Aller au contenu principal

Palestine : la répression israélienne à Shuafat déclenche des violences à Jérusalem et en Cisjordanie

Les affrontements entre forces israéliennes et Palestiniens suscités par le siège du quartier de Shuafat à Jérusalem-Est après la mort d’une soldate s’étendent à travers la Cisjordanie, où se multiplient les attaques de colons
La police israélienne arrête un jeune Palestinien dans le camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem-Est, le 12 octobre (Reuters)
Par
RAMALLAH, Palestine occupée

De violents affrontements ont commencé à éclater entre forces israéliennes et jeunes Palestiniens dans divers quartiers de Jérusalem-Est occupée tard mercredi. C’est dans le camp de réfugiés de Shuafat, assiégé par les troupes israéliennes depuis samedi à la suite d’une fusillade mortelle à un check-point à proximité, qu’ils sont les plus intenses.

En Cisjordanie occupée, la situation s’embrase également avec des confrontations entre Palestiniens et soldats israéliens accompagnées d’attaques de colons.

Ces heurts ont été déclenchés par les descentes de soldats israéliens aux domiciles de membres de la famille Tamimi, dont un membre est suspecté par Israël d’avoir tué une soldate israélienne à ce check-point samedi soir. Trois personnes de la famille Tamimi ont été arrêtées.

Les forces israéliennes ont tiré des gaz lacrymogènes dans les maisons, plusieurs personnes à l’intérieur ont été blessées par leur inhalation.

Muhammad Samrin, journaliste du camp de réfugiés de Shuafat, rapportait hier à Middle East Eye qu’un bulldozer israélien s’était avancé depuis un check-point militaire à 7 heures du matin et avait commencé à ouvrir la route que les habitants avaient bloquée dans le cadre de leur mouvement de désobéissance civile contre le blocus du camp.

« Ces attaques sont très dangereuses et tout suggère qu’elles deviendront encore plus violentes dans les jours à venir »

- Ghassan Daghlas, activiste palestinien

Quelque 140 000 Palestiniens vivent à Shuafat, unique camp de réfugiés au sein de la municipalité de Jérusalem. Bien que proche de la vieille ville, le camp est séparé du reste de Jérusalem par le mur de séparation d’Israël.

Dans la journée de jeudi, Israël a ouvert un check-point, levant partiellement le blocage qui coupait les habitants du monde extérieur et les avait contraints à manquer des rendez-vous médicaux et le travail.

Les camions de collecte des déchets sont entrés et ont évacué les ordures qui s’empilaient dans les rues depuis le début du blocage samedi.

Certains véhicules ont été autorisés à quitter le camp pour rejoindre Jérusalem après des fouilles approfondies, a indiqué Muhammad Samrin. Dans le même temps, la route d’Anata, qui relie le camp de Shuafat à la Cisjordanie, a également été rouverte mais fait l’objet de strictes restrictions.

Israël pense que le suspect de la fusillade se trouve toujours dans le camp de Shuafat et va tenter de rejoindre la Cisjordanie, selon les médias israéliens.

Malgré la réouverture partielle des accès au camp, les habitants de Shuafat ont décidé de poursuivre leur action de désobéissance civile et leurs manifestations jusqu’à ce que les forces israéliennes lèvent toutes les mesures restrictives à leur encontre.

« L’armée d’occupation impose une vengeance collective contre les habitants du camp et cela nous coûte énormément sur le plan financier et psychologique », indique Samrin à MEE.

En solidarité avec le camp de Shuafat, de violents affrontements ont éclaté dans plusieurs quartiers de Jérusalem mercredi soir, notamment à Beit Hanina, al-Isawiya, Sur Baher, Sheikh Jarrah, Silwan et Jabal al-Mukaber.

À Sur Baher, des Palestiniens auraient ouvert le feu sur les forces israéliennes, mais aucun blessé n’est à déplorer. Deux policiers israéliens ont été légèrement blessés à al-Isawiya, peut-être par des engins explosifs ou des feux d’artifice.

Dix-huit Palestiniens au moins ont été arrêtés à travers la ville.

Attaques de colons en Cisjordanie

Dans le même temps, des attaques de colons se sont multipliées dans les villages palestiniens situés près de colonies israéliennes en Cisjordanie.

Dans le village de Qasra au sud de Naplouse, les colons ont attaqué des exploitations avicoles et en ont incendié trois, provoquant la mort de 30 000 volatiles. Les colons ont également détruit des oliviers dans la région, suscitant des heurts avec les habitants.

Une quinzaine de Palestiniens au moins ont été blessés dans la répression israélienne qui s’est ensuivie, au cours de laquelle les soldats ont dégainé les matraques, selon Ghassan Daghlas, activiste palestinien qui suit l’expansion des colonies israéliennes dans le Nord de la Cisjordanie.

« Ce phénomène pourrait précéder l’apogée d’une future intifada et se base sur les récents soulèvements éphémères. Nous vivons un moment très important, mais il faudra peut-être du temps pour pouvoir le comprendre pleinement »

- Youssef Sharqawi, analyste militaire

Daghlas indique que cette année, les attaques de colons se sont intensifiées par rapport aux années précédentes, on en dénombre pas moins d’un millier jusqu’à présent.

« Ces attaques sont très dangereuses et tout suggère qu’elles deviendront encore plus violentes dans les jours à venir », indique-t-il à MEE.

Jeudi matin, des colons flanqués de soldats ont attaqué des maisons palestiniennes à Huwara, une ville au sud de Naplouse.

Ailleurs à Naplouse, des échanges de coups de feu ont eu lieu dans la nuit aux alentours du tombeau de Joseph après que des colons ont fait irruption sur le site sous forte protection de l’armée.

Ces accrochages sont survenus après qu’un groupe armé palestinien de Naplouse, baptisé l’Antre du Lion, a proclamé qu’il attaquerait les soldats protégeant les colons faisant irruption sur le site, qui est considéré comme saint à la fois par les juifs et par les musulmans.

Résistance croissante

La résistance armée palestinienne en Cisjordanie connaît un certain essor ces derniers mois, mais l’analyste militaire Youssef Sharqawi explique à MEE qu’elle a encore un long chemin à faire avant de se transformer en véritable intifada.

La coordination en matière de sécurité entre Israël et l’Autorité palestinienne limite encore la capacité des combattants à étendre leurs activités et à recruter davantage.

Naplouse pleure ses combattants alors que la résistance en Cisjordanie s’intensifie
Lire

« Aujourd’hui, les jeunes combattants palestiniens combattent dans l’esprit de résister à l’occupation et tentent de contrer la stratégie israélienne d’assassinats, d’humiliation et de contrôle des Palestiniens », avance Sharqawi.

Il précise néanmoins qu’avec l’augmentation de la fréquence des attaques contre des cibles israéliennes, un élan va se former.

« Chaque opération est plus forte que la précédente. Cela va devenir viral et se répandre rapidement et, chaque fois, Israël se retrouvera dans une position encore plus difficile. »

Selon Sharqawi, la Cisjordanie entre actuellement dans une nouvelle phase du conflit, dont la nature reste encore à préciser.

« Ce phénomène pourrait précéder l’apogée d’une future intifada et se base sur les récents soulèvements éphémères. Nous vivons un moment très important, mais il faudra peut-être du temps pour pouvoir le comprendre pleinement », estime-t-il.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.