Aller au contenu principal

Arrestation en Turquie « de frappeurs de monnaie de l’État islamique »

Les autorités de Gaziantep disent avoir saisi du matériel utilisé par les miliciens de l’EI pour produire des pièces destinées à servir de monnaie dans les zones qu’ils contrôlent en Syrie
Une image d’une pièce de 5 dinars partagée sur les réseaux sociaux plus tôt cette année

Les autorités ont annoncé que la police turque avait arrêté six étrangers et saisi du matériel qui aurait été utilisé par les miliciens du groupe État islamique (EI) pour produire des pièces de monnaie.

Un communiqué publié par le cabinet du gouverneur de Gaziantep indique que la police a saisi l’équipement à l’intérieur d’un bâtiment de la ville, située près de la frontière avec la Syrie, ainsi que dans les véhicules des suspects. 

Selon le communiqué, publié sur le site internet du cabinet du gouverneur de Gaziantep, les pièces servent de monnaie dans les zones contrôlées par l’EI. Aucune information n’a été donnée sur les suspects ou la date de leur arrestation.

Le groupe EI a annoncé l’année dernière qu’il commencerait à produire sa propre monnaie afin de « s’émanciper du système économique mondial satanique ».

La monnaie, basée sur le modèle des dinars utilisés à l’époque du califat d’Othman en 634, devait comprendre sept pièces : deux en or, trois en argent et deux en cuivre. Un dinar en or devait valoir environ 139 dollars.

Un activiste anti-EI connu sous le nom d’Abou Ibrahim Raqqawi, qui vit dans la ville de Raqqa, contrôlée par le groupe, a posté plus tôt cette année sur son compte Twitter des photographies des pièces, affirmant qu’elles seraient bientôt en circulation. 

Les dessins estampés sur les pièces d’or incluent un symbole de sept épis de blés – une référence coranique – et une carte du monde.

Les prototypes comportaient également l’inscription d’un message en arabe signifiant « L’État islamique – un califat fondé sur la doctrine du Prophète ».

Traduction de l’anglais (original).