Aller au contenu principal

La justice européenne autorise l'interdiction du voile en entreprise, Twitter s'enflamme

Le jugement, autorisant les employeurs à interdire le port du voile en entreprise, pourrait aggraver les discriminations
Une femme portant le voile se joint à une démonstration organisée par « Stand up to Racism » devant l’ambassade française à Londres, le 26 août 2016 (AFP)

La Cour européenne de justice (CJUE) a décidé mardi que les employeurs avaient le droit d’interdire le port de symboles religieux à leurs employés. Pour beaucoup de personnes, ce jugement cible principalement les femmes musulmanes.

La décision survient alors que la cour de cassation belge a renvoyé l’affaire d’une réceptionniste musulmane, licenciée pour avoir porté le voile, devant la cour européenne.

Il s’agit du premier jugement de la cour sur la question des voiles islamiques au travail. Cette décision intervient dans un contexte où les politiques d’immigration et celles relatives aux réfugiés sont des sujets essentiels en Europe.

La question de l’immigration et de l’habit musulman font l’objet de débats depuis de nombreuses années, le voile intégral étant interdit en France, en Belgique et en Autriche.

Les utilisateurs de réseaux sociaux ont exprimé leur colère et leur déception suite à la décision de la cour.

Traduction : « Très déçu par cette décision. Les femmes musulmanes sont déjà désavantagées au travail. Qu’en est-il de leurs droits ? »

Traduction : « Cela signifie essentiellement que les employeurs seront en mesure de choisir de ne pas employer une proportion importante de femmes musulmanes. Absolument honteux. »

Cette décision, jointe aux cas de deux femmes licenciées en France et en Belgique pour leur refus d’enlever le voile, est prise à la veille des élections néerlandaises.

L’anti-islamiste et leader du Parti de la liberté (PVV), Geert Wilders, espère des progrès importants : il souhaite interdire aux Pays-Bas les symboles islamiques, les mosquées et le Coran.

Les utilisateurs de réseaux sociaux ont souligné le fait que la décision affecterait de façon disproportionnée les femmes musulmanes.

Traduction : « Sexiste et islamophobe. Affecte directement les femmes musulmanes. C’est une  putain de honte »

Traduction : « Ah encore un autre moyen de légaliser la haine antimusulmane. Bravo l’Europe moralement défaillante. »

Traduction : « Alors désormais une femme musulmane ne pourra travailler que si elle abandonne sa religion. Nous vivons au Moyen-Âge »

John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie Centrale d’Amnesty International, a déclaré que la décision « donne davantage de facilités aux employeurs pour discriminer les femmes – et les hommes – sur la base de leurs croyances religieuses. À une époque où l’identité et l’apparence sont devenues des terrains de combats politiques, les gens ont besoin de davantage de protection contre les préjugés, pas moins. »

Tandis que la décision affirmait que de telles interdictions ne pouvaient être basées sur des préjugés envers leurs clients, Dalhuisen a ajouté qu’« en jugeant les entreprises à même d’interdire les symboles religieux pour des raisons de neutralité, elles ont précisément ouvert une porte à ces préjugés ».

Des twittos ont été étonnés du fait que les gens fassent autant cas du hijab…

Traduction : « Je ne comprendrai jamais pourquoi le voile dérange à ce point ? Terrible. »

Et de nombreux utilisateurs ont souligné l’hypocrisie de l’UE qui se veut un bastion de la liberté.

Traduction : « Vous avez perdu le droit de critiquer l’Iran et l’Arabie saoudite pour leur oppression des femmes en définissant légalement leur code vestimentaire. »

Traduction : « C’est tout simplement stupide, plus particulièrement parce que l’article 9 de la CEDH protège la liberté de religion. Ça doit sûrement aller en appel ? »

Traduit de l’anglais (original).