Aller au contenu principal

Les chrétiens palestiniens attaqués par des colons en Cisjordanie occupée

Les attaques contre des propriétés palestiniennes se sont multipliées dans le village de Taybeh – on en recense 36 rien que pour le mois d’octobre
« Aujourd’hui, il s’agissait de l’incendie d’un véhicule, mais nous craignons l’escalade de ces attaques » (MEE/Shatha Hammad)
Par
TAYBEH, Cisjordanie occupée

La famille Basir s’est réveillée bien avant l’aube vendredi matin aux cris de ses voisins – il y avait eu une attaque contre sa maison dans le village palestinien de Taybeh.

Un groupe de colons israéliens avait laissé des graffitis hostiles sur les murs – l’un d’eux prônant « zone militaire fermée » – et incendié la voiture de la famille. Cependant, les assaillants n’étaient plus là lorsque Rollin Basir a ouvert sa porte à 2 h du matin et trouvé sa voiture en flammes. Elle a brûlé jusqu’à 6 h.

Rollin Basir raconte que tout le village a afflué vers sa maison à mesure que la nouvelle de l’attaque s’est répandue et que les habitants sont restés jusque tard dans la matinée. Ils ont exprimé leur crainte que les colons réitèrent leurs attaques ou s’en prennent à eux et à leurs domiciles.

« Tout indique que des colons sont derrière cette attaque », déclare Rollin Basir, précisant que sa voiture lui avait coûté plus de 42 000 dollars.

TAYBEH, Cisjordanie occupée
Un tag en hébreu indique « zone militaire fermée » (MEE/Shatha Hammad)​​​​​​​

Taybeh se situe à l’est de Ramallah et est encerclé par quatre colonies : Rimonim – totalement bâtie sur les terres confisquées du village (1 million de kilomètres carrés) – Ofra, Kawkab al-Sabah et l’avant-poste évacué d’Amona, où les forces israéliennes empêchent toujours les Palestiniens d’accéder à leurs terres.

Rollin Basir – père de 3 enfants âgés de 15 jours à 7 ans – pense que l’alarme du véhicule a dû effrayer les colons et qu’ils ont dû quitter les lieux très vite. 

« Aujourd’hui, ils ont brûlé le véhicule, mais je crains que demain, ils ne brûlent ma maison, avec mes enfants à l’intérieur. »

« Racines arabo-palestiniennes​​​​​​​ »

Le père Johnny Abu Khalil rapporte à Middle East Eye que les villageois ont entendu une alarme mais que c’est la fumée qui les a conduits au domicile de Basir. 

Le prêtre estime que l’attaque des colons constitue un véritable danger pour la population de Taybeh. 

« Aujourd’hui, ils ont brûlé le véhicule, mais je crains que demain, ils ne brûlent ma maison, avec mes enfants à l’intérieur »

- Rollin Basir, habitant de Taybeh

« Nous sommes encerclés par les colonies. Aujourd’hui, il s’agissait de l’incendie d’un véhicule, mais nous craignons l’escalade de ces attaques et notamment l’incendie d’arbres, de maisons et d’églises dans le village. »

Le père Abu Khalil explique que Taybeh est majoritairement chrétien, mais que l’attaque contre le village n’est pas seulement une attaque contre la chrétienté en tant que religion, mais une attaque contre ses « racines arabo-palestiniennes ».

« Le colon israélien ne fait pas la distinction entre une ville et une autre, ni entre un musulman palestinien et un chrétien palestinien… Le colon considère que cette terre est la sienne et que nous, Palestiniens, devons en partir », souligne-t-il.

« Aujourd’hui, notre message pour l’occupation et ses colons est que, même s’ils nous réduisent en cendres, nous humains, ces pierres proclameront que cette terre est palestinienne, le berceau du Christ et des prophètes. »

Rester vigilants

Le père Abu Khalil rapporte qu’un groupe de colons a attaqué un groupe de religieuses françaises qui visitait Taybeh en avril et les a retenues pendant des heures avant que des membres du monastère ne les trouvent.

Le prêtre affirme également que l’un des colons s’était dévêtu et tenu nu devant les religieuses.

« Ils font de notre vie un cauchemar » : les Palestiniens confrontés à la violence des colons
Lire

« Les religieuses étaient paniquées… après cette attaque, elles ont décidé de quitter Taybeh et de rentrer en France. Mais des habitants ont contacté le consulat de France et les religieuses sont revenues en Palestine. »

Les attaques de colons contre des Palestiniens et leurs propriétés se sont multipliées ces derniers temps. Rien qu’en octobre, il s’est produit 36 attaques, notamment l’abattage d’oliviers – qui représentent une source de subsistance pour de nombreuses familles palestiniennes –, des slogans racistes et des attaques contre des véhicules, selon le site web israélien d’informations Walla.

Issa Zayed, député-maire de Taybeh, indique à MEE que le village a connu des attaques de colons pendant la première Intifada (1987–1993) mais que cette dernière attaque est un présage très sombre.

« Nous condamnons et rejetons cette attaque perpétrée par les colons qui sont soutenus par le gouvernement israélien… Cette attaque est le résultat du perpétuel soutien américain à Israël et à la légalisation des colonies en Cisjordanie. »

« Même s’ils nous réduisent en cendres, nous humains, ces pierres proclameront que cette terre est palestinienne, le berceau du Christ et des prophètes »

- Johnny Abu Khalil, prête

Il y a quinze jours, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé que Washington ne considérait plus les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés comme « contraires » au droit international

Issa Zayed précise que la municipalité préconise aux habitants de rester vigilants, surtout aux entrées du village.

« Cette [attaque] n’ébranlera pas notre volonté indéfectible de rester dans notre village historique. »

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.