Aller au contenu principal

L’imam d’une petite ville américaine s’acquitte de l’amende de l’homme qui a vandalisé sa mosquée

Abraham Davis avait gravé des croix gammées et tagué « rentrez chez vous » sur les murs de la mosquée Masjid al-Salam
Depuis l’élection de Donald Trump, l’islamophobie est en hausse (AFP)
Par

L’imam d’une mosquée vandalisée dans la petite ville américaine de Fort Smith, dans l’Arkansas, a pardonné et payé l’amende de l’agresseur, condamné pour crime de haine.

En octobre 2016, Abraham Davis avait gravé des croix gammées et tagué « rentrez chez vous » sur les murs de la mosquée Masjid al-Salam. Filmé par les caméras de sécurité de la mosquée, il a été inculpé pour crime de haine.

« Nous savions que cette personne avait fait quelque chose de mal et qu’il devait y avoir des conséquences pour ses actes », a déclaré l’imam, Louay Nassri, à la chaîne NBC après s’être acquitté de l’amende, le 31 décembre. « Mais nous n’avions aucun ressentiment envers qui que ce soit », a-t-il ajouté.

Nassri a indiqué que l’argent – 1 700 dollars – devait initialement servir pour des travaux de rénovation de la mosquée, mais que les administrateurs du lieu de culte avaient ensuite changé d’avis.

« Après tout ce qu’il a subi, nous ne voulions pas qu’il soit accablé par des difficultés financières », a-t-il commenté. « Et comme je le lui ai dit, nous voulons qu’il ait un avenir meilleur. »

« S’il avait su qui nous étions, il n’aurait pas agi ainsi. Si nous avions connu ses problèmes à notre égard, nous aurions essayé de l’aider. La communication est extrêmement importante. L’éducation est extrêmement importante », a ajouté Nassri.

James Zogby, président de l’Arab American Institute, un groupe de réflexion basé à Washington, a déclaré à Middle East Eye en août dernier que les attaques d’individus ou de groupes de droite contre les musulmans, ainsi que les effets du Printemps arabe, qui ont engendré notamment une nouvelle vague d’immigration, ont ébranlé l’identité arabo-américaine.

Selon Zogby, plus de 600 000 personnes originaires du monde arabe ont immigré aux États-Unis au cours des quinze dernières années.

Traduit de l’anglais (original).