Skip to main content

Des dizaines de civils tués par des frappes syriennes et russes sur Alep et Idleb

Ces attaques surviennent après que les forces du gouvernement syrien ont envoyé des messages d’avertissement aux combattants rebelles à l’est d’Alep
Les forces pro-gouvernementales syriennes dans un village de l’ouest d’Alep, après avoir repris la zone des combattants rebelles le 12 novembre 2016 (AFP)
By

Au moins quinze civils, notamment des enfants, ont été tués et des dizaines d’autres blessés par des frappes aériennes du gouvernement sur l’est d’Alep ce lundi, selon Al Jazeera.

Les zones ciblées comprennent les quartiers contrôlés par les rebelles d’al-Salhin, al-Shahd et al-Sukary à l’est d’Alep.

Pendant ce temps, les frappes aériennes russes sur la périphérie d’Idleb auraient tué au moins neuf civils et auraient fait plusieurs blessés dans les zones résidentielles de plusieurs villages, selon le site arabe de la chaine d’information.

Selon Al Jazeera, ces frappes aériennes interviennent alors que les forces armées syriennes tentent d’avancer sur Alep avec l’aide des frappes aériennes russes sur des quartiers et villages de la zone.

Les forces rebelles ont déclaré qu’elles ne se laisseraient pas impressionner par ces messages d’avertissement et ces attaques et qu’elles resteraient sur place et se battraient pour Alep.

« Le fait que le [gouvernement] nous menace avec des armes modernes n’est qu’un moyen de propagande utilisé par l’armée syrienne contre le peuple syrien », a déclaré Omar Saqqar, porte-parole de Fastaqim Kama Umirt, un des groupes rebelles qui se battent à Alep.

L’attaque est intervenue après que les habitants d’Alep ont reçu des messages de l’armée samedi donnant 24 heures aux combattants de l’opposition pour quitter la ville.

« Vous, les tireurs de l’est d’Alep, vous avez 24 heures seulement pour prendre la décision de partir », pouvait-on lire sur les messages.

Ces messages ont été envoyés tandis que les forces gouvernementales syriennes et les rebelles s’affrontaient dans les environs d’Alep, selon l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme (OSDH).

L’OSDH basé à Londres, ainsi qu’un correspondant de l’AFP dans l’est d’Alep tenu par les rebelles ont rapporté des affrontements dans le quartier Karam al-Turab et dans le village al-Aziza, juste en dehors de la ville.

Le correspondant de l’AFP a déclaré que les combats pouvaient être entendus dans une grande partie de l’est sous le contrôle des rebelles, qui est entouré par les forces du gouvernement et a fait face à de nombreux assauts depuis que l’armée a annoncé vouloir le reprendre en septembre.

Traduit de l’anglais (original).