Aller au contenu principal

VIDÉO : « Nous voulons juste jouer », confient des enfants palestiniens emprisonnés en Israël

Trois cents mineurs palestiniens sont actuellement emprisonnés dans les geôles israéliennes
Un agent de police israélien fouille un jeune Palestinien à l’entrée de la Porte de Damas qui mène à la vieille ville de Jérusalem, le 9 février 2016 (AFP)

Aroutz 2, une chaîne de télévision israélienne, a diffusé un documentaire sur les enfants palestiniens actuellement emprisonnés en Israël, précisant qu’ils étaient 300.

Dans ce documentaire, un journaliste pose plusieurs questions en arabe aux enfants, qui sont emprisonnés depuis un an.

Il leur demande ce qu’ils ont fait pour être arrêtés et emprisonnés pendant tout ce temps. Les réponses vont du jet de pierres au lancement de « molotov », le terme employé pour désigner des armes incendiaires improvisées à partir de bouteilles.

Les enfants déclarent que leurs communautés sont opprimées, et que c’est cela qui les a incités à lancer des pierres et d’autres munitions légères.

Un enfant âgé de 13 ans déclare dans l’interview qu’il souhaite se concentrer sur son « éducation, [sa] vie et jouer » s’il est libéré.

Selon l’AFP, environ 6 500 Palestiniens sont actuellement détenus par Israël pour un éventail d’infractions et de crimes présumés. Selon des groupes de défense des droits de l’homme, il y a 1 100 prisonniers politiques palestiniens.

Lundi dernier, des centaines de Palestiniens incarcérés dans les prisons israéliennes ont entamé une grève de la faim à la suite de l’appel du leader emprisonné Marouane Barghouti. Cette action pourrait poser un véritable défi aux autorités israéliennes si elle se poursuit.

Magdalena Mughrabi, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International, a déclaré que « la détention administrative utilisée par Israël principalement pour détenir les Palestiniens sans inculpation est arbitraire et abusive ».

La grève de la faim de lundi a coïncidé avec la « Journée des prisonniers palestiniens », et beaucoup de personnes se sont exprimées sur les réseaux sociaux pour attirer l’attention sur ce mouvement de grève, ainsi que sur le nombre croissant de prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes :

Traduction : « Des centaines de prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes entament une grève de la faim pour manifester contre leur détention illégale lors de la #JournéedesPrisonniersPalestiniens »

« 56 femmes détenues dans les prisons israéliennes sont soumises à du harcèlement sexuel,  psychologique et des violences verbales »

« En cette #JournéedesPrisonniersPalestiniens, je suis solidaire des prisonniers politiques et détenus palestiniens maintenus en prison sans procès »

Traduit de l’anglais (original).