Aller au contenu principal

Qu’est-ce qu’Achoura ?

Middle East Eye s’intéresse à cette journée et à son importance pour les musulmans sunnites et chiites d’un point de vue religieux et historique
En Irak, des chiites reconstituent la bataille de Kerbala pendant le mois islamique de mouharram (AFP)
En Irak, des chiites reconstituent la bataille de Kerbala pendant le mois islamique de mouharram (AFP)

Achoura est une journée importante dans le calendrier islamique, sur les plans spirituel et historique, pour les sunnites comme les chiites.

Pour la majorité sunnite, ce jour est marqué par un jeûne et des prières spécifiques dans les mosquées. Pour les chiites, cela marque l’anniversaire de la mort du petit-fils du prophète Mohammed, Hussein, lors de la bataille de Kerbala. Il s’agit par conséquent d’un jour de deuil. 

Les chiites de Kerbala, où souvenir et tradition ne font qu’un
Lire

Parmi les rites chiites figurent des reconstitutions hautes en couleur de la bataille, les fidèles endossant le rôle de Hussein et de ses adeptes qui affrontent les forces omeyyades loyales au calife Yazid Ier.

Cette bataille a eu lieu en 680 et si elle est devenue l’une des causes du schisme entre chiites et sunnites, elle s’est produite bien avant que les différences religieuses entre les deux factions ne se cristallisent.

Par exemple, les sunnites vénèrent aussi Hussein et nombreux sont ceux qui ont une mauvaise opinion de Yazid, souvent critiqué pour son impiété.

Si certains sunnites prennent part à des cérémonies de deuil pour Hussein, en particulier les adeptes des traditions soufies, ces événements sont moins intenses que les cérémonies chiites.

L’auto-flagellation, ou tatbir, pratiquée par certains est un aspect controversé du deuil de Hussein. De nombreux éminents juristes chiites, notamment le défunt dirigeant iranien l’ayatollah Khomeini, ont condamné cet acte ou fait valoir qu’il était devenu obsolète à notre époque, mais une poignée de personnalités religieuses continue à souligner son importance, avec généralement la mise en garde de ne pas faire de mal à ceux qui participent au rituel.

Middle East Eye examine de plus près cette journée et la façon dont les musulmans la commémorent. 

Qu’est-ce qu’Achoura ?

Pour les musulmans, Achoura marque le jour où Dieu a délivré les Israélites, menés par le prophète Moussa (Moïse), de la tyrannie du pharaon d’Égypte en fendant la mer Rouge, leur permettant ainsi de la traverser en toute sécurité.

Ce jour-là, ont lieu un jeûne et des cérémonies religieuses, comprenant des sermons et des repas en commun chez les sunnites.

Pour les chiites, l’importance de cette journée tient également au fait que c’est l’anniversaire de la mort de Hussein. Celui-ci est vénéré en tant qu’imam ou véritable dirigeant de la communauté musulmane.

Les chiites duodécimains, comme leur nom l’indique, reconnaissent douze successeurs au prophète Mohammed, lesquels sont ses descendants par sa fille Fatima et son cousin et gendre Ali – qui est le premier imam.

Des chiites irakiens participent au rituel de deuil à Kerbala (AFP)
Des chiites irakiens participent au rituel de deuil à Kerbala (AFP)

Hussein est le troisième de ses successeurs et la bataille de Kerbala marque l’apogée de ses tentatives de prendre la tête de la communauté musulmane aux Omeyyades dirigés par Yazid.

Lors d’une confrontation meurtrière près de l’Euphrate (aujourd’hui en Irak), Hussein et la plupart de ses adeptes furent tués. 

Pour les chiites, le martyre de Hussein représente le fait de payer le prix ultime dans la quête de justice et du bien. Son deuil est encore marqué à ce jour dans son mausolée de Kerbala ainsi que lors de cérémonies à travers le monde musulman.

La lignée des imams se poursuit à travers le fils survivant de Hussein, également prénommé Ali. Pour les duodécimains, la lignée s’arrête avec le douzième imam, Muhammad al-Mahdi, qui selon la tradition chiite a été occulté et reviendra pour le jour du jugement dernier.

À quelle date est célébrée Achoura ? 

Achoura a lieu de 10e jour de mouharram, premier mois du calendrier lunaire islamique, généralement considéré comme l’un des plus saints de l’islam. 

Achoura tombe le 17 ou le 18 août dans le calendrier grégorien, selon la méthode d’observation de la lune utilisée pour déterminer le début de mouharram.

Pourquoi le nom d’Achoura ?

« Achoura » vient du mot « dix » en arabe et mouharram vient de haram, qui signifie « interdit » en arabe. 

Selon la tradition islamique, mouharram est l’un des mois les plus sacrés du calendrier, au cours duquel la guerre est interdite. 

Quelle est sa portée religieuse ? 

Les musulmans qui jeûnent pendant Achoura pensent que Dieu pardonnera leurs péchés de l’année précédente. 

Selon le Coran, Dieu a ordonné à Moïse de frapper la mer avec son bâton, faisant s’ouvrir la mer en deux.

Des musulmans prient en respectant les règles de distanciation au Kirghizistan (AFP)
Des musulmans prient en respectant les règles de distanciation au Kirghizistan (AFP)

Moïse s’est alors mis à jeûner le jour d’Achoura afin de rendre grâce et de montrer sa gratitude envers Dieu pour l’avoir sauvé lui et ses adeptes.

Le prophète Mohammed a encouragé les musulmans à jeûner le 9e jour de mouharram ainsi que le 10e jour afin de distinguer les musulmans des autres fois. Si le jeûne est facultatif, de nombreux musulmans choisissent de l’observer.

Comment est-il célébré par les chiites ?

Les prêcheurs chiites prononcent des sermons et rappellent l’histoire de la bataille de Kerbala. Certains récitent également des poèmes liés à la vie de Hussein, soulignant ses vertus. 

Dans de nombreuses régions d’Irak et d’Iran, des foules jouent, défilent et des processions ont lieu devant des milliers de personnes qui se rassemblent pour faire le deuil et commémorer l’événement. 

Ces reconstitutions visent à souligner l’importance du sacrifice de Hussein et évoquer la ferveur émotionnelle nécessaire pour s’engager dans la cause de la justice.

Certains participent au tatbir, qui, bien qu’il soit interdit dans certains pays, a toujours lieu pendant Achoura. L’utilisation de lames, de chaînes et d’autres objets pour se flageller symbolise le sacrifice et la lutte. 

Cette pratique est décriée par beaucoup de religieux et de nombreux fidèles choisissent des méthodes alternatives pour marquer le deuil, notamment le don de sang.

Pendant la période de mouharram, les fidèles chiites portent souvent du noir en symbole de deuil et de tristesse. Beaucoup profitent de l’occasion pour tirer des leçons de la vie de Hussein. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.