Pourquoi la visite du prince héritier saoudien à Londres a viré au fiasco

Pourquoi la visite du prince héritier saoudien à Londres a viré au fiasco

#Diplomatie
Nabil Ennasri's picture
13 mars 2018

Très attendue, la visite du prince saoudien à Londres n'a finalement pas accouché des résultats escomptés. Du fait de l’implication de Riyad dans la coûteuse guerre au Yémen, de nombreux milieux ont protesté contre ce déplacement jugé malvenu

Cela devait apparaître comme l’une des expressions de la nouvelle dimension internationale d’un prince héritier qui ambitionne un jour de régner sur la première puissance pétrolière de la planète.

Cela s’est transformé en procès de la politique régionale saoudienne conspuée pour son amateurisme et sa brutalité. Du 6 au 9 mars, Mohamed ben Salmane (MBS) était en visite officielle au Royaume-Uni dans le double objectif de soigner sa carrure de chef d’État et renforcer le partenariat stratégique avec la Grande-Bretagne.

Alliée privilégiée de Riyad depuis des décennies, Londres est considérée comme le deuxième partenaire stratégique du royaume wahhabite, certes derrière les États-Unis, mais devant la France

Alliée privilégiée de Riyad depuis des décennies, Londres est considérée comme le deuxième partenaire stratégique du royaume wahhabite, certes derrière les États-Unis, mais devant la France.
Le problème pour le régent saoudien est que sa visite a rapidement déraillé. En cause d’abord, la coûteuse guerre au Yémen qu’il a personnellement contribuée à lancer en mars 2015.

Trois ans après le déclenchement de Tempête décisive, le bilan de l’opération est pour le moins catastrophique. Non seulement, l’armée saoudienne n’est pas arrivée à mater la rébellion houthie qu’elle considère comme le bras armé de l’Iran dans la péninsule arabique, mais en plus, ces mêmes rebelles ont fait preuve d’une résilience stupéfiante.

À LIRE : Le « plan d’aide humanitaire » de l’Arabie saoudite au Yémen, une manipulation

À plusieurs reprises, ils ont réussi à lancer des missiles balistiques jusque dans les environs de Riyad tout en infligeant de lourdes pertes à une armée saoudienne qui a alors perdu beaucoup de son éclat et de son crédit. Sans parler du coût financier de cette guerre qui plombe les finances de Riyad.

Chaque mois, ce sont des centaines de millions de dollars – voire quelques milliards pour les estimations les plus alarmantes – qui sont dilapidées alors que les comptes publics sont dans le rouge et que la colère sociale ne fait qu’enfler dans un pays où le chômage des jeunes est endémique.



Un jet Typhoon fabriqué par BAE Systems et exploité par les forces aériennes saudiennes (Creative Commons)

Mais c’est certainement dans le domaine humanitaire que le royaume a le plus perdu. Aux plus de 10 000 morts, s’ajoutent blessés et réfugiés qui se comptent désormais par millions.

Du fait de la situation terrible en termes d’approvisionnement de denrées alimentaires et de la décrépitude des services publics qui sont en lambeaux, des épidémies comme celles du choléra ont refait surface. Ravageuses, ces maladies conjuguées à la famine, la faim et la soif ont tellement alerté les acteurs humanitaires que l’ONU a récemment qualifié la situation au Yémen de la « pire crise humanitaire » du moment.

Dénoncer la présence « d’un criminel de guerre »

C’est donc d’abord pour ces raisons liées au fiasco de sa campagne yéménite que la visite de MBS a largement été compromise. De nombreux acteurs travaillant dans le domaine des droits de l’homme n’ont pas hésité à multiplier les manifestations, tribunes et autres rassemblements symboliques pour dénoncer la présence « d’un criminel de guerre ». Ces critiques ont même été relayées jusqu’au palais de Westminster, siège du parlement britannique.

Dix-sept députés ont en effet publié une tribune demandant au gouvernement de cesser la vente d’armes à l’Arabie saoudite du fait de ses violations des droits de l’homme tandis que Jeremy Corbyn, leader du parti travailliste, a vertement dénoncé les errements de la politique de Theresa May.

À LIRE : À Londres, MBS s’est payé une campagne publicitaire à un million de dollars

Pour le chef de l’opposition, le souhait de la Première ministre de compenser les coûteuses conséquences du Brexit par l’établissement de relations privilégiées avec la puissance pétrolière saoudienne ne doit pas se faire au détriment des valeurs du pays.

Car c’est effectivement à ce niveau que se joue l’une des raisons inavouées de la visite princière. Pour la Grande-Bretagne en effet, il s’agit de capter une part des juteux investissements que les autorités saoudiennes s’apprêtent à réaliser.

Mais c’est surtout la discrète discussion sur l’ouverture prochaine du capital de l’Aramco, la toute-puissante compagnie pétrolière nationale, qui a été l’un des enjeux majeurs de cette visite

Déjà, le consortium européen qui fabrique l’avion de chasse Eurofighter et auprès duquel le groupe britannique BAE System détient une grande part s’est félicité du protocole d’accord paraphé avec Riyad. Signé au moment où MBS était à Londres, cette lettre d’intention en vue de la vente de 48 appareils porte sur une transaction s’élevant à plus de dix milliards de dollars.

Mais c’est surtout la discrète discussion sur l’ouverture prochaine du capital de l’Aramco, la toute-puissante compagnie pétrolière nationale, qui a été l’un des enjeux majeurs de cette visite. Dans sa stratégie « Vision 2030 », MBS et ses conseillers ont en effet comme projet d’accentuer le virage libéral de leur économie via une accélération des privatisations.



Manifestation contre la visite de Mohammed ben Salmane mercredi 7 mars (AFP)

Dans ce contexte, l’ouverture du capital du mastodonte saoudien devrait dégager la bagatelle de 2 000 milliards de dollars... Prévue pour la fin de l’année ou le début de l’année 2019, l’un des derniers points qui reste à trancher concerne la place boursière où l’Aramco sera cotée.

Du côté britannique, nul doute que tout a été fait pour convaincre le riche hôte de choisir Londres plutôt que New-York, ville où il doit d’ailleurs se rendre prochainement dans le cadre d’une vaste tournée outre-Atlantique. Avec l’accueil qu’il lui a été réservé, pas sûr que le régent saoudien garde un bon souvenir du climat londonien dans lequel il a allègrement été hué.

 

- Nabil Ennasri est docteur en science politique, spécialiste de la région du Golfe, et directeur de L'Observatoire du Qatar. Il est aussi l'auteur de L'énigme du Qatar (Armand Colin). Vous pouvez le suivre sur Twitter : @NabilEnnasri

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : Des membres de la délégation qui accompagnent Mohammed ben Salmane quittent le 10 Downing Street, résidence de la Première ministre Theresa May où le prince héritier saoudien a été accueilli le 7 mars (AFP).