Les Arabes américains plébiscitent Clinton, inquiets des discriminations

Les Arabes américains plébiscitent Clinton, inquiets des discriminations

#ÉlectionsUSA

Éviter la présidence de Trump constitue une grande motivation au soutien arabe à la candidate démocrate, d’après un sondage

Illustration encourageant les Arabes américains à voter (Arab American Institute)
- Ali Harb's picture
08 novembre 2016
Last update: 
Tuesday 8 November 2016 13:36 UTC
Last Update French: 
08 novembre 2016

DEARBORN, États-Unis – Alors que les Américains se rendent aux urnes pour élire un nouveau président ce mardi lors d’une élection cruciale que le monde entier observe attentivement, un sondage Zogby montre que les Arabes américains préfèrent de loin la candidate démocrate Hillary Clinton à son rival républicain Donald Trump.

Ce sondage, publié par l’Arab American Institute (AAI) le 25 octobre, montre que 60 % des électeurs arabo-américains soutiennent Clinton, contre 26 % de soutiens à Trump.

Dans ce sondage, qui comprenait 502 Arabes américains, plus de 90 % des répondants ont déclaré qu’ils iraient sûrement voter ce 8 novembre.

Trump a été accusé d’alimenter l’islamophobie après avoir suggéré d’interdire le territoire américain aux musulmans. Plus tard, il est revenu sur sa proposition, préconisant « un filtrage extrême » des immigrants potentiels, comprenant des tests idéologiques. Il souhaite également suspendre l’immigration depuis les pays dont les « liens avec le terrorisme » sont connus.

Environ 80 % des musulmans arabo-américains s’inquiètent d’avoir à affronter des discriminations à l’avenir, selon le sondage.

La moitié des répondants a déclaré avoir été la cible de préjugés en raison de son appartenance ethnique.

Éviter la présidence de Trump constitue une grande motivation au soutien arabe à la candidate démocrate d’après le sondage. Un tiers des répondants a déclaré que le vote contre le candidat républicain est la raison principale du soutien apporté à Clinton.

« Tous les camps citent l’emploi et l’économie comme le sujet le plus important pour déterminer leur vote », indique un communiqué de l’AAI. « Les républicains citent la lutte contre le terrorisme comme leur deuxième sujet de préoccupation, tandis que les démocrates citent la violence armée. Une forte majorité d’Arabo-Américains pense que les immigrants sans papiers et sans casier judiciaire actuellement aux États-Unis devraient pouvoir être régularisés.

Des activistes et des groupes de défense des droits des Arabes et des musulmans américains ont travaillé pour accroître la participation des électeurs de leurs communautés avec des campagnes comme « Yalla vote ».

Traduction : « @cory_ep & @faiza_n_ali appelant tous les musulmans de Floride, les incitant à aller voter » – Linda Sarsour (@lsarsour)

S’adressant à MEE après un forum à Dearborn, dans le Michigan, une ville où réside une grande communauté arabe, le président de l’AAI James Zogby a déclaré que les Arabes américains étaient de plus en plus nombreux à plébisciter le parti démocrate ces dernières années.

Il a expliqué qu’avant l’an 2000, les Arabes américains étaient presque uniformément répartis entre les deux principaux partis.

« La balance a toujours penchée pour les démocrates, de deux ou trois points », a-t-il précisé. « À partir de 2002, l’écart a commencé à se creuser, et aujourd’hui, on est à plus de deux contre un : les Arabes américains ont commencé à s’identifier comme démocrates. »

Zogby a ajouté que le comportement des républicains pendant l’ère Bush et leur rhétorique politique leur avait valu de perdre le vote arabe.

« Ils ont renoncé à cette communauté et l’ont utilisée comme bouc émissaire, ils en payent le prix », a-t-il affirmé.

Zogby a souligné l’importance du vote arabe, qui pourrait représenter jusqu’à 5 % de la population du Michigan, selon l’AAI.

« Le nombre [d’Arabo-Américains] ici dans le Michigan, en Ohio, en Pennsylvanie, en Virginie peut constituer la marge de la victoire », a-t-il estimé. « Un ou deux pour cent dans ces autres États, cinq pour cent dans le Michigan. S’ils votent, ils peuvent produire une marge importante lors d’une élection serrée. »

Le champ de bataille du Michigan

Le président américain n’est pas élu par le vote populaire, mais par le collège électoral, établi sur la base des résultats des élections dans les différents États.

L’équipe de campagne de Clinton a embauché un directeur de la sensibilisation musulman et a courtisé les électeurs arabes et musulmans à travers le pays.

Pendant ce temps, Trump a rencontré des militants politiques libanais et irakiens, y compris un imam, lors d’une visite dans le Michigan l’année dernière.

Le Michigan a toujours voté pour les candidats démocrates à la présidentielle depuis 1992. Mais Trump y a réduit l’écart avec sa rivale démocrate dans les sondages d’opinion, transformant cet État, qui abrite de larges communautés arabes et musulmanes, en un champ de bataille électoral.

Quelques jours avant les élections, Clinton et Trump ont tenu des rassemblements dans le Michigan. Le président Barack Obama y a fait campagne pour la candidate démocrate ce lundi, moins de 24 heures avant les élections.

 



Bill Clinton prend un « selfie » avec des Arabes américains à Dearborn (Michigan), le 6 novembre (Samer Hijazi)

Le mari de Hillary Clinton, l’ancien président Bill Clinton, a visité Dearborn dimanche, où il a mangé dans un restaurant arabe local et visité une épicerie vendant des produits du Moyen-Orient. Des dizaines d’admirateurs arabo-américains de l’ancien président se sont attroupés autour de lui pour prendre des photos.

Fayrouz Saad, bénévole qui dirige l’initiative « Arab Americans for Hillary », a déclaré que l’équipe de campagne de Clinton s’impliquait dans une campagne nationale visant à aider la communauté arabe à « s’organiser et se mobiliser » à travers des événements dans les mairies, la sollicitation par téléphone et les forums consacrés à la candidate.

« Clinton et sa campagne ont entrepris un réel effort pour engager la communauté », a déclaré Saad à MEE le mois dernier. « Ça veut dire qu’elle s’en soucie. »

Saad a ajouté que Clinton avait toujours condamné les rhétoriques fanatiques pour leurs effets nuisibles sur la société américaine, promouvant au contraire l’inclusion.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi les républicains ne courtisaient pas les électeurs arabes et musulmans de la même façon que la campagne de Clinton, Zogby a déclaré : « Parce que leur candidat est un bigot ».

Aucun des deux

Tous les Arabes américains ne sont toutefois pas enthousiasmés par la candidature de Clinton. Le Dr Sam Fawaz, un médecin vivant dans le Michigan, a déclaré qu’il ne soutenait aucun candidat des principaux partis.

Pour lui, Trump et Clinton sont des versions différentes des mêmes politiques.



Illustration encourageant les Arabes américains à voter (Arab American Institute)

« Ni l’un ni l’autre ne représente la volonté ou la vision du peuple américain », a-t-il déclaré à MEE. « Ils représentent la volonté et la vision de ceux qui dictent leur conduite et à qui ils rendent des comptes. »

Fawaz a ajouté qu’un petit nombre certes significatif de partisans de Trump étaient malavisés et nourrissaient du racisme et des préjugés envers les minorités, y compris les Américains arabes et musulmans.

Il a poursuivi en disant que si Trump était élu, certains de ses partisans pourraient se sentir encouragés à nuire aux communautés vulnérables.

Mais cela ne suffit pas à Fawaz pour soutenir Hillary Clinton. Selon lui, les politiques de l’ancienne secrétaire d’État poursuivraient les programmes d’Obama qui ont alimenté l’extrémisme.

« L’islamophobie est passée au plus haut niveau sous l’administration Obama, pas à cause de Trump », a-t-il déclaré. « Trump est entré en scène il y a un an. »

Fawaz a cité le programme des drones et la violation des droits civils comme des politiques d’Obama qu’il trouve problématiques.

« Ils interviennent à l’étranger, nous en payons le prix ici en tant qu’Arabo-Américains et Américains musulmans », a-t-il déclaré, soutenant que la montée du militantisme violent était le résultat d’interventions militaires maladroites.

Selon lui, les Américains arabes et musulmans ont les mêmes buts et les mêmes besoins que les citoyens américains en général.

« Les Arabes et les musulmans veulent la paix, la civilité et l’égalité des chances… Ils veulent la sécurité de l’emploi. Ils veulent de bons salaires. Ils veulent de meilleurs soins de santé à un coût abordable. Ils veulent une bonne éducation abordable. Ils veulent la sécurité », a énuméré Fawaz. « Ils ne sont pas différents des autres personnes vivant aux États-Unis. »
 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.