Aller au contenu principal

Middle East Eye condamne le bombardement des bureaux de médias à Gaza

Pour l’entreprise média britannique, « bombarder les bureaux de journalistes fournissant des témoignages de ce qui se passe sur le terrain n’est pas un acte de légitime défense »
La tour al-Jalaa est détruite par une frappe israélienne, le 15 mai 2021 (AFP)
La tour al-Jalaa est détruite par une frappe israélienne, le 15 mai 2021 (AFP)
Par
LONDRES, Royaume-Uni

Dans l’après-midi du samedi 15 mai 2021, la tour al-Jalaa, qui abritait plusieurs bureaux utilisés par des médias tels que Middle East Eye, Al Jazeera, Associated Press et d’autres médias locaux, a été bombardée par l’armée de l’air israélienne. Le bâtiment de douze étages abritait également des appartements résidentiels.

Des journalistes, dont le photojournaliste de MEE, Muhammed Hajjar, ont été contraints de fuir le bâtiment et se sont vu refuser la possibilité de sauver leurs équipements par les services de renseignement israéliens.

« Il ne reste plus rien… », a commenté Muhammed Hajjar devant la destruction de son espace de travail et de son matériel. 

L’entreprise média britannique MEE a publié samedi la déclaration suivante en réponse aux frappes aériennes :

« Ce bombardement est une autre tentative d’Israël de dominer le récit en excluant les rapports factuels de ses frappes aériennes sur Gaza. Il y a maintenant de plus en plus de preuves que des tours civiles sans usage militaire ou sans antécédent d’implication quelconque sont ciblées par l’armée de l’air israélienne. »

Bombarder les bureaux de journalistes fournissant des témoignages de ce qui se passe sur le terrain n’est pas un acte de légitime défense. Cibler les journalistes en essayant de les empêcher de rendre compte de ce qui se passe n’est pas l’acte d’une démocratie autoproclamée qui prétend être l’unique championne de la liberté d’informer au Moyen-Orient. 

Nous demandons à la presse internationale et à la communauté des médias de condamner la réponse disproportionnée d’Israël et d’être solidaires des confrères de Gaza qui risquent leur vie lors de leurs reportages sur le terrain.

La liberté de la presse est un droit de l’homme. »

Traduit de l’anglais (original).