle y apparaît menottée et assise derrière un bureau, dans un bureau de police, selon The Daily Beast.

Ahed Tamimi purge actuellement une peine de huit mois à la prison militaire d'Ofer après avoir plaidé coupable en mars dernier. 

Avant que la cour accepte l’accord de « plaider coupable » conclu entre le procureur et la défense, la jeune fille avait déclaré : « Il n'y a pas de justice sous l’occupation et cette cour est illégitime. »

Elle purgera une peine de seulement deux mois de moins qu'Elor Azaria, le soldat israélien qui a achevé d’une balle dans la tête un assaillant palestinien

Elle purgera une peine de seulement deux mois de moins qu'Elor Azaria, le soldat israélien qui a achevé d’une balle dans la tête un assaillant palestinien désarmé et blessé à Hébron en mars 2016. 

Ahed Tamimi a été arrêtée en décembre dernier après la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux israéliens, montrant qu'elle avait giflé, frappé et frappé deux soldats israéliens armés de fusils M16 et équipés de casques et de gilets pare-balles.

La mère de Tamimi, Nariman, a également été détenue et condamnée à huit mois de prison pour avoir filmé et partagé la vidéo.

Son procès a bénéficié d'une couverture médiatique internationale et des groupes de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International, ont fait campagne pour sa libération.

Traduit de l'anglais (original).