Skip to main content

Trois militaires tués dans le sud tunisien

Une patrouille militaire a été attaquée ce lundi par un groupe armé près de Kasserine. Bilan : trois tués et sept blessés dont deux dans un état grave

Les montagnes du sud tunisien où l’armée traque les groupes armés principalement affiliés à al-Qaïda (MEE)

By

Trois militaires tunisiens ont été tués ce lundi 29 août dans la région de Jbel Semmama, près de Kasserine, dans le sud de la Tunisie. Leur décès a été causé par l’explosion d’une mine au passage d’une patrouille militaire lors d’un ratissage, rapporte l’agence de presse officielle, la TAP. Sept autres soldats ont été blessés, deux d’entre eux se trouvent dans un état grave.

Selon le porte-parole du ministère de la Défense, Belhassen Oueslati, les militaires effectuaient « des travaux d’asphaltage lorsqu’ils ont été attaqués » avec des lance-roquettes RPG, des fusils mitrailleurs et des grenades.

Depuis plusieurs jours, l’armée tunisienne mène des opérations de recherche à l’aide d’hélicoptères dans les montagnes du gouvernorat de Kasserine, suspectées d’abriter des islamistes armés.

Cette région est considérée comme une des plus sensibles du pays, surtout depuis les manifestations de janvier, menées par des jeunes pour protester contre le chômage, la corruption et la marginalisation dont ils s’estiment victimes.

Ce même lundi, au palais présidentiel de Carthage près de Tunis, se tenait la cérémonie de passation de pouvoir entre le nouveau chef du gouvernement, Youssef Chahed, et son prédécesseur, Habib Essid. Lors de leur discours, les deux responsables ont insisté sur les défis sécuritaires à relever.

Il y a moins d’une semaine, mercredi 24 août, une autre opération de ratissage avait conduit à des affrontements entre les forces de sécurité et un groupe armé au nord-ouest du pays, dans la région du Kef. Un soldat avait été blessé par l’explosion d’une mine.