Aller au contenu principal

Algérie : décès du général Ahmed Gaïd Salah, puissant chef d’état-major de l’armée

Le général était devenu le dirigeant de facto de l’Algérie après la chute du président Abdelaziz Bouteflika
Ahmed Gaïd Salah est décédé d’une crise cardiaque selon la télévision publique algérienne (AFP)
Par

Le général Ahmed Gaïd Salah, puissant chef d’état-major de l’armée algérienne, pilier du régime depuis 1962, est décédé lundi à 79 ans d’une crise cardiaque, a annoncé lundi la télévision publique.

Sur le devant de la scène après avoir arraché en avril la démission du président Abdelaziz Bouteflika sous la pression de la rue, le général Gaïd Salah était le visage du haut commandement militaire qui a assumé ouvertement la réalité du pouvoir jusqu’à l’élection, le 12 décembre, d’Abdelmadjid Tebboune comme chef de l’État.

« Le vice-ministre de la Défense, chef d’état-major de l’armée, est mort lundi matin d’une crise cardiaque », a annoncé une présentatrice de la télévision nationale Algérie 3, donnant lecture d’un communiqué de la présidence de la République.

Ahmed Gaïd Salah ou la tentation de l’Histoire
Lire

Le président Tebboune a décrété trois jours de deuil national et a chargé le général Saïd Chengriha, commandant des Forces terrestres, d’assurer l’intérim, a poursuivi le présentateur.

Né le 13 janvier 1940, engagé dès l’âge de 17 ans au sein de l’Armée de libération nationale (ALN) combattant le pouvoir colonial français, selon sa biographie officielle, Ahmed Gaïd Salah était l’un des derniers représentants au sein de l’armée des anciens combattants de la guerre d’indépendance, un passé dont les dirigeants algériens ont longtemps tiré leur légitimité.

Nommé chef d’état-major de l’armée en 2004 par le président Bouteflika, il détient le record de longévité à ce poste.

Il fut un indéfectible soutien d’Abdelaziz Bouteflika tout au long de sa présidence, avant d’obtenir sa démission en avril pour tenter de calmer le mouvement de contestation populaire né un mois plus tôt de la volonté du président sortant de briguer un cinquième mandat.

Mais le général Gaïd Salah était vite devenu très impopulaire au sein du mouvement en apparaissant comme le garant de la survie du « système » qui dirige l’Algérie depuis 1962 et dont le hirak entend obtenir le démantèlement.

Le 20 mai 2019, il avait notamment rejeté les principales demandes du mouvement de contestation, à savoir le report de la présidentielle et le départ des figures du « système ».

Son décès survient onze jours après une présidentielle qu’il avait tenu à organiser le 12 décembre pour élire un successeur à Bouteflika, malgré l’opposition farouche du hirak, qui voyait ce scrutin comme une manœuvre du « système » pour se régénérer.

Le général Gaïd Salah était encore présent jeudi dernier pour la cérémonie d’investiture de Tebboune comme nouveau président de la République.