Aller au contenu principal

Selon un groupe humanitaire, la crise en Syrie donne l’« opportunité » de répandre le christianisme

Ces commentaires interviennent dans le cadre d’une polémique entourant la distribution de Bibles par des travailleurs humanitaires aux réfugiés retenus sur les îles grecques
Un homme passe à côté de structures de fortune utilisées comme église et mosquée par les réfugiés dans un camp à Idomeni dans le nord de la Grèce (AFP)
Par

Le directeur d’une association caritative chrétienne active en Syrie a déclaré que la crise constitue une « opportunité » pour répandre la foi chrétienne, affirmant que la guerre est « essentiellement une querelle inter-islamique ».

Steve Van Valkenburg est le directeur régional de Christian Aid Mission aux États-Unis, une organisation qui travaille avec des groupes humanitaires chrétiens dans plus de 100 pays et finance des « missionnaires indigènes » « sur le champ de mission ».

« Les réfugiés… voient les combats entre musulmans, puis ils voient comment les chrétiens leur tendent la main avec amour et bienveillance – cela doit toucher leur cœur », a déclaré mardi Valkenburg à The Christian Post.

Christian Mission Aid soutient actuellement seize organisations chrétiennes syriennes actives en Syrie.

« Nous ne savons pas vraiment quel camp choisir », a poursuivi Valkenburg.

« En gros, il s’agit qu’une querelle de famille et nous essayons de nous immiscer au milieu. C’est une querelle inter-islamique », a-t-il déclaré.

« Toutes sortes de gens viennent en Europe. Certains sont des terroristes d’esprit, certains sont en train de devenir disciples du Christ, certains sont juste désabusés », a-t-il poursuivi.

« Il y a une grande opportunité pour le ministère parmi ces gens. Ils vont en Europe avec rien d’autre que des cicatrices, le chagrin et le désespoir, et c’est une excellente opportunité pour les atteindre. »

Un autre directeur de l’organisation, non identifié, qui a discuté avec la même journaliste le même jour, a déclaré à The Christian Post que son groupe distribuait autant de Bibles en langue arabe que possible aux 8 000 réfugiés syriens avec lesquels il travaille en Turquie.

Des volontaires chrétiens se plaignent de « restrictions de la liberté religieuse »

Ces commentaires interviennent dans un contexte de querelles concernant de présumées tentatives de la part de travailleurs humanitaires en Grèce de convertir les réfugiés en distribuant du matériel religieux ainsi que des allégations de « restrictions de la liberté religieuse » par des volontaires chrétiens.

Le chef d’Euro Relief, Stefanos Samiotakis, s’est plaint mercredi que les représentants du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) avaient « restreint [s]a liberté personnelle en tant que citoyen de [Grèce…] de partager l’évangile de Jésus-Christ avec les réfugiés. »

« Nous sommes en Grèce et le HCR nous interdit d’exprimer notre foi », a écrit Samiotakis après qu’un travailleur de l’agence onusienne pour les réfugiés lui a demandé de ne pas discuter de religion avec les réfugiés.

Euro Relief est devenue la plus grande organisation humanitaire travaillant au camp de Moria, sur l’île de Lesbos, après le retrait d’autres groupes pour protester contre un accord entre l’UE et la Turquie par lequel les demandeurs d’asile sont retenus à leur arrivée au hotspot de l’île.

Le site web d’Euro Relief ne mentionne aucune orientation religieuse et, dans une récente déclaration sur sa page Facebook, l’ONG affirme qu’elle « ne fait pas de distribution de Bibles ».

Toutefois, elle affirme que le droit des ressortissants grecs de distribuer des Bibles est inscrit dans la Constitution du pays, et accuse le journal britannique The Guardian – qui avait rapporté la distribution de « formulaires de conversion » – de tenter d’« importer la persécution [religieuse] en Grèce ».

L’allégation de Samiotakis à propos de la restriction de la liberté religieuse a suscité un vif débat et des critiques de la part d’autres travailleurs humanitaires.

Un deuxième travailleur humanitaire, lui aussi chrétien, a accusé Samiotakis et Euro Relief de « tenter d’imposer [leurs] croyances aux autres », tandis que d’autres se sont demandé si les organismes d’aide devraient discuter de religion avec des réfugiés potentiellement vulnérables.

 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.