Aller au contenu principal

MBS aurait déclaré que son « propre peuple » le tuerait si Riyad normalisait les relations avec Israël

Le milliardaire Haim Saban affirme que le prince héritier saoudien a formulé ces propos à la suite des accords conclus par les Émirats arabes unis et Bahreïn avec Israël, rapporte Haaretz
Le président américain Donald Trump a laissé entendre que l’Arabie saoudite pourrait reconnaître Israël (AFP)
Par

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) a déclaré au milliardaire israélo-américain Haim Saban qu’il craindrait pour sa vie s’il concluait un accord de normalisation avec Israël, a rapporté Haaretz.

Le prince héritier d’Arabie saoudite a affirmé que s’il emboîtait le pas aux Émirats arabes unis et à Bahreïn, il se ferait tuer « par l’Iran, par le Qatar et par [son] propre peuple », a précisé Haim Saban.

Le magnat du divertissement a tenu ces propos lors d’un événement de campagne en ligne intitulé « La sécurité et la prospérité d’Israël avec Biden à la Maison-Blanche », organisé mercredi dernier depuis la Floride en soutien à Joe Biden et Kamala Harris, a rapporté Haaretz.

Les Émirats arabes unis et Bahreïn, qui coordonnent étroitement leur politique étrangère avec l’Arabie saoudite, ont normalisé leurs relations avec Israël en août, une démarche consolidée par une cérémonie de signature qui s’est tenue le mois dernier à la Maison-Blanche.

Haim Saban, un milliardaire qui a fondé le Saban Center for Middle East Policy à la Brookings Institution, était l’un des rares démocrates présents lorsque les « accords d’Abraham » ont été signés le 15 septembre.

Vendredi, le président américain Donald Trump a déclaré qu’il s’attendait à ce que l’Arabie saoudite accepte également de resserrer ses liens avec Israël dans les mois à venir.

VIDÉO : L’Arabie saoudite va-t-elle normaliser ses relations avec Israël ?
Lire

Peu de temps auparavant, le Soudan est devenu le troisième pays arabe à normaliser ses relations avec Israël au cours des dernières semaines.

Plus tôt ce mois-ci, le ministre saoudien des affaires étrangères Fayçal ben Farhane al-Saoud a déclaré que le royaume ne reconnaîtrait pas Israël tant que les négociations israélo-palestiniennes ne reprendraient pas.

Donateur de longue date du parti démocrate, Haim Saban a également profité de sa tribune lors de l’événement en ligne organisé mercredi dernier pour faire l’éloge de Joe Biden, candidat à la présidence et ancien vice-président, pour ses « 47 ans d’engagement » auprès d’Israël.

« Tous les juifs d’Amérique qui se soucient de l’alliance américano-israélienne savent qu’ils peuvent dormir sur leurs deux oreilles avec Biden comme président », a-t-il déclaré.

Les accords de normalisation ont reçu un accueil très favorable tant chez les démocrates que dans le camp républicain.

Le milliardaire a également affirmé que le président Donald Trump avait joué un rôle mineur dans la conclusion des accords d’Abraham et que le mérite revenait en grande partie à son gendre et conseiller de haut rang, Jared Kushner.

« Tout le mérite devrait revenir à Jared Kushner et à son assistant Avi Berkowitz, qui ont travaillé très dur là-dessus », a-t-il affirmé.

Trump, dont la base électorale chrétienne évangélique est largement favorable à Israël, a souligné que les accords de normalisation arabes avec Israël constituaient des accomplissements majeurs alors qu’il brigue un nouveau mandat à l’occasion des élections du 3 novembre.

Les accords de normalisation ont toutefois indigné les Palestiniens, dénonçant un « coup de poignard dans le dos » qui récompense Israël et lui permet de poursuivre son occupation illégale de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est ainsi que son siège de Gaza.

D’après une enquête récente, malgré les mesures prises par les Émirats arabes unis et Bahreïn, les populations arabes continuent en majorité de s’opposer fermement à la normalisation des relations avec Israël.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.