Aller au contenu principal

Arabie saoudite : une vidéo montre des policiers frapper des femmes dans un orphelinat

Les activistes saoudiens s’indignent mais estiment que ces violences sont cohérentes avec le bilan en matière de droits de l’homme du prince héritier Mohammed ben Salmane
Une capture d’écran de la vidéo de l’agression d’un groupe de femmes dans un orphelinat saoudien, révélée le 30 août 2022 (Twitter)

La révélation d’une vidéo qui montrerait les services de sécurité saoudiens agresser brutalement un groupe de femmes dans un orphelinat du Sud-Ouest de l’Arabie saoudite a suscité l’indignation sur internet et amené le gouvernement à promettre d’enquêter sur cet incident. 

La vidéo, publiée initialement sur Twitter mardi par une femme qui a filmé cette agression, montre des dizaines d’hommes vêtus d’uniforme de sécurité et d’autres dans la tenue nationale saoudienne poursuivre des femmes, les frapper avec des bâtons de bois et les fouetter avec des ceintures en cuir. On y voit ensuite un homme qui tire une femme par les cheveux tandis qu’un autre la frappe avec une ceinture.

Cet orphelinat se situe à Khamis Mushait, ville de la province d’Asir, à environ 884 km de la capitale Riyad.

En réaction à cette vidéo, le gouverneur de la province, Turki ben Talal ben Abdulaziz, a ordonné la formation d’une commission d’enquête sur « l’ensemble des parties prenantes » à cet incident et de « transmettre l’affaire aux autorités compétentes ».

Cette vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux, accompagnée du hashtag « orphelines de Khamis Mushait » qui apparaissait en tendance en Arabie saoudite mercredi. 

Répression implacable des femmes

Pour les défenseurs des droits de l’homme saoudiens, cette vidéo est une preuve de plus de la répression des droits des femmes par le gouvernement saoudien sous le règne du prince héritier Mohammed ben Salmane.

Depuis qu’il est devenu le dirigeant de facto du royaume en 2017, le prince héritier a présidé à une répression généralisée de la dissension, bien qu’il se présente comme l’instigateur de réformes libérales. La répression vise des membres de l’opposition politique, la minorité chiite, ainsi que des militantes qui demandaient la fin des politiques et pratiques sociales discriminatoires envers les femmes. 

« Les femmes de ces orphelinats devraient pouvoir partager leur expérience et réclamer de meilleures conditions sans être prises pour cibles »

- Lina al-Hathloul

« Tout comme les activistes pour les droits des femmes telles que Loujain al-Hathloul ont été torturées pour avoir demandé leurs droits fondamentaux, les orphelines qui se plaignent de leurs conditions de vie sont réduites brutalement au silence et physiquement agressées », déplore Lina al-Hathloul, activiste saoudienne pour les droits de l’homme qui dirige la surveillance et la communication au sein du groupe de défense des droits de l’homme Al-Qst

« Cette vidéo montre la répression implacable des femmes qui prévaut en Arabie saoudite. Même lorsque les femmes n’ont pas de tuteur masculin et vivent dans des orphelinats, c’est le bras de l’État lui-même qui s’en prend violemment à elles pour avoir réclamé leurs droits légitimes », déclare-t-elle à Middle East Eye. 

Lina al-Hathloul accuse le gouvernement saoudien d’avoir un discours creux à propos de l’émancipation des femmes dans le pays et de s’en servir comme « outil de relations publiques ».

« Si vous flagellez des femmes parce qu’elles demandent leurs droits, est-ce que vous les émancipez vraiment ? », s’interroge-t-elle.

Arabie saoudite : une avancée de façade pour les droits des femmes
Lire

De son côté, Abdullah al-Juraywi, activiste de l’opposition saoudienne vivant à Londres et directeur de la plateforme de dialogue Diwan London, explique à MEE que cette agression est une réaction à une grève menée par ces femmes pour réclamer de meilleures conditions de vie après de premières manifestations à propos de mauvais traitements qui ont été ignorées. L’administration de l’orphelinat a ensuite demandé l’intervention des services de sécurité.

Dans l’immédiat, on ne sait pas combien de femmes ont été arrêtées lors de cet incident. Les autorités saoudiennes n’ont pas encore fait connaître les détails. 

« Les femmes de ces orphelinats devraient pouvoir partager leur expérience et réclamer de meilleures conditions sans être prises pour cibles, harcelées ou agressées de quelque manière que ce soit », insiste Lina al-Hathloul. 

Elle demande également aux autorités saoudiennes de « mettre en place une enquête transparente et indépendante » sur cet incident et de demander des comptes à ses auteurs. 

MEE a contacté le ministère saoudien des Affaires étrangères mais n’a pas obtenu de réponse à ses sollicitations.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.