Aller au contenu principal

L’Arabie saoudite suspend ses exportations de pétrole après une attaque des Houthis

Après l’attaque de deux pétroliers saoudiens en mer Rouge par les rebelles yéménites, l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, a suspendu ce mercredi toutes ses livraisons par le détroit stratégique de Bab-el-Mandeb
Khalid al-Falih, ministre saoudien de l'Énergie (AFP)

L’Arabie saoudite, premier exportateur mondial du pétrole, a suspendu, mercredi 26 juillet, toutes ses livraisons de pétrole par le détroit stratégique de Bab-el-Mandeb. La décision saoudienne a été provoquée par l’attaque de deux pétroliers saoudiens en mer Rouge par les rebelles yéménites, selon l’AFP.

Le détroit de Bab-al-Mandeb, qui sépare Djibouti et le Yémen, la péninsule arabique et l'Afrique, reliant la mer Rouge au golfe d’Aden, ne mesure que 25 km de large, ce qui fait des centaines de navires qui le traversent des cibles faciles.

« Toutes les livraisons de pétrole par le détroit de Bab-el-Mandeb ont été temporairement suspendues »

- Khalid al-Falih, ministre saoudien de l'Énergie

« Toutes les livraisons de pétrole par le détroit de Bab-el-Mandeb ont été temporairement suspendues jusqu'à ce que le trafic maritime dans la zone soit sûr », a ainsi déclaré dans un communiqué le ministre saoudien de l'Énergie, Khalid al-Falih.

Deux pétroliers opérés par le groupe maritime saoudien Bahri, chacun d'une capacité de deux millions de barils, ont été attaqués en mer Rouge par des rebelles yéménites Houthis, a annoncé dans un communiqué la compagnie pétrolière saoudienne Aramco, contrôlée par l'État.

Risque de marée noire ?

« L'un des navires a subi des dégâts mineurs. Aucune blessure et aucune fuite de pétrole n'ont été rapportées », a indiqué Aramco. Le groupe saoudien a précisé que la décision de suspendre les livraisons avait été prise « dans l'intérêt de la sécurité des navires et pour éviter le risque de marée noire ».

La chaîne de télévision des rebelles, Al-Massirah, avait annoncé que les Houthis avaient ciblé un navire de guerre saoudien baptisé « Al-Dammam », sans fournir de détails.

À LIRE ► La vente saoudienne d’Aramco est un défi économique majeur

Ryad accuse régulièrement les rebelles yéménites de menacer les navires saoudiens en mer Rouge à partir du port stratégique de Hodeida, qu'ils contrôlent.

« L'attaque terroriste est une dangereuse menace pour la liberté de navigation et le commerce international sur la mer Rouge », a déclaré le porte-parole de la coalition, Turki al-Maliki, se référant aux Houthis, dans un communiqué diffusé par l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

Remontée du cour du pétrole 

« Le port de Hodeida est toujours le point de départ d'attaques terroristes », a dit ce porte-parole. Les forces du gouvernement yéménite et celles de la coalition sous commandement saoudien ont lancé le 13 juin une offensive contre Hodeida pour tenter de reprendre le port stratégique aux rebelles.

4,8 millions de barils par jour de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés ont traversé le détroit de Bab-el-Mandeb en 2016

La suspension des livraisons saoudiennes a fait grimper le prix du brent (prix de référence européen) de 42 cents (0,6 %), soit 74,35 dollars le baril ce jeudi, selon Reuters.

On estime que 4,8 millions de barils par jour de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés ont traversé le détroit de Bab-al-Mandeb en 2016 vers l'Europe, les États-Unis et l'Asie, selon l'US Information Energy Administration.