Aller au contenu principal

En Iran, un général accuse Israël de voler des nuages

Selon un général iranien, la sécheresse dans son pays est provoquée par l’ingérence d’Israël qui empêche la pluie de tomber sur l’Iran et vole les nuages et la neige
Un Iranien conduit sa motocyclette au milieu de la zone humide de Hamoun près de la ville de Zabol, à la frontalière de l'Afghanistan, frappée par la sécheresse, le 2 février 2015 (AFP)
Par

Alors que l’Iran fait face depuis plusieurs années à un grave problème de sécheresse, Gholam Reza Jalali, commandant de la Défense passive iranienne a déclaré : « Le changement climatique en Iran est suspect », lors d’un colloque national sur la protection des populations, rapporte l’agence Isna.

« Une ingérence étrangère est soupçonnée d'avoir joué un rôle dans le changement climatique », affirme M. Jalali. « Des centres scientifiques du pays ont mené une étude sur ce sujet et leur résultat confirme [cette hypothèse] », ajoute-t-il pour appuyer ses accusations. 

Toujours selon l’agence Isna, le général iranien explique qu’« Israël et un autre pays de la région ont des équipes conjointes qui veillent à ce que les nuages ​​pénétrant dans le ciel iranien ne puissent pas déverser la pluie ». 

« En plus de cela, nous sommes confrontés à la question du vol de nuages ​​et de neige », ajoute-t-il en citant une étude montrant qu'au-dessus de 2 200 mètres, toutes les zones montagneuses entre l'Afghanistan et la Méditerranée sont recouvertes de neige.

Les déclarations de Gholam Reza Jalali ont amusé certains internautes, qui les ont détournées.



« Ça nous dissuadera de trouver les bonnes solutions » 

Suite à ces déclarations, l’agence de météorologie iranienne s’est exprimée en démentant les propos de Gholam Reza Jalali.

Selon le directeur, Ahad Vazife, cité par Isna, « sur la base des données météorologiques, il n'est pas possible qu'un pays vole de la neige ou des nuages ». 

« L'Iran a souffert d'une sécheresse prolongée et c'est une tendance mondiale qui ne s'applique pas uniquement à l'Iran. Poser de telles questions non seulement ne résout aucun de nos problèmes mais nous dissuadera de trouver les bonnes solutions. »

Ce n’est pas la première fois qu’un haut responsable iranien accuse des pays étrangers de « voler la pluie ». En 2011, l'ancien président Mahmoud Ahmadinejad a accusé les pays occidentaux de « provoquer la sécheresse » en Iran, en utilisant des équipements high-techs pour vider les nuages de leurs gouttes de pluie. 

Selon le centre de gestion de la sécheresse et des crises de l’agence météorologique, en Iran, 94 % de la superficie serait affectée par la sécheresse.