Une ONG syrienne affirme que le chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, est mort

Une ONG syrienne affirme que le chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, est mort

#ÉtatIslamique

La coalition internationale contre l’EI sous commandement américain a dit ne pas être en mesure de confirmer l'information

Baghdadi s’est autoproclamé « calife » dans la mosquée al-Nouri de Mossoul. Ses hommes l’ont détruite quatre ans plus tard (AFP)
MEE et agences's picture
11 juillet 2017
Last update: 
Tuesday 11 July 2017 15:46 UTC
Last Update French: 
11 juillet 2017

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé mardi détenir des informations de hauts responsables du groupe État islamique (EI) confirmant la mort de leur chef, Abou Bakr al-Baghdadi.

Interrogée sur cette annonce, la coalition internationale contre l’EI sous commandement américain a dit ne pas être en mesure de confirmer l'information.

Le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a déclaré à l'AFP que de « hauts responsables de l'EI présents dans la province (syrienne) de Deir Ezzor ont confirmé à l'OSDH la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi, émir de l'EI ».   

« Nous l'avons appris aujourd'hui mais nous ignorons quand ou comment il est mort », a-t-il ajouté.

Si elle était confirmée, la mort de Baghdadi porterait un nouveau coup dur au groupe extrémiste. Ce dernier vient d'être chassé de Mossoul, son dernier grand bastion urbain en Irak, et fait l'objet d'une offensive d'une alliance arabo-kurde dans son principal fief syrien de Raqqa.

Baghdadi « était présent dans l'est de la province de Deir Ezzor », ces derniers mois, a ajouté le directeur de l’OSDH, qui a toutefois souligné qu'il n'était pas clair s'il avait été tué dans cette région ou ailleurs.

Située dans l'est de la Syrie, Deir Ezzor reste en grande partie contrôlée par l'EI même si l'organisation ne cesse de perdre du terrain ailleurs dans le pays et en Irak voisin.

Dans l'immédiat, l'EI n'a pas officiellement confirmé ou démenti l'information sur ses canaux de communication habituels.

Traduction : « Avec toutes ces rumeurs sur la mort du leader de l’EI al-Baghdadi, j’ai décidé de vérifier si la coalition internationale avait des informations. Cette réponse m’a fait RIRE. »

En réaction à l'annonce de l'OSDH, le porte-parole américain de la coalition internationale, le colonel Ryan Dillon, a indiqué: « Nous ne pouvons pas confirmer cette information, mais nous espérons que c'est vrai ».

Sebastian Gorka, assistant adjoint du président américain Donald Trump, a déclaré : « Nous traitons ce genre de rapport avec précaution. Nous le vérifierons. Nous consulterons les informations disponibles… et nous ferons une déclaration lorsque nous aurons les faits nécessaires. »

La Russie avait affirmé le 22 juin avoir « selon une forte probabilité » tué Abou Bakr al-Baghdadi dans une frappe aérienne menée le 28 mai près de Raqqa, dans le nord de la Syrie. Mais cette information n'avait alors été confirmée par aucune autre source.

La mort de Baghdadi a fait l'objet de multiples rumeurs ces dernières années.

C'est à Mossoul, grande ville du nord de l'Irak, que le chef de l'EI avait fait sa seule apparition publique connue, en juillet 2014, à la mosquée al-Nouri.

À LIRE : L’Irak met fin à « l’État fictif » de l’EI en prenant la mosquée de Mossoul

Les combattants de l’EI ont détruit cette mosquée et dynamité son minaret face à l'offensive des forces irakiennes dont la victoire à Mossoul a été officiellement proclamée lundi.

Abou Bakr Al-Baghdadi n'avait plus donné signe de vie depuis un enregistrement audio diffusé en novembre, peu après le lancement de l'offensive sur Mossoul, dans lequel il exhortait ses hommes à lutter jusqu'au martyre. Il aurait quitté la ville en début d'année, probablement pour la frontière irako-syrienne.