Aller au contenu principal

Royaume-Uni : le MI5 a tenté de recruter un Britannique à Gaza en échange de l’évacuation de sa famille

L’homme bloqué à Rafah affirme que sa jeune famille, dont sa fille en bas âge souffrant d’une maladie grave, attend depuis des semaines de pouvoir fuir malgré l’appel à l’aide lancé au ministère britannique des Affaires étrangères
Deux des enfants de l’homme, photographiés vendredi devant leur tente à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza (document fourni)

Un ressortissant britannique bloqué à Rafah avec sa jeune famille a déclaré à Middle East Eye que le MI5 lui avait proposé de les aider à partir de Gaza à condition qu’il accepte de travailler pour l’agence d’espionnage.

L’homme, qui dit ne pas avoir accepté l’offre, craint maintenant que sa famille déplacée — qui comprend une fillette d’un an souffrant d’une maladie grave et deux autres enfants en bas âge — ne soit en danger imminent face à une offensive israélienne attendue et à une crise humanitaire qui s’aggrave de jour en jour.

Il explique que sa famille, que MEE n’identifie pas en raison de la sensibilité de son cas, s’est déclarée auprès du Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth (FCDO), qui a permis à de nombreux ressortissants britanniques de quitter Gaza via le point de passage de Rafah en direction de l’Égypte, mais qu’elle attend depuis des semaines.

« Je pensais que cela ne prendrait que quelques jours ou une semaine au maximum. Cela fait plus de deux mois que j’attends qu’ils me sortent, moi et ma famille, de cette guerre folle et dangereuse », confie-t-il.

La famille vit dans une tente, parmi des centaines de milliers d’autres personnes déplacées de différentes zones dévastées de Gaza, depuis qu’elle a été forcée de fuir sa maison dans le camp de réfugiés de Nuseirat en décembre, dans des conditions que le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a qualifiées jeudi 8 février de « cauchemar humanitaire ».

L’homme a raconté qu’une grande partie de la famille de sa femme palestinienne, dont sa mère, son frère et plusieurs des enfants de ce dernier, avaient été tués par les bombardements israéliens, et que leur maison avait ensuite été détruite par un missile israélien.

Les noms des personnes autorisées à franchir la frontière entre Gaza et l’Égypte doivent être approuvés par les autorités israéliennes et égyptiennes. L’homme a expliqué vendredi 9 février à MEE que ses enfants, âgés de 6, 4 et 1 an, avaient été ajoutés à la liste des personnes autorisées à partir, mais que lui et sa femme n’avaient toujours pas reçu l’autorisation.

« Après avoir reçu leur offre, je me suis dit : le Royaume-Uni est un pays d’institutions fondées sur le droit, et ils ne feraient pas obstacle à mon évacuation et à celle de ma famille parce que je n’ai pas répondu à la proposition du MI5. Malheureusement, je me suis trompé »

- Un Britannique coincé à Rafah

L’homme indique que l’état de santé de sa fille cadette nécessite des médicaments et des traitements réguliers auxquels ils n’ont pas eu accès depuis le début de la guerre. Il dit avoir envoyé des rapports médicaux au FCDO dans l’espoir d’accélérer l’évacuation de la famille, mais en vain.

« C’est absurde de délivrer une autorisation à mes enfants sans [le faire pour] moi et leur mère », déplore-t-il.

« Les enfants sont encore jeunes et dépendent largement de leur mère. La plus jeune fille est encore allaitée. Laissez au moins leur mère les accompagner. C’est le moindre des droits de mes enfants. »

Les proches de l’homme vivant au Royaume-Uni, dont sa mère et sa sœur, ont également été en contact régulier avec le FCDO pour demander une aide d’urgence pour la famille.

Des membres de la famille ont proposé de se rendre en Égypte pour s’occuper des enfants si des dispositions sont prises pour leur faire franchir la frontière. Mais ils affirment que le FCDO leur a déclaré ne pas pouvoir les aider à la frontière, ni pour la poursuite du voyage des enfants jusqu’au Caire.

« Nous nous attendons à ce que la pire nouvelle nous tombe dessus à tout moment. Cela nous affecte tous énormément sur le plan mental. Nous n’avons reçu aucune aide du gouvernement britannique », a confié la sœur de l’homme à MEE.

Un enfant au milieu des décombres après une frappe aérienne israélienne à Rafah, le 9 février 2024 (Mahmud Hams/AFP)
Un enfant au milieu des décombres après une frappe aérienne israélienne à Rafah, le 9 février 2024 (Mahmud Hams/AFP)

Gareth Peirce, associé principal du cabinet d’avocats Birnberg Peirce, qui défend également les intérêts de la famille, explique à MEE avoir fait tout son possible mais qu’« à chaque étape, le ministère des Affaires étrangères prétend ne rien pouvoir faire ».

« Nous sommes d’avis que ce n’est pas exact. Ils pourraient faire évacuer n’importe quel membre de la famille en lui offrant une aide pratique. Ils pourraient confirmer tout doute sur leur identité. Et bien qu’ils prétendent ne rien pouvoir faire en termes pratiques, le MI5 disait exactement le contraire il y a six semaines. »

« Toujours Britannique »

L’homme, qui vit à Gaza depuis une dizaine d’années, raconte à MEE avoir été contacté au début de la guerre via une application de messagerie par une personne qui s’est présentée comme travaillant pour le MI5. Il pense que les messages sont authentiques, car ils font référence à une rencontre antérieure qu’il a eue avec un officier du MI5 dans un aéroport en 2013.

Ces messages exprimaient des inquiétudes pour la sécurité de la famille, suggéraient qu’ils pouvaient s’entraider et proposaient de rester en contact, en insistant sur le fait que l’homme était « toujours Britannique ».

En décembre, tandis que la situation de la famille se dégradait, l’homme a répondu qu’il souhaitait emmener sa femme et ses enfants au Royaume-Uni, mais qu’il avait besoin d’aide pour régler les formalités administratives.

« Je le sais d’expérience personnelle, car des agents du MI5 m’ont dit ouvertement que le seul moyen de sortir d’un endroit où l’on est torturé, maltraité ou détenu sans procès est de coopérer »

- Moazzam Begg, directeur de Cage International et ancien détenu de Guantánamo

Son interlocuteur du MI5 lui a conseillé de s’inscrire auprès du FCDO, en charge de l’organisation des évacuations. Mais dans des messages ultérieurs, le contact a souligné que sa capacité à aider la famille était conditionnée à ce que l’homme accepte de travailler pour l’agence de renseignement.

Selon le contact, le MI5 pouvait exercer une influence sur le FCDO, à condition que l’homme puisse démontrer « une volonté de [sa] part de coopérer ».

L’homme dit ne pas avoir répondu à ce message.

« Après avoir reçu leur offre, je me suis dit : le Royaume-Uni est un pays d’institutions fondées sur le droit, et ils ne feraient pas obstacle à mon évacuation et à celle de ma famille parce que je n’ai pas répondu à la proposition du MI5. Malheureusement, je me suis trompé. »

MEE a contacté aussi bien le ministère britannique de l’Intérieur, qui traite les questions des médias concernant le MI5, que le FCDO pour obtenir des commentaires.

Un porte-parole du gouvernement a répondu à MEE : « Nous travaillons avec les autorités israéliennes et égyptiennes pour veiller à ce que les ressortissants britanniques et les autres personnes éligibles qui se trouvent encore à Gaza et qui souhaitent partir soient autorisés à le faire dès que possible. »

Moazzam Begg, directeur principal de l’organisation Cage International et ancien détenu de la prison de Guantánamo Bay, qui assiste également la famille, explique à MEE que les messages semblent correspondre aux méthodes utilisées par les services de renseignement britanniques pour recruter des personnes en situation désespérée.

« Le dernier endroit où nous pouvons aller » : acculés à Rafah, les Palestiniens attendent un assaut israélien
Lire

« Je le sais d’expérience personnelle, car des agents du MI5 m’ont dit ouvertement que le seul moyen de sortir d’un endroit où l’on est torturé, maltraité ou détenu sans procès est de coopérer », affirme-t-il.

« Malgré cela, je trouve cela incroyable, compte tenu de la place qu’occupe Gaza dans les médias, qu’ils disent connaître sa situation, mais qu’ils ne peuvent pas l’aider à moins qu’il ne travaille pour eux. Je trouve cela incroyablement scandaleux ».

Les inquiétudes quant à la sécurité de la famille se sont accrues ces derniers jours, alors que l’on s’attend à ce qu’Israël lance un assaut militaire de grande envergure sur Rafah, qui est la cible de frappes aériennes israéliennes depuis plusieurs jours.

Vendredi 9 février, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a déclaré avoir ordonné aux responsables militaires de préparer un plan d’évacuation des civils de la ville méridionale et de lancer une offensive terrestre dans l’ancienne zone de sécurité où, selon les Nations unies, environ 1,9 million de Palestiniens se sont réfugiés.

Selon le ministère palestinien de la Santé, 28 473 personnes ont été tuées et plus de 68 146 blessées depuis le début de la guerre israélienne contre le Hamas en octobre.

Philippe Lazzarini, Commissaire général de l’UNRWA, l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, a déclaré vendredi aux journalistes qu’il y avait « une anxiété et une panique croissantes » dans la ville, les Palestiniens n’ayant « absolument aucune idée de l’endroit où aller après Rafah ».

« Toute opération militaire à grande échelle parmi cette population ne peut qu’ajouter une couche supplémentaire à cette tragédie sans fin », a déploré Philippe Lazzarini.

Traduit de l’anglais (original).

Middle East Eye propose une couverture et une analyse indépendantes et incomparables du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et d’autres régions du monde. Pour en savoir plus sur la reprise de ce contenu et les frais qui s’appliquent, veuillez remplir ce formulaire [en anglais]. Pour en savoir plus sur MEE, cliquez ici [en anglais].