Aller au contenu principal

Mohammed VI débourse près de 80 millions d’euros pour son nouveau « pied-à-terre » parisien

L’hôtel particulier acheté par le souverain marocain appartenait à l’ex-ministre de la Défense saoudien Khaled ben Sultan
L’hôtel particulier acheté par le roi marocain au 20 avenue Émile-Deschanel dans le 7e arrondissement (capture d’écran)
L’hôtel particulier acheté par le roi marocain au 20 avenue Émile-Deschanel dans le 7e arrondissement (capture d’écran)
Par

Le roi du Maroc, Mohammed VI, vient de s’offrir un nouveau « pied-à-terre » à Paris dans l’un des plus prestigieux quartiers de la capitale française.

« Mille mètres carrés habitables, un jardin attenant au Champ-de-Mars, et une vue imprenable sur la tour Eiffel et l’École militaire. Trente-cinq mètres de façade, quinze de hauteur, une cour d’honneur ceinte d’élégantes balustrades de pierre », énumère la lettre confidentielle Africa Intelligence, qui révèle la transaction.

L’hôtel particulier, au 20 avenue Émile-Deschanel dans le luxueux 7e arrondissement parisien, appartenait à un membre de la famille royale saoudienne, Khaled ben Sultan ben Abdelaziz al-Saoud, l’ex-ministre de la Défense.

Entre personnalités royales fortunées

Le magnat saoudien, cité par les « Paradise Papers », est à la tête d’une importante fortune et possède une flotte de quatre yachts de luxe, dont le Golden Odyssey, l’un des plus grands au monde.

Maroc : étalage de luxe royal en mer pendant que les Marocains émigrent en masse
Lire

Mais sa situation financière commençait à se dégrader, relativement parlant : « S’il a été épargné par la purge ‘‘anticorruption’’ enclenchée en 2017 par le prince héritier Mohammed ben Salmane pour asseoir son autorité sur la Maison des Saoud, Khaled ben Sultan n’est plus l’intermédiaire obligé des entreprises étrangères souhaitant faire affaire avec Riyad. D’où, sans doute, sa décision de céder son joyau parisien », précise Africa Intelligence.

On ne connaît pas le montant exact de la transaction, mais des spécialistes du marché immobilier de luxe ont indiqué à la lettre confidentielle que le prince saoudien avait mis en vente ce bien en début d’année pour près de 80 millions d’euros. « Selon ces mêmes sources, il aurait repoussé l’offre à 70 millions d’euros d’un acquéreur ukrainien, peu avant le début du confinement sanitaire en France le 17 mars. »

La transaction a été conclue via la SCI Deschanel, société civile immobilière de droit français créée trois semaines plus tôt, détenue à 99,9 % par le souverain et gérée par son secrétaire particulier, Mounir el-Majidi.

Le passé colonial de l’hôtel particulier

Le roi marocain n’avait plus de pied-à-terre parisien – lui qui aime se promener dans les rues de la capitale française avec une légère escorte – depuis qu’il avait vendu son hôtel particulier du 44 rue Fabert, dans le 7e arrondissement, au parfumeur Jean Madar, 270e fortune de France.

« Le roi détient toujours le château de Betz [Picardie] acquis par son père Hassan II en 1972, où il se rend régulièrement en grand équipage », rappelle Africa Intelligence.

Ironie de l’histoire, l’hôtel particulier du 20 avenue Émile-Deschanel a été construit en 1912 pour le compte de George Hersent, patron d’une puissante société de gestion portuaire… dans le protectorat marocain de l’époque.

Selon le magazine Forbes, la fortune de Mohammed VI est estimée à 5,7 milliards de dollars.