À Gaza, la nuit est la nouvelle alliée des Palestiniens contre Israël

À Gaza, la nuit est la nouvelle alliée des Palestiniens contre Israël

#SiègeGaza

Pour faire entendre leurs revendications, les Gazaouis ont une nouvelle stratégie : l’agitation nocturne

Des Palestiniens manifestent alors que des gaz lacrymogènes s’élèvent près de la frontière israélienne, dans le sud de la bande de Gaza, le 15 mai 2018 (AFP)
AFP's picture
02 octobre 2018
Last update: 
Tuesday 2 October 2018 10:26 UTC
Last Update French: 
02 octobre 2018

RAFAH, Territoires palestiniens occupés (bande de Gaza) – À peine éclairé par la lueur de la pleine lune, un groupe de jeunes Palestiniens de Gaza s’approche en chantant de la frontière avec Israël, où veillent des snipers israéliens, prêts à tirer.

Depuis trois semaines, des centaines de Gazaouis se retrouvent à la tombée de la nuit près de la barrière de plusieurs mètres de haut qui sépare l’enclave d’Israël, lourdement gardée par l’armée israélienne. Quiconque s’en approche de trop près le fait au péril de sa vie.

Ces jeunes forment ce qu’ils appellent les « unités d’agitation nocturne », prolongeant, de nuit, les manifestations anti-israéliennes qui secouent Gaza depuis six mois et au cours desquelles plus d’une centaine de Palestiniens ont été tués.

« Vous ne dormirez pas tant que nos demandes de lever le blocus et de retourner sur nos terres ne seront pas satisfaites »

- Saqer al-Jamal, manifestant

Armés de tambours et de grenades assourdissantes artisanales, ces manifestants, tous des hommes, cherchent à provoquer l’armée israélienne et à empêcher des milliers d’Israéliens habitant de l’autre côté de la barrière de dormir paisiblement.

Des nuits agitées

Ce soir-là à Rafah, dans le sud de l’enclave, à l’intérieur d’une grande tente blanche un peu à l’écart du rassemblement, trois jeunes hommes gonflent des ballons sur lesquels on peut lire « I love you ». Lestés de flammèches incendiaires, ils seront lâchés dans l’obscurité en direction du territoire israélien.

Le message à l’attention des Israéliens est : « Vous ne dormirez pas tant que nos demandes de lever le blocus et de retourner sur nos terres ne seront pas satisfaites », explique Saqer al-Jamal, 22 ans, l’un des manifestants.

Depuis le 30 mars, la bande de Gaza, dirigée par le mouvement islamiste Hamas, ennemi d’Israël, est le théâtre d’une vaste mobilisation contre le blocus israélien imposé depuis plus de dix ans. Les manifestants réclament aussi le droit au retour des Palestiniens sur les terres dont ils ont été chassés ou qu’ils ont fuies à cause des violences lors de la création d’Israël en 1948. Deux tiers des Gazaouis ont le statut de réfugiés.

À LIRE ► À Gaza, les manifestants s’attaquent aux drones israéliens avec des cerfs-volants

Ces manifestations près de la frontière ont souvent dégénéré avec des échanges de tirs de roquettes, d’obus et de missiles entre groupes armés gazaouis et armée israélienne.

Au total, depuis fin mars, au moins 194 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens, tandis qu’un soldat israélien est mort.



Israël a été condamné par des défenseurs des droits de l’homme pour son usage excessif de la force face aux manifestations qui ont lieu à Gaza depuis mars (MEE/Mohammad Asad)

L’inquiétude est vive que l’enclave appauvrie, recluse et surpeuplée ne connaisse une nouvelle guerre, qui serait la quatrième depuis 2008.

À ce stade, « l’agitation nocturne » est l’une des nouvelles tactiques d’une confrontation largement asymétrique, dans le sillage de celle des cerfs-volants incendiaires ayant mis le feu à des centaines d’hectares de terres israéliennes.

À LIRE ► Les protestations de Gaza montrent que la résistance non violente triomphera

Côté israélien, dans le kibboutz de Kerem Shalom, Rony Kissin, 52 ans, confirme entendre toutes les nuits le vacarme.

« C’est jusqu’à une heure du matin, chaque nuit, et ils mettent de la musique très fort », explique-t-elle. « C’est vraiment très effrayant. »

La fenêtre de sa cuisine donne sur le mur de béton séparant son kibboutz de Gaza, à une vingtaine de mètres de sa maison. « C’est devenu un cauchemar », dit-elle.

Avant les nuits qui s’annoncent comme les plus agitées, ces habitants reçoivent des alertes par SMS des responsables de la sécurité du kibboutz.

« Une grande peur »

Côté palestinien, Saqer al-Jamal assure que ces manifestations de nuit inspirent « une grande peur » aux soldats israéliens.

Elles « ne représentent pas une menace plus importante » que celles de jour, objecte un responsable militaire israélien. Les soldats, y compris les snipers, sont équipés en conséquence, notamment de moyens de vision nocturne, dit-il.

Selon lui, ces manifestations ne sont qu’une façon de plus pour le Hamas d’instrumentaliser la protestation et de faire oublier ses échecs.

Le mouvement islamiste affirme de son côté soutenir la mobilisation sans pour autant en être l’instigateur ou la commander. L’idée de « l’agitation nocturne » est venue des manifestants, déclare un porte-parole du Hamas, Hazem Qassem.



Les manifestants palestiniens utilisent également des cerfs-volants pour perturber les drones israéliens déployés au-dessus de Gaza (AFP)

Beaucoup parmi les jeunes qui manifestent la nuit participent aussi aux rassemblements de jour.

À Rafah, Mohammed Abou Aqaline reste avec ceux qui gonflent les ballons : trop compliqué pour lui de se déplacer avec ses béquilles.

L’adolescent de 17 ans a été blessé lors d’une manifestation il y a trois mois, mais souhaite « continuer à semer la confusion chez l’ennemi », en espérant que cela le ramènera un jour à Jaffa, près de Tel Aviv, que sa famille a dû quitter en 1948.

À LIRE ► Sans travail, sans leader et sans espoir, les jeunes Palestiniens refusent de capituler

Au loin, de jeunes Gazaouis promènent le faisceau de leurs lasers verts sur les miradors israéliens.

Soudain, un cri déchire la nuit : « Ambulance, ambulance ! ». Un adolescent de 17 ans, blessé à la jambe par un tir israélien, est évacué précipitamment. Il est alors un peu plus de minuit et la manifestation se disperse dans la nuit redevenue calme.

 

par Adel Zaanoun et Clothilde Mraffko