Aller au contenu principal

France : une affaire de violences policières secoue le sommet de l’État

Ce nouveau scandale de violence policière en France intervient en plein débat sur une proposition de loi de « Sécurité globale » controversée qui réprime la diffusion d’images de policiers en intervention
Capture d’écran de la vidéo mise en ligne par le site Loopsider, montrant un homme tabassé par des policiers samedi à Paris (Loopsider)
Par

Une nouvelle affaire de violences policières, dans laquelle quatre agents ont été suspendus après le tabassage d’un producteur noir filmé par plusieurs caméras, fait des remous au plus haut niveau de l’État en France.

En plein débat sur une proposition de loi de « Sécurité globale » controversée qui réprime la diffusion d’images de policiers en intervention, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé qu’il demanderait « la révocation » des agents mis en cause dans ces violences documentées par une vidéo sur les réseaux sociaux.

Les images publiées par le site Loopsider montrent un homme appelé « Michel » qui subit une volée de coups assénés par des policiers samedi dans l’entrée d’un studio de musique à Paris.

« On m’a dit sale nègre plusieurs fois et en me donnant des coups de poing », a dénoncé la victime qui a porté plainte au siège parisien de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

« Des gens qui doivent me protéger m’agressent […], je n’ai rien fait pour mériter ça », a-t-il poursuivi devant la presse, « je veux juste que ces trois personnes soient punies par la loi ».

Trois agents ont d’abord été suspendus. Puis un quatrième, arrivé en renfort et soupçonné d’avoir lancé une grenade lacrymogène dans le studio de musique, a été suspendu à son tour, a indiqué dans la soirée à l’AFP une source proche du dossier.

Gérard Darmanin, qui sera auditionné lundi par la commission des Lois de l’Assemblée nationale, a estimé sur la télévision publique que ces policiers « avaient sali l’uniforme de la République ».

« Une véritable impunité » : les banlieues françaises voient une hausse des violences policières pendant le confinement
Lire

Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, s’est dit lui « scandalisé par ces images ». Reconnaissant que s’il n’y avait pas eu d’images, « on n’aurait pas connu » cette affaire, il a affirmé : « Il faut filmer. »

Le chef de file des Insoumis (opposition de gauche), Jean-Luc Mélenchon, y a vu la « preuve terrible du caractère vital du droit à filmer l’action policière ».

Il faisait référence à l’article 24 de la proposition de loi « Sécurité globale », qui pénalise la diffusion malveillante de l’image des forces de l’ordre.

Le texte, qui a été adopté mardi par l’Assemblée nationale et doit être encore examiné par le Sénat, a cristallisé ces derniers jours passions et antagonismes.

Plébiscité par les syndicats policiers, soutenu par la droite et l’extrême droite, son article 24 réprime d’un an de prison et 45 000 euros d’amende la diffusion de « l’image du visage ou tout autre élément d’identification » de membres des forces de l’ordre en intervention, quand elle porte « atteinte » à leur « intégrité physique ou psychique ».

La gauche et les défenseurs des libertés publiques y voient « une atteinte disproportionnée » à la liberté d’informer et le signe d’une dérive autoritaire de la présidence d’Emmanuel Macron.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi soir la création d’une « commission indépendante chargée de proposer une nouvelle écriture » de l’article, sur lequel il entend lui-même saisir le Conseil constitutionnel.

Coups de matraque

Selon leur procès-verbal consulté par l’AFP, les trois policiers sont intervenus samedi pour tenter d’interpeller « Michel » pour défaut de port du masque. « Alors que nous tentons de l’intercepter, il nous entraîne de force dans le bâtiment », écrivent-ils.

« Si nous n’avions pas les vidéos, mon client serait peut-être actuellement en prison »

- Maître Hafida El Ali, avocate de « Michel »

Sur les images de vidéosurveillance de ce studio, on voit les trois fonctionnaires de police entrer dans le studio en agrippant l’homme puis le frapper à coups de poing, de pied ou de matraque.

Selon ces mêmes images, « Michel » résiste en refusant de se laisser embarquer, puis tente de se protéger le visage et le corps. La scène dure cinq minutes.

Les policiers tentent ensuite de forcer la porte et jettent à l’intérieur du studio une grenade lacrymogène.

Après l’interpellation, l’homme a dans un premier temps été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte pour « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique » et « rébellion ».

Mais le parquet de Paris a classé cette enquête et ouvert mardi une nouvelle procédure pour « violences par personnes dépositaires de l’autorité publique » et « faux en écriture publique ».

« Si nous n’avions pas les vidéos, mon client serait peut-être actuellement en prison », a dit à l’AFP, maître Hafida El Ali, avocate de « Michel ».

VIDÉO : Un camp de migrants à Paris violemment démantelé par les forces de l’ordre
Lire

Son client bénéficie d’une interruption temporaire de travail de six jours.

« J’ai mal à ma France ! », a tweeté le footballeur français Antoine Griezmann (FC Barcelone).

« L’être humain... est capable de faire des choses inhumaines ! », avait réagi auparavant sur twitter un autre footballeur français, Samuel Umtiti, évoluant aussi au FC Barcelone.

« À travers l’agression insoutenable de Michel […], c’est notre humanité qui est atteinte », a tweeté Christophe Castaner, patron des députés de la majorité présidentielle et ancien ministre de l’Intérieur.

Cette affaire intervient trois jours après l’évacuation brutale, lundi soir, d’un camp de migrants sur une place du centre de Paris.

Un commissaire divisionnaire qui a fait un croche-pied à un migrant a commis un « manquement par un usage disproportionné de la force », écrit l’IGPN, la « police des polices », dans un rapport rendu public jeudi.

Le ministre de l’Intérieur s’est engagé à prendre « des sanctions contre lui ».

Par Guillaume Daudin et Tiphaine Le Libous à Paris.