Aller au contenu principal

Une ville américaine approuve la diffusion de l’appel à la prière lors d’un vote préliminaire

Le Council on American-Islamic Relations a salué une « étape admirable vers l’inclusion »
La ville de Paterson, dans le New Jersey, compte environ 30 000 musulmans et plus de 15 mosquées (AFP)

La ville américaine de Paterson, dans le New Jersey, a approuvé un arrêté autorisant la diffusion de l’adhan, l’appel musulman à la prière, par haut-parleurs.

En vertu de la nouvelle mesure, qui doit encore passer par deux audiences publiques avant d’être mise en œuvre, l’adhan serait exempté d’un arrêté municipal sur le contrôle du bruit et ainsi autorisé à être diffusé à l’extérieur tous les jours entre 6 h et 22 h.

La résolution a été approuvée par les membres du conseil mardi par un vote de 7-0, et deux abstentions.

« Nous félicitons les responsables de Paterson d’avoir franchi cette étape admirable vers l’inclusion, et les encourageons à adopter l’arrêté proposé », a déclaré Salaedin Maksut, directeur exécutif du Council on American-Islamic Relations (CAIR) pour le New Jersey.

« Leur ouverture d’esprit à ces lois est une démonstration concrète du respect et de la compréhension mutuelle entre les habitants de nos communautés riches et diversifiées. »

« Leur ouverture d’esprit à ces lois est une démonstration concrète du respect et de la compréhension mutuelle entre les habitants de nos communautés riches et diversifiées »

- Salaedin Maksut, Council on American-Islamic Relations

Paterson compte environ 30 000 citoyens de confession musulmane, ainsi que plus de 15 mosquées dispersées à travers le territoire.

Salaedin Maksut a comparé les sons émis par l’adhan aux cloches des églises, qui sont autorisées à travers les États-Unis.

« L’appel islamique à la prière fait partie intégrante des cinq prières quotidiennes d’un musulman », a-t-il ajouté.

« Comme les cloches des églises, il appelle les fidèles à entrer dans l’espace de prière, à tourner leur corps, leur esprit et leur esprit vers Dieu. »

Les membres du conseil municipal ont indiqué au cours d’un long débat que certaines mosquées de la ville utilisaient déjà des haut-parleurs pour appeler les musulmans à effectuer leurs cinq prières quotidiennes.

Selon les partisans de la proposition, la révision proposée évitera donc aux mosquées de recevoir une sommation pour la diffusion de l’adhan conformément à l’arrêté de la ville sur le contrôle du bruit.

« Nous résolvons un problème qui n’existe pas », a déclaré le conseiller municipal William McKoy, qui a soutenu la mesure.

Aux États-Unis, certaines villes autorisent la diffusion de l’adhan, comme Hamtramck, dans le Michigan, qui a adopté un arrêté similaire en 2004.

Traduit de l’anglais (original).