Aller au contenu principal

Amira : vives réactions palestiniennes concernant le « sperme sorti clandestinement »

Pour les familles des prisonniers palestiniens et les défenseurs des droits de l’homme, Amira donne une fausse image de la dure réalité de l’incarcération dans les geôles israéliennes. Le réalisateur a suspendu les projections du film
Amira a été choisi comme le candidat jordanien dans la catégorie du meilleur long métrage international pour la 94e cérémonie des Oscars en 2022 (capture d’écran)

Le réalisateur d’Amira a annoncé que « toute projection du film sera[it] suspendue », après avoir été descendu en flammes par les activistes et défenseurs des droits de l’homme pour sa représentation de la pratique consistant à faire sortir clandestinement le sperme des prisonniers palestiniens depuis les prisons israéliennes.

Ce film, choisi comme le candidat jordanien dans la catégorie du meilleur long-métrage international pour la 94e édition des Oscars l’année prochaine, suit la vie d’une Palestinienne de 17 ans, Amira, dont on apprend qu’elle a été conçue à partir de sperme sorti clandestinement de la prison israélienne où est incarcéré son père.

« Nous considérons les prisonniers palestiniens et leurs sentiments comme notre priorité et notre principal sujet, donc toute projection du film va être suspendue »

- Mohamed Diab, réalisateur

Lorsque les parents d’Amira décident d’essayer d’avoir un autre bébé, ils découvrent que son père est – et a toujours été – infertile et ne peut donc pas être le père biologique d’Amira.

Finalement, on apprend que le sperme avec lequel Amira a été conçue était en fait celui d’un gardien de prison israélien.

Des internautes ont agi sur les réseaux sociaux, lançant une campagne avec le hashtag en arabe « Retirez le film Amira » pour demander qu’il ne soit pas en compétition aux prochains Oscars.

Le président de la Commission palestinienne des affaires des prisonniers, Qadri Abu Bakr, a assuré quant à lui que l’intrigue du film « ne repos[ait] pas sur des faits avérés ».

« La procédure d’obtention du sperme est effectuée de façon appropriée et avec l’approbation des deux familles, la famille du prisonnier et sa femme. »

Abu Bakr a souligné que des « tests ADN [étaient] réalisés à chaque fois. »

Juliet Awwad, actrice jordanienne et héroïne d’Al-Taghreba al-Falastenya (série historique syrienne de 2004 considérée comme l’un des films les plus vus sur la cause palestinienne), a estimé qu’« Amira a[vait] été écrit avec un script purement israélien » et que « les producteurs et ceux qui ont travaillé sur sa commercialisation mérit[aient] d’être punis ».

D’autres ont pris sur eux de s’engager dans une action plus immédiate, en tentant de ternir la réputation du film en lui attribuant une seule étoile sur la base de données cinématographiques IMDb.

Certains internautes ont critiqué la façon dont le film représentait la manière dont le sperme était sorti de prison en partageant des images d’une petite fille prénommée Milad, née d’un père emprisonné, Walid Daqqa, grâce à cette technique. 

Traduction : « Voici Milad Walid Daqqa, fille de Walid Daqqa, incarcéré. Milad a été conçue avec du sperme sorti clandestinement. »

L’épouse de Daqqa, Sanaa’ Salama, a déclaré à l’agence de presse palestinienne Quds News Network que le film était « insultant et dénatur[ait] le sujet des prisonniers et des enfants nés à partir de sperme sorti clandestinement ».

Les critiques de ce film ne sont néanmoins pas toutes négatives. Sur IMDb, une personne a écrit qu’il s’agissait d’« une fiction puissante et captivante », « superbement racontée ».

« On en attend toujours plus. Cela reflète la réalité de beaucoup », a commenté un autre internaute. 

Le film a également fait réagir le gouvernement palestinien. 

« La commission cinématographique royale [jordanienne] a été contactée et a clarifié que le film constituait une injure et un préjudice pour une cause sacrée et que la circulation du film aurait de sérieuses répercussions sur la question des prisonniers », a déclaré à Quds News Network le ministre de la Culture de l’Autorité palestinienne.

Par-delà les barreaux : les bébés-éprouvette de Palestiniens détenus en Israël
Lire

Middle East Eye a sollicité une réaction de l’équipe de communication du film sur les réseaux sociaux mais n’avait pas obtenu de réponse au moment de la publication de cet article.

Selon le groupe de défense des droits de l’homme Addameer, 4 450 prisonniers politiques palestiniens sont actuellement dans les geôles israéliennes (à la date du 6 décembre 2021).

Les prisonniers palestiniens et leurs familles ont recours à la conception à l’aide de sperme sorti de prison car c’est le seul moyen disponible pour ceux qui purgent des peines prolongées ou indéfinies accompagnées de restrictions sur les visites familiales.

Certains prisonniers palestiniens auraient l’autorisation de recevoir des visites conjugales lors desquelles ils peuvent avoir des relations avec leur partenaire, mais beaucoup décident ne pas opter pour cette solution à cause d’un manque de confiance concernant les questions de vie privée.

Les épouses amènent le sperme à un médecin en utilisant tout et n’importe quoi (des bouteilles aux verres en plastique), qu’elles font sortir clandestinement de prison. Un spécialiste expliquait à la BBC en 2013 que le sperme pouvait tenir jusqu’à 48 heures avant sa congélation afin de procéder à une fécondation in vitro (FIV).

Depuis 2012, au moins 99 bébés sont nés avec du sperme sorti clandestinement selon le Centre palestinien de recherche sur les détenus. 

Amira défendu par son réalisateur

À la suite des réactions critiques vis-à-vis du postulat du film, son réalisateur, l’Égyptien Mohamed Diab, a publié un communiqué sur sa page Facebook pour le compte de l’équipe d’Amira, niant les allégations selon lesquelles il se place du côté de l’occupation israélienne.

https://www.facebook.com/Mohamed.A.Diab/posts/10165886389780370

« Le consensus a toujours été que ce film dépeint le cas d’un prisonnier de façon positive et humaine et qu’il critique clairement l’occupation », écrit Diab.

« Nous comprenons la colère des nombreuses personnes qui ont pensé que le film était une injure envers les prisonniers et leurs proches, et nous comprenons que c’est une colère nationale. »

Diab a annoncé son intention de créer une « commission spéciale », composée des prisonniers palestiniens et de leurs familles, pour regarder le film et en discuter.

« Nous considérons les prisonniers palestiniens et leurs sentiments comme notre priorité et notre principal sujet, donc toute projection du film sera suspendue », indique le communiqué. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.