Aller au contenu principal

Le Maroc débourse 500 millions de dollars pour un système antimissile israélien

Les négociations pour cette transaction ont débuté lors de la visite du ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, en novembre 2021 au Maroc
Le système Lightning-8, de fabrication israélo-indienne, serait capable d’intercepter toute menace aérienne (capture d’écran)
Par

Le Maroc a signé le 9 février un contrat avec Israel Aerospace Industries (IAI) pour l’achat d’un système de défense antimissile d’un montant de 500 millions de dollars.

Selon le site spécialisé Israel Defense, cet accord appelé Barak-8 est le fruit de négociations qui ont commencé lors de la visite au Maroc du ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, en novembre 2021.

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz au Maroc en pleine tension entre Rabat et Alger
Lire

Pour rappel, cette visite avait été marquée par la signature d’un accord-cadre sur les futures relations sécuritaires entre Israël et le Maroc.

L’accord concerne donc le système israélien Lightning-8, de fabrication israélo-indienne (Organisation indienne de recherche et de développement pour la défense, DRDO), capable d’intercepter toute menace aérienne (missiles, drones, hélicoptères, avions de combats, etc.) jusqu’à une portée de 150 km.

Lightning-8 peut être installé sur des navires ou comme système au sol. Il intègre un système de commande et de contrôle, de radar de suivi, des missiles (Barak-8) et des lanceurs mobiles avec huit missiles chacun.

Le système est également équipé d’un chercheur avancé de radiofréquence.

Un contrat motivé « par les achats d’armes russes de l’Algérie »

L’armée indienne a commandé cinq régiments de cette version, qui se compose d’environ 40 lanceurs et 200 missiles pour 2,4 milliards de dollars. Livrés en 2020, ils devront être déployés d’ici 2023.

Le Maroc a déjà réceptionné quatre systèmes de fabrication chinoise de type FD-2000B et un autre dispositif chinois, Sky Drago 50, positionné dans la nouvelle base de défense aérienne de Sidi Yahia al-Garb, au nord de Rabat.

Le royaume a déjà acheté des systèmes antimissiles pour protéger ses navires et des missiles antidrones (SkyLock) à IAI ainsi que des drones fabriqués par l’entreprise israélienne BlueBird Aero Systems.

Face à l’agressivité de l’Algérie, le Maroc se prépare à un affrontement
Lire

Rabat prévoit aussi de construire, avec Israël, une usine de fabrication de drones « potentiellement dans le nord-est et le sud du pays », selon le site d’information spécialisé Shephard.

Par ailleurs, en novembre 2021, le Pentagone a approuvé l’exportation d’un système PAC-3 MSE Patriot vers divers pays, dont le Maroc. Des discussions entre les États-Unis et le Maroc sur cette question étaient menées depuis au moins 2019.

Selon Israel Defense, l’achat du système Barak-8 est motivé par la présence à l’est du royaume de « l’Algérie, principal ennemi du Maroc, qui achète principalement des armes russes ». « Entre autres choses, l’armée algérienne possède le système [de missiles] Iskander E », précise Israel Defense.

Ce missile russe est une « arme d’une grande précision ayant de bonnes capacités tactiques et stratégiques. Soumise au régime MTCR, la batterie Iskander E peut envoyer des missiles à une distance maximale de 300 km mais avec une précision de quelques mètres », explique le site spécialisé algérien Mena Défense.

Israel Defense note que le dernier contrat concernant le système Barak-8 est inclus dans le budget de défense marocain de 2022. « Dans ce cadre, 12,8 milliards de dollars seront alloués à l’achat et la réparation d’équipements des Forces armées royales [FAR], ce qui est lié à l’achat de nouvelles armes, et qui signifie la signature de nouveaux contrats d’armes [avec Israël] », conclut le même média.