« Où allez-vous, Raqqa ? », la formation Prevent dispensée aux chauffeurs de taxi

« Où allez-vous, Raqqa ? », la formation Prevent dispensée aux chauffeurs de taxi

#ProgrammePrevent

Les autorités britanniques cherchent à transformer les conducteurs en « espions » des communautés, tandis qu'un conseil municipal cherche à étendre ce projet au personnel des fast-food et des bars

Un chauffeur de taxi passe près de manifestants appelant à la reconnaissance d’un État palestinien à Londres en 2014 (AFP)
- Simon Hooper's picture
19 septembre 2016
Last update: 
Monday 23 January 2017 7:41 UTC
Last Update French: 
23 janvier 2017

Dans le cadre des projets de protection lancés à travers le pays, les chauffeurs de taxi au Royaume-Uni sont formés à devenir « les yeux et les oreilles » des autorités locales et de la police dans la chasse aux terroristes potentiels.

Dans plusieurs villes britanniques, les chauffeurs reçoivent la formation de lutte contre le terrorisme Prevent dans le cadre des tests de « connaissances » obligatoires introduits par les conseils locaux.

Un projet phare, géré par le conseil de Calderdale dans le West Yorkshire, au nord de l’Angleterre, a été un tel succès que les conseillers ont parlé de l’étendre au personnel travaillant dans les magasins de vente à emporter et les bars.

Le conseil municipal de la ville de Manchester a également intégré la sensibilisation Prevent dans un manuel de protection distribué aux chauffeurs de taxi l’an dernier, tandis que le conseil municipal de Dartford (Kent) est parmi les derniers en date à introduire une formation Prevent dans le cadre de ses exigences en matière de protection pour les chauffeurs de taxi.

Cependant, les organisations et syndicats du secteur des taxis ont fait part de leurs préoccupations au sujet de la formation qui serait selon eux introduite de manière fragmentaire et incohérente à travers le pays et risque de créer un « climat de suspicion » au sein des communautés.

Les détracteurs de Prevent ont également remis en question la légalité de cette formation et ont accusé le gouvernement de chercher à transformer le Royaume-Uni en « État de lutte contre le terrorisme » dans lequel les citoyens sont censés s’espionner.

« Ce n’est qu’une preuve de plus, s’ajoutant à une longue liste, que Prevent est un exercice légalisé d’espionnage à l’échelle du Royaume-Uni », a déclaré Abed Choudary, de la Commission islamique des droits de l’homme (IHRC), à Middle East Eye.

Les opposants du programme Prevent affirment qu’il repose sur des théories erronées au sujet du processus de radicalisation. Ses partisans soutiennent qu’il est principalement lié à la protection des personnes susceptibles de basculer dans l’extrémisme. Au moins 550 000 fonctionnaires, notamment les enseignants et les médecins, ont reçu une formation pour repérer des signes de radicalisation, selon le Home Office (Bureau de l'Intérieur).

Le programme de formation des chauffeurs de taxi de Calderdale a été mis en évidence dans un document produit par l’Association des collectivités locales (LGA) en décembre 2015 intitulé « Rôle des conseils dans la prévention de l’extrémisme ».

Ce document a été produit en réponse à l’introduction du Prevent Duty l’an dernier qui exigeait des organismes publics, notamment des conseils locaux et des fonctionnaires qu’ils démontrent « l’assiduité nécessaire pour empêcher les gens de basculer dans le terrorisme ».

« Les chauffeurs de taxi ont une portée unique, dans la société. Transportant leurs passagers, ils ont la chance de voir et d’entendre des choses que les organismes officiels ne peuvent voir et entendre » – Association des collectivités locales

Il décrit comment Calderdale a fourni une formation Prevent et une formation de protection couvrant des sujets tels que l’exploitation sexuelle des enfants et la violence familiale à 1 000 chauffeurs de taxi licenciés au cours de sessions de quatre heures dispensées en l’espace de trois mois.

« Les chauffeurs de taxi ont une portée unique, dans la société. Transportant leurs passagers, ils ont la chance de voir et d’entendre des choses que les organismes officiels ne peuvent voir et entendre », indique-t-il.

La formation a également été rendue obligatoire pour les nouveaux conducteurs qui demandent une licence de taxi alors que les détenteurs d’une licence doivent suivre le cours tous les trois ans.

« Les chauffeurs de taxi peuvent jouer un rôle très important. Ils peuvent être nos yeux et nos oreilles. Il s’agit de les aider à comprendre à quel moment ils peuvent avoir à agir », a déclaré Jo Richmond, responsable de la cohésion et des quartiers au conseil municipal de Calderdale.

Jo Richmond devrait aborder ce programme lors d’une conférence sur « la lutte contre la radicalisation et la promotion de l’intégration communautaire » destinée aux fonctionnaires en novembre.

Selon le document de la LGA, les commentaires des chauffeurs de taxi à propos des sessions étaient « extrêmement positifs ». « Cela m’a fait comprendre qu’il n’y avait pas que la conduite », aurait assuré un chauffeur.

Toutefois, lorsque MEE a approché des chauffeurs de taxi à Halifax pour avoir leur avis, aucun n’était disposé à parler du programme.

« Ils sont seulement inquiets. Ils le font parce que c’est ce qui va leur permettre de gagner leur vie », a confié une source locale à MEE après avoir parlé aux chauffeurs de la ville.

Lors d’une réunion du conseil en octobre 2015, le conseiller Steve Sweeney a déclaré que plusieurs autres conseils cherchaient à poursuivre une approche similaire.

Lors d’une réunion précédente du panel de surveillance des communautés du conseil, les conseillers ont demandé à la police si la formation des chauffeurs de taxi pouvait être étendue à « d’autres personnes fournissant des services tels que la vente à emporter et les bars », selon le compte-rendu du conseil.

Calderdale, qui couvre la ville de Halifax et ses environs, a été désignée zone prioritaire Prevent – l’une des 30 dans le pays – par le Home Office en 2015, ce qui signifie qu’elle reçoit des fonds à la fois pour un coordinateur Prevent local et pour les projets menés en collaboration avec les communautés et les partenaires locaux. Un peu plus de 7 % des 200 000 habitants de la région se sont identifiés comme musulmans lors du dernier recensement en 2011.

Vente à emporter et bars

À la réunion du comité de surveillance des communautés en septembre 2015, les policiers ont expliqué aux conseillers avoir passé plus de temps à travailler sur les menaces d’extrême droite que sur toute autre menace.

Un rapport sur la mise en œuvre de Prevent au même comité en mars 2015 a mis en évidence la présence d’une section de l’English Defence League (EDL - Ligue de Défense Anglaise) dans la ville et a déclaré que des incidents anti-islamiques et antisémites ont été signalés au cours des douze derniers mois.

Cependant, il faisait également remarquer, chose pertinente dans le contexte local, ce qui suit : « Le sort des personnes en Syrie et en Palestine continue de susciter l’empathie et des collectes/événements de bienfaisance locaux continuent à être organisés. »

La formation de Calderdale a été appliquée par la police du West Yorkshire et un formateur externe, Nadeem Mir, ancien inspecteur en chef de la police du Grand Manchester où il a mis en place un système similaire.

En août 2015, le conseil de Manchester a publié un manuel de protection pour 6 000 chauffeurs de taxi lequel contenait une section sur le terrorisme et l’extrémisme.

« Le manuel a été conçu pour sensibiliser les gens à signaler les crimes et est l’occasion d’encourager les conducteurs qui sont les yeux et les oreilles de notre communauté à signaler tout renseignement et toute activité suspecte à la police », a déclaré l’inspecteur en chef Laura Marler de la police du Grand Manchester.

Ce manuel explique aux chauffeurs de taxi qu’ils doivent faire confiance à leur instinct et signaler tout ce qu’ils trouvent suspect.

Un cas pratique décrit une adolescente sur le chemin de l’aéroport parlant au téléphone à quelqu’un qu’elle va rencontrer ce soir-là, à la frontière avec la Syrie. Un autre évoque un téléphone portable laissé à l’arrière d’un taxi avec un symbole nazi comme un économiseur d’écran.

« Il est difficile de prévenir le terrorisme car il opère dans un espace pré-criminel, avant toute activité criminelle. Il s’agit de soutenir et de protéger les personnes qui pourraient être sensibles à la radicalisation, veillant à ce qu’ils en soient détournés avant qu’une quelconque infraction ne soit commise », indique le manuel.

« De par la nature de votre travail, vous êtes en contact avec des gens toute la journée et dans certains cas, pendant de longues périodes. Vous saurez instinctivement quand quelqu’un agit de manière suspecte ou si quelque chose sort de l’ordinaire. »

Un porte-parole du conseil de Manchester City a confirmé que le contenu du manuel a été inclus dans les tests de protection pour les candidats à une licence de taxi.



Traduction : « Trois étoiles
- Le chauffeur doit assister à toutes les sessions de formation facultatives du Conseil.
- Le chauffeur doit suivre et réussir la formation du Conseil consacrée à la protection.
- Le chauffeur doit suivre et réussir la formation Prevent du Conseil.
- Le chauffeur doit suivre et réussir la formation consacrée au handicap.
- Le chauffeur doit tenir un journal des objets trouvés.
- Le chauffeur ne doit pas avoir commis d’infraction routière pendant trois ans.
- Le chauffeur ne doit pas avoir fait l’objet de plaintes pendant trois ans. »

Le programme d’accréditation de Dartford exige que les conducteurs suivent une formation Prevent pour obtenir la note maximale

À Dartford, les conseillers ont convenu en juin d’introduire la formation Prevent dans le cadre du « test de connaissances » pour les postulants à une licence de taxi. Un système d’accréditation « Better Cab » avec une notation par étoiles a été introduit. En effet, pour acquérir le maximum de trois étoiles, les chauffeurs doivent « suivre et réussir la formation Prevent du Conseil ».

Un document adressé aux chauffeurs leur conseille de « prendre note du comportement étrange ou inhabituel des locataires ou des invités dans une propriété – les terroristes doivent vivre quelque part ».

Des règles plus strictes pour l’octroi de licences et une formation de protection obligatoire pour les chauffeurs ont été mises en place par de nombreuses mairies depuis qu’un rapport datant de 2014 relatif à des abus sexuels sur des enfants dans la ville de Rotherham (Yorkshire) a conclu que les chauffeurs de taxi ont joué un rôle de premier plan dans l’exploitation de centaines d’enfants pendant près de deux décennies.

À Calderdale, dix-sept hommes ont été condamnés en juin pour prédation et agression sexuelle systématique sur des adolescentes à Halifax pendant un certain nombre d’années.

Les représentants des organisations professionnelles de chauffeurs de taxi ont déclaré à MEE que les systèmes de protection se sont généralisés, mais ont remis en question la façon incohérente dont ils ont été mis en œuvre et l’attente que les conducteurs doivent surveiller leurs clients.

« Au bout du compte, nous ne faisons que conduire des taxis »

« Non seulement nous devons repérer les potentiels délinquants sexuels, mais maintenant nous devons repérer les terroristes. Il y a toutes sortes de cours et de programmes que les chauffeurs de taxi doivent suivre et ils semblent juste s’imposer. Au bout du compte, nous ne faisons que conduire des taxis », a déclaré Wayne Casey, de l’Association nationale des taxis.

Il a déclaré que les organisations professionnelles et les syndicats représentant les chauffeurs de taxi n’avaient pas été consultés dans l’élaboration de cours appropriés.

Charles Oakes de l’Association des chauffeurs de Hackney, basée à Bolton, a également déclaré qu’on pouvait se demander si la formation consacrée à la protection ferait une quelconque différence.

« En gros, elle dit seulement aux chauffeurs ce qu’il faut chercher. Habituellement, ces sessions de formation se terminent en une heure », a-t-il affirmé.

« Les chauffeurs de taxi sont censés être médecins, travailleurs sociaux, toutes sortes de choses qui n’ont jamais été nécessaires dans cette activité. Je me demande parfois si les conseils font cela pour se donner bonne figure ».

Prevent, élément de la stratégie antiterroriste du gouvernement axé sur la lutte contre l’extrémisme, fait face à des plaintes selon lesquelles il est discriminatoire envers les musulmans et repose sur des théories erronées concernant la radicalisation.

Ses partisans soutiennent qu’il est principalement lié à la protection des personnes vulnérables, afin de les empêcher de basculer dans l’extrémisme, et a eu un impact positif sur la vie de milliers de personnes, mais des questions ont été soulevées quant à la qualité et la cohérence de la formation.

MEE a révélé plus tôt ce mois-ci que 24 cours jugés inappropriés pour le catalogue de formation Prevent du Home Office étaient encore vendus à des écoles et d’autres institutions du secteur public.

« C’est enfreindre la loi que d’essayer d’enrôler de plus en plus de gens dans cette armée de fouineurs » – Kevin Blowe, Netpol

Mais l’extension de la formation Prevent aux chauffeurs de taxi met en évidence la portée de cette stratégie dans le secteur privé.

Un porte-parole du syndicat Unite, qui représente les chauffeurs de taxi, a déclaré à MEE : « Cette initiative pourrait créer un climat de méfiance dans les communautés où nous devrions plutôt établir l’unité. Nos membres sont profondément mal à l’aise avec cette approche et Unite fera pression auprès des politiciens pour repenser cette stratégie mal conçue. »

Kevin Blowe, le coordinateur du Network for Police Monitoring (Netpol), qui participe à la campagne activiste « Together Against Prevent » (Ensemble contre Prevent), a déclaré qu’on pouvait se demander si rendre la formation obligatoire était légale.

« Je ne comprends pas comment cela pourrait être légal car les chauffeurs de taxi ne sont ni des organismes publics, ni des sous-traitants du gouvernement », a-t-il déclaré à MEE.

« Si les conseils locaux commencent à exiger que tous ceux à qui ils accordent une licence doivent agir comme "les yeux et les oreilles" de Prevent, alors celui-ci pourrait s’étendre pour inclure des programmes d’accréditation des propriétaires, des services d’alimentation, même des salles de concert. C’est enfreindre la loi que d’essayer d’enrôler de plus en plus de gens dans cette armée de fouineurs. »

Abed Choudary, de l’IHRC, a déclaré : « Le Royaume-Uni est devenu un État de lutte contre le terrorisme. Un État dans lequel le gouvernement voit les gens, en particulier les musulmans, à travers un prisme de sécurité et encourage également les communautés à se voir les unes les autres de la même manière. Le gouvernement fait en sorte que ses citoyens s’espionnent. »

Middle East Eye a sollicité à plusieurs reprises le conseil de Calderdale, mais un porte-parole a répondu que personne n’était disponible. Le conseil d’arrondissement de Dartford n’a pas répondu aux sollicitations.

 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.