Khan al-Ahmar avance la rentrée scolaire, dans l’espoir d’éviter sa destruction

Khan al-Ahmar avance la rentrée scolaire, dans l’espoir d’éviter sa destruction

#OccupationPalestine

Dans ce village bédouin menacé de destruction par Israël, les enfants sont retournés à l’école dans la chaleur brûlante de l’été pour tenter de dissuader les autorités d’occupation de procéder à la démolition

Un enfant regarde un enclos pour animaux dans le village bédouin de Khan al-Ahmar (MEE/Yumna Patel)
AFP's picture
17 juillet 2018
Last update: 
Tuesday 17 July 2018 8:42 UTC
Last Update French: 
17 juillet 2018

KHAN AL-AHMAR, Territoires palestiniens occupés (Cisjordanie) – Indifférents au soleil déjà brûlant, une petite centaine d’enfants, en rang, entonnent l’hymne palestinien. Dans le reste de la Cisjordanie occupée, les élèves sont encore en vacances, mais à Khan al-Ahmar, village bédouin menacé de destruction par Israël, la rentrée vient de sonner.

Le hameau de 191 habitants – situé à l’est de Jérusalem, près de colonies israéliennes – et son école sont menacés de destruction, les autorités israéliennes jugeant les constructions illégales.

Les résidents et les organisations de défense des droits de l’homme soulignent quant à eux que l’obtention par les Palestiniens de permis de construire de la part d’Israël est pratiquement impossible dans ce secteur de la Cisjordanie occupée, où les autorités israéliennes contrôlent la gestion des affaires civiles.



Le camp de Khan al-Ahmar est essentiellement fait de tôles et de bois (MEE/Yumna Patel)

Comme tous les enfants du hameau, Amani Ali, 11 ans, a donc enfilé une blouse lundi pour s’asseoir dans une salle de classe, en plein mois de juillet.

« Le fait que les élèves soient à l’école, ça peut empêcher que la décision soit appliquée parce qu’ils vont se rendre compte qu’il y a des cours, de la vie, des gens »

- Ghadir Darsya, enseignante

« On commence l’année scolaire plus tôt, parce que les Israéliens veulent détruire l’école. Alors quand ils viendront pour la démolir, nous serons là », explique-t-elle.

Le 24 mai, la Cour suprême israélienne a donné son feu vert à la démolition du petit hameau planté à flanc de colline, coincé entre l’autoroute, le désert et deux colonies israéliennes.

Deux recours en justice ont été déposés depuis, suspendant provisoirement l’ordre de démolition, le temps qu’ils soient examinés, d’ici le 15 août.

« On a peur à chaque instant »

« Le fait que les élèves soient à l’école, ça peut empêcher que la décision soit appliquée parce qu’ils vont se rendre compte qu’il y a des cours, de la vie, des gens », estime aussi Ghadir Darsya, qui enseigne à Khan al-Ahmar depuis trois ans.

« Personne ne sait ce qui va se passer », poursuit-elle, triant les livres avec ses collègues, tandis que dans la cour adjacente résonnent des éclats de voix enfantines.

« Avec cette décision, ils expulsent tous les bédouins et les remplacent par des colons »

- Eid Abou Khamis, porte-parole du village

L’école a été construite en 2009 avec le soutien d’ONG et de l’Union européenne. Entièrement bâtie avec des pneus, du sable et de la boue, elle accueille aujourd’hui 170 élèves de différents villages bédouins, selon la directrice.

« Il y a une cinquantaine de familles, avec beaucoup d’enfants, où vont-ils aller ? », s’inquiète Ghadir Darsya.



Des Palestiniens protestent contre la démolition du camp avant sa suspension provisoire le 9 juillet (Reuters)

À Khan al-Ahmar, pas de maisons en ciment, mais des abris de fortune, faits de tôles, de carton, de bois et de toile, à l’image du logement de Raya Jahaline, 50 ans.

« On a peur à chaque instant, la nuit je n’arrive pas à dormir », confie-t-elle, ses petits-enfants jouant sur un grand tapis derrière elle, dans ce qui tient lieu de salon, dépourvu de meubles.

« C’est notre terre, je vis ici depuis 50 ans, je suis née ici, mes enfants se sont mariés ici », ajoute-t-elle.

Politique d’expulsions

Le petit hameau est installé depuis 1952, après que les bédouins de la tribu des Jahalin ont été forcés de quitter le Néguev, dans le sud, lors de la création d’Israël en 1948.

L’État israélien veut aujourd’hui les réinstaller dans une localité près d’Abou Dis, en Cisjordanie occupée, mais ceux-ci refusent, arguant notamment que l’endroit choisi est situé à proximité d’une décharge, dans une zone urbaine où ils ne pourraient plus faire paître leurs animaux.

« La plupart du temps, Israël évite de procéder à des transferts physiques forcés, mais crée des conditions de vie impossibles pour les communautés qui y sont installées, afin qu’elles finissent, si elles partent, par le faire de leur propre chef »

- Amit Gilutz, porte-parole de B’Tselem

Pour Eid Abou Khamis, un porte-parole du village, l’éviction forcée mettrait en péril la viabilité d’un futur État palestinien.

« Avec cette décision, ils expulsent tous les bédouins et les remplacent par des colons », coupant de fait en deux la Cisjordanie occupée, en séparant la partie au nord de Jérusalem de celle au sud de la ville sainte, explique-t-il.

Des diplomates européens se sont rendus à Khan al-Ahmar début juillet pour exprimer leur opposition à la destruction, et l’UE a demandé fin mai à Israël de revenir sur sa décision.

À LIRE ► Dans les territoires palestiniens, les enfants doivent braver tous les dangers pour s’instruire

Selon l’ONG israélienne B’Tselem, opposée à l’occupation des territoires palestiniens, environ 180 communautés palestiniennes sont menacées d’expulsion en Cisjordanie occupée.

« Cela fait des décennies qu’Israël mène une politique visant à essayer d’expulser des Palestiniens de la zone dite ‘’C’’ en Cisjordanie », explique Amit Gilutz, porte-parole de l’organisation.

« La plupart du temps, il évite de procéder à des transferts physiques forcés, ajoute-t-il, mais crée des conditions de vie impossibles pour les communautés qui y sont installées, afin qu’elles finissent, si elles partent, par le faire de leur propre chef. »

 

par Clothilde Mraffko