Aller au contenu principal

Mort de Shireen Abu Akleh : les vidéos et la géolocalisation réfutent les allégations israéliennes

L’analyse des vidéos, images et récits des témoins oculaires de la mort de la reporter d’Al Jazeera discrédite les allégations israéliennes selon lesquelles elle aurait été touchée par des tirs palestiniens
Les témoins oculaires affirment que Shireen Abu Akleh a été assassinée par un sniper israélien alors qu’avec d’autres journalistes, ils approchaient de l’entrée principale du camp de réfugiés de Jénine (illustration de MEE)
Les témoins oculaires affirment que Shireen Abu Akleh a été assassinée par un sniper israélien alors qu’avec d’autres journalistes, ils approchaient de l’entrée principale du camp de réfugiés de Jénine (illustration de MEE)

Peu après le décès de Shireen Abu Akleh, Israël a diffusé sur internet sa version de ce qui est arrivé à la journaliste palestinienne, abattue par un sniper israélien dans la ville de Jénine en Cisjordanie occupée hier matin.

Tandis qu’affluaient les condamnations du meurtre de cette reporter chevronnée d’Al Jazeera, le ministère israélien des Affaires étrangères et l’ambassade américaine ont tweeté une vidéo montrant des Palestiniens armés à Jénine tirant dans une allée, suggérant qu’ils avaient « probablement touché » Abu Akleh.

Traduction : « Ce matin, à Jénine, on a entendu des terroristes affirmer : “Ils en ont touché un, ils ont touché un soldat, il est au sol”. Mais aucun soldat [israélien] n’a été blessé à Jénine. Les terroristes palestiniens, tirant à l’aveugle, ont probablement touché la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu [Akleh]. »

L’armée israélienne a confirmé avoir mené une opération dans le camp de réfugiés de Jénine tôt ce mercredi et qu’il y avait eu des échanges de tirs entre ses troupes et des combattants palestiniens. Au départ, elle a dit enquêter pour savoir si « des journalistes [avaient] été blessés, peut-être par des tirs palestiniens ».

Plus tard, le chef d’état-major de l’armée israélienne est revenu là-dessus, affirmant qu’on ne savait pas clairement qui avait tiré la balle fatale.

« À ce stade, on ne peut établir quels sont les tirs qui l’ont blessée et on déplore son décès », a déclaré le général Aviv Kochavi.

L’analyse des images des différents incidents de mercredi, ainsi que les récits des témoins oculaires, soulèvent de nombreuses questions concernant les allégations d’Israël selon lesquelles des tirs palestiniens pourraient être à l’origine du décès de Shireen Abu Akleh.

La géolocalisation des vidéos filmées à Jénine suggère que les Palestiniens armés dans le camp mercredi n’avaient pas de vue dégagée sur Abu Akleh et le groupe de journalistes et qu’aucun affrontement ne semblait avoir lieu où ils se tenaient à leur arrivée à l’entrée du camp.

Où se trouvaient les Palestiniens armés ?

Les images de mercredi matin, utilisées en partie dans le tweet ci-dessus du ministère israélien des Affaires étrangères, montrent un homme qui tire dans une allée du camp de réfugiés à l’ouest de Jénine, bastion des groupes armés palestiniens dans le nord de la Cisjordanie.

Les images de cette vidéo (« Gunmen Video 1 » dans les illustrations ci-dessous) filmée près d’un bâtiment surmonté de trois réservoirs d’eau ont été géolocalisées par B’Tselem, une organisation israélienne de défense des droits de l’homme.

Une autre vidéo postée à l’origine sur Tik Tok montre des Palestiniens armés un peu plus au nord, tirant vers l’ouest.

Sur les illustrations ci-dessous sont indiqués trois repères visuels : le coin d’un bâtiment (rectangle violet) ; un bâtiment avec un toit rouge (cercle bleu) ; et ce qui semble être un cimetière (cercle rouge). Ces repères placent la vidéo dans une zone au nord de l’endroit où les images de la vidéo « Gunmen Video 1 » ont été prises.

Traduction : « Direction des tirs »
Traduction : « Direction des tirs »

Où se trouvaient les soldats israéliens ?

Une courte vidéo sur Telegram une demi-heure avant que Shireen Abu Akleh soit abattue mercredi matin montre des soldats israéliens arrivant de l’ouest de la ville et se dirigeant vers l’est. Ces images ont été postées plus tard sur YouTube.

On y voit le même bâtiment avec les trois réservoirs d’eau, où tiraient les Palestiniens.

Cela, ajouté à la direction des tirs dans les deux vidéos des tireurs palestiniens, suggère que les soldats israéliens se trouvaient quelque part à l’ouest des tireurs.

Traduction : « Direction des tirs » ; « Soldats israéliens » ; « Soldats israéliens potentiels »
Traduction : « Direction des tirs » ; « Soldats israéliens » ; « Soldats israéliens potentiels »

Où ont eu lieu les affrontements ?

À partir des données disponibles, il n’est pas possible d’établir avec exactitude où ont eu lieu les affrontements, mais la direction des tirs des Palestiniens et l’emplacement des forces israéliennes suggèrent qu’il y a eu des tirs vers l’ouest du cimetière et vers le sud.

Une troisième vidéo filmée près du cimetière montre de la fumée s’élevant de la zone où B’Tselem a situé les tireurs palestiniens dans la vidéo diffusée par les Israéliens.

Traduction : « Direction des tirs » ; « Soldats israéliens » ; « Soldats israéliens potentiels » ; « Affrontements 1 [et] 2 »
Traduction : « Direction des tirs » ; « Soldats israéliens » ; « Soldats israéliens potentiels » ; « Affrontements 1 [et] 2 »

Où se trouvait Shireen Abu Akleh ?

Shireen Abu Akleh a été abattue plus au nord, à l’entrée principale du camp de réfugiés de Jénine, près du principal rond-point, à une intersection géolocalisée par B’Tselem.

Traduction : « Une vidéo montre la mort de la reporter d’Al Jazeera Shireen Abu [Akleh].
Il semble que la vidéo israélienne qui affirme qu’il y a eu des tirs croisés palestiniens ne corresponde pas à cet endroit.
En outre, elle porte un casque et un gilet pare-balles. »

Shatha Hanaysha, collaboratrice de Middle East Eye, rapporte qu’ils étaient un groupe de sept journalistes, parmi lesquels Abu Akleh, lorsqu’ils ont été pris par les tirs des snipers israéliens.

Relatant l’incident, elle déclare : « On s’est montrés de manière visible aux soldats stationnés à quelques centaines de mètres de nous. On est restés immobiles pendant une dizaine de minutes pour s’assurer qu’ils savaient qu’on était journalistes. » 

« Puisqu’aucun tir de sommation n’avait été tiré en notre direction, on s’est avancés vers le camp. Soudain, on a entendu le premier tir. »

La fusillade dans les allées du camp était loin du rond-point – les combattants ne vont pas là-bas parce qu’il n’y a pas de couverture – et loin de la maison de la personne que les forces israéliennes cherchaient à arrêter.

L’un des chercheurs de B’Tselem s’est rendu sur les lieux où ont été filmées les vidéos des Palestiniens armés puis s’est rendu à l’endroit où Shireen Abu Akleh avait été touchée, remontant plusieurs rues et allées étroites.

Traduction : « Ce matin, un chercheur de terrain de B’Tselem à Jénine a documenté les endroits exacts où les Palestiniens armés qu’on voit dans une vidéo diffusée par l’armée israélienne ont tiré, ainsi que l’endroit exact où Shireen Abu Akleh a été tuée. »

L’ONG a conclu qu’il était impossible que Shireen Abu Akleh ait été touchée depuis l’endroit où tiraient les Palestiniens.

Traduction : « Mort d’Abu Akleh » ; « Direction des tirs » ; « Soldats israéliens » ; « Soldats israéliens potentiels » ; « Affrontements 1 [et] 2 »
Traduction : « Mort d’Abu Akleh » ; « Direction des tirs » ; « Soldats israéliens » ; « Soldats israéliens potentiels » ; « Affrontements 1 [et] 2 »

« La documentation de la fusillade diffusée par l’armée israélienne ne peut être la fusillade qui a tué la journaliste Shireen Abu Akleh », conclut l’ONG israélienne.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.