Aller au contenu principal

Libye : un officier de l'armée recherché par la CPI s’évade de sa prison

Accusé de « crimes de guerre », le commandant Mahmoud Al-Werfalli, ex-membre de l’armée de Haftar, se serait évadé de sa prison
Le 5 juillet, la CPI a encore une fois réclamé l'arrestation du commandant al-Werfalli (capture d'écran)

Un commandant militaire libyen, Mahmoud Mustafa Busayf al-Werfalli, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour sa responsabilité dans de graves violations des droits de l'homme s'est « évadé » de prison, a affirmé le commandement des forces de Khalifa Haftar, auquel appartient cet officier.

« Le maréchal Khalifa Haftar [...] a ordonné de remettre la main sur le commandant Mahmoud al-Werfalli, à la suite de son évasion de la prison militaire » où il était détenu, est-il indiqué dans un communiqué. Le texte ne mentionne pas la date de cette évasion, et donc depuis combien de temps ce haut gradé est en fuite.

Le commandant al-Werfalli fait l'objet depuis d'un mandat d'arrêt de la CPI, qui l'accuse de « crimes de guerre » dans au moins sept incidents en 2016 et 2017

Les forces loyales au maréchal Haftar avaient indiqué l'été dernier avoir arrêté al-Werfalli. Elles avaient ajouté qu'il faisait l'objet d'une « enquête devant le procureur général militaire », semblant ainsi vouloir écarter une remise à la CPI.

Des séquences vidéo sur l'exécution massive en Libye par Al-Werfalli ont été diffusées sur les réseaux sociaux (Capture d’écran/Twitter)

Mahmoud Mustafa Busayf al-Werfalli, commandant dans l'Armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée et dirigée par le maréchal Haftar, fait l'objet depuis près d'un an d'un mandat d'arrêt de la CPI, qui l'accuse de « crimes de guerre » dans au moins sept incidents en 2016 et 2017.

À LIRE ► « The day Haftar » : rivalités et ingérences dans le jeu de l’Est libyen

Le 5 juillet dernier, la Cour a émis un deuxième mandat d'arrêt à son encontre « pour sa responsabilité présumée de meurtre en tant que crime de guerre ». Les juges ont estimé disposer « de motifs sérieux de croire » qu'il « aurait abattu dix personnes en face de la mosquée Bi'at al-Radwan à Benghazi » le 24 janvier dernier, a indiqué la CPI.

Mahmoud al-Werfalli, né en 1978, est un des commandants d'al-Saîqa, une unité d'élite qui a fait défection de l'armée libyenne après le soulèvement contre le dictateur Mouammar Kadhafi en 2011. Depuis, il se bat aux côtés des forces loyales à l'homme fort de l'Est libyen, Khalifa Haftar.

La CPI a réclamé aussi l’arrestation de Seif al-Islam Kadhafi, fils de l'ex-dirigeant libyen, et de al-Tuhamy Mohamed Khaled, ex-chef de l'Agence de sécurité intérieure 

En février, le commandant al-Werfalli avait affirmé dans une vidéo sur son compte Facebook s'être rendu à la police militaire de l’ANL à la suite du premier mandat d'arrêt de la CPI. L'information n'a pu être vérifiée de source indépendante.

La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a réclamé à plusieurs reprises l'arrestation de Werfalli, ainsi que de Saïf al-Islam Kadhafi, fils de l'ex-dirigeant libyen, et de al-Tuhamy Mohamed Khaled, ex-chef de l'Agence de sécurité intérieure libyenne, également recherchés pour crimes de guerre.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.