Aller au contenu principal

Syrie : la Russie offre un passage sûr aux rebelles d’Alep

En dépit de son offre, Moscou continue de mener des frappes aériennes sur l'est de la ville
Des avions de chasse russes survolent Deir ez-Zor, Syrie (Reuters)

La Russie a annoncé jeudi qu'elle était prête à mettre à disposition des rebelles un passage sûr afin qu’ils quittent Alep, tout en maintenant ses frappes aériennes sur la ville alors que les puissances mondiales préparent de nouveaux pourparlers pour parvenir à un cessez-le-feu.

Moscou a indiqué qu'il était prêt à donner aux rebelles un moyen de sortir d'Alep, où plus de 250 000 personnes vivent sous le siège du gouvernement.

« Nous sommes disposés à assurer le retrait en toute sécurité des rebelles armés, le passage sans entrave des civils à destination et en provenance de l'est d'Alep, ainsi que l'acheminement de l'aide humanitaire sur place », a déclaré le lieutenant-général russe Sergei Rudskoy lors d’une séance d'information télévisée.

Plus tôt ce mois-ci, l’envoyé spécial de l'ONU en Syrie, Staffan de Mistura, a proposé d'escorter lui-même les rebelles hors d'Alep.

La Syrie est plongée dans certaines des pires violences de ses cinq ans de guerre depuis l'effondrement d'une trêve négociée par Washington et Moscou le mois dernier.

Une offensive gouvernementale à grande échelle, soutenue par la puissance aérienne russe, a ensuite débuté pour capturer la partie d'Alep sous contrôle de l'opposition.

Tôt ce matin, des raids ont tué au moins sept civils à l'est d'Alep, selon l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme. Les forces gouvernementales ont en outre saisi un terrain surplombant les zones de l'opposition à la périphérie nord-est de la ville.

L'Observatoire a également déclaré que cinq enfants avaient été tués par des tirs de roquettes des rebelles sur les quartiers tenus par le gouvernement à Alep ouest, et la télévision d'État syrienne a indiqué qu’une école avait été touchée.

Les résidents de l'ouest de la ville ont affirmé qu'ils avaient été contraints d’abandonner leurs véhicules afin de se réfugier dans des bâtiments environnants en raison du barrage de feu rebelle.

Traduction partielle de l’anglais (original).