Aller au contenu principal

La Cour de cassation égyptienne annule la peine de mort de Morsi

La Cour de cassation a ordonné un nouveau procès devant une cour criminelle, a indiqué à l'AFP une source judiciaire
Cette photo prise le 2 juin 2015 montre le président déchu Mohamed Morsi dans sa cage d’accusé lors de son procès à l’académie de police dans la périphérie du Caire (AFP)

Une cour d’appel égyptienne a annulé la condamnation à la peine de mort de l’ancien président Mohamed Morsi dans le cadre de l’un de ses nombreux procès depuis son renversement en 2013, a indiqué une source judiciaire.  

La Cour de cassation a ordonné que Morsi soit rejugé sur les accusations portant sur son rôle dans des évasions massives de prison et des attaques contre la police durant la révolte qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir en 2011.

Mardi, la Cour de cassation a également annulé les condamnations d'au moins cinq des co-accusés de Mohamed Morsi, dont l'ancien guide suprême des Frères musulmans Mohamed Badie.

Morsi a été demis par un coup militaire mené par l’ancien général et désormais président Abdel Fattah al-Sissi en juillet 2013 après des manifestations de masse contre son régime.  

Morsi a écopé par la suite de vingt ans de prison sans possibilité de libération conditionnelle pour le meurtre présumé de manifestants en décembre 2012. Il a également été reconnu coupable d’espionnage pour le Qatar et pour le Hamas et a été condamné à 40 ans de prison et à la détention à perpétuité respectivement pour ces deux chefs d’accusation. 

Des militants islamistes, qui ont plus tard déclaré leur soutien au groupe État islamique (EI), ont lancé une insurrection en Égypte qui a tué des centaines de policiers et de soldats depuis le renversement militaire de Morsi.

Vendredi, un juge égyptien impliqué dans le procès de Morsi a échappé sain et sauf d’un attentat à la voiture piégée au Caire, selon des officiers de police. 

Des officiels ont déclaré que la bombe, qui a explosé dans le quartier de Nasr City, dans l’est de la ville, visait le juge Ahmed Abul Fotouh tandis qu’il conduisait. L’explosion n’a pas fait de blessés. 

Cette attaque est survenue quelques jours après un attentat à la bombe en bordure de route qui ciblait un convoi de policiers au Caire et a tué un passant.

En septembre, des militants ont fait exploser une bombe tandis que le procureur général adjoint du pays passait à côté. Il n’a pas été blessé.

Traduit de l’anglais (original).