Aller au contenu principal

Une top model en hijab d’origine somalienne devient rédactrice de mode pour Vogue

La mannequin norvégienne d’origine somalienne Rawdah Mohamed est une fervente activiste qui s’exprime sur des causes liées au hijab et au sort des Palestiniens
Rawdah Mohamed est connue pour son mélange de style urbain et de haute couture, ainsi que pour ses looks ajustés et colorés (capture d’écran/Instagram)
Rawdah Mohamed est connue pour son mélange de style urbain et de haute couture, ainsi que pour ses looks ajustés et colorés (capture d’écran/Instagram)

La mannequin et influenceuse Rawdah Mohamed a annoncé qu’elle serait la rédactrice de mode de l’édition scandinave de Vogue, qui sera lancée cet été.

Dans un post publié sur sa page Instagram mardi, la top model norvégienne d’origine somalienne a affirmé être prête à endosser ce rôle pour l’une des marques les plus emblématiques de l’industrie de la mode.

Traduction : « Vous regardez la nouvelle rédactrice mode de Vogue Scandinavie ! Elle est officiellement Vogue. J’espère être une force culturelle et apprendre, grandir et relever les défis qui en découlent. J’espère que vous êtes tous aussi prêts et aussi fiers que moi. »

Rawdah Mohamed apparaît depuis longtemps dans des campagnes de mode et de beauté de premier plan et collabore avec certaines des plus grandes marques du secteur. Elle est connue pour son mélange de style urbain et de haute couture, ainsi que pour ses looks ajustés et colorés. 

L’édition scandinave de Vogue, la 28e édition internationale du magazine, sera lancée cet été et pourra être achetée exclusivement dans la boutique numérique de la marque dans un souci de développement durable. 

Le magazine couvrira les pays nordiques, à savoir la Suède, la Norvège, le Danemark, la Finlande et l’Islande.

Discriminations

Avec plus de 130 000 abonnés sur Instagram, Rawdah Mohamed est également une fervente activiste qui s’exprime sur diverses questions.  

En avril, elle a lancé la campagne #HandsoffMyHijab pour protester contre un projet d’interdiction du port du hijab en public pour les mineures en France. 

Le 30 mars, le Sénat a présenté un nouveau texte de loi annonçant l’interdiction du « port de signes ou tenues par lesquels des mineurs manifestent ostensiblement une appartenance religieuse » ou « de tout habit ou vêtement qui signifierait l’infériorisation de la femme sur l’homme » dans l’espace public.

« Pas touche à mon hijab » : les réseaux sociaux s’insurgent contre le projet de loi visant à interdire le voile aux mineures
Lire

Le texte de loi a été descendu en flammes par ses détracteurs, qui considèrent qu’il vise principalement les citoyens de confession musulmane.

Exprimant son opposition à cette mesure, Rawdah Mohamed a partagé avec ses abonnés les brimades et les discriminations qu’elle a subies après avoir décidé de porter le hijab lorsqu’elle était enfant.

La top model a raconté avoir été recalée de plusieurs emplois à cause de son hijab, mais aussi avoir été agressée verbalement et physiquement. À tel point qu’elle garde avec elle un hijab de rechange au cas où on lui arracherait celui qu’elle porte. 

« Il est de notre devoir, en tant que peuple, de nous lever et de lutter pour les droits de chacun. L’interdiction du hijab relève d’une rhétorique haineuse venant des plus hautes sphères du gouvernement et restera dans les annales comme une faillite lamentable des valeurs religieuses et de l’égalité », a-t-elle soutenu.

« À l’âge de 8 ans, j’ai été convoquée à une réunion avec mes professeurs. Ils cherchaient comment mettre fin aux brimades que je subissais de la part de mes camarades de classe. Leur solution était que je ne porte pas le hijab à l’école. »

« Je ne me suis jamais sentie autant privée de mes droits, je ne me suis jamais sentie aussi rabaissée. À leurs yeux, je n’étais rien », a-t-elle ajouté.

« L’interdiction du hijab relève d’une rhétorique haineuse [...] et restera dans les annales comme une faillite lamentable des valeurs religieuses et de l’égalité »

- Rawdah Mohamed

La campagne a rapidement fait le tour des réseaux sociaux et des milliers d’internautes du monde entier ont affiché leur solidarité avec les femmes portant le hijab en France. Le hashtag a aussi été largement relayé en France, également sous sa version française #PasToucheAMonHijab. 

Parmi les personnalités ayant participé la campagne figurent Ilhan Omar, membre du Congrès américain, ainsi que l’escrimeuse olympique américaine Ibtihaj Muhammad et d’autres activistes et influenceuses. 

Critique envers Israël

Dans un récent post sur Instagram, Rawdah Mohamed a également utilisé sa tribune pour éveiller les consciences au sujet des bombardements israéliens contre les Palestiniens dans la bande de Gaza assiégée et des attaques menées par la police israélienne et des foules d’extrême droite contre les Palestiniens à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupées.

La mannequin, qui a encouragé ses abonnés à continuer de partager sur les réseaux sociaux les informations diffusées par la presse au sujet des événements qui se déroulent, a également condamné Israël pour ses violations commises ce mois-ci.

« Le peuple de Palestine compte sur vous pour sensibiliser l’opinion publique et les sionistes comptent sur vous pour garder le silence. 

« Aussi inutile que cela puisse paraître, continuez de partager, d’utiliser des hashtags et de vous tenir informés. Israël se soucie beaucoup de ses apparitions dans les médias. Révélons ses atrocités ! », a-t-elle lancé. 

Traduction : « Une victoire pour les filles somaliennes du monde entier ! Félicitations à @ScandiVogue pour avoir trouvé l’incroyable Rawdis ! Elle est magnifique, vous avez de la chance de l’avoir. »

Les propos de Rawdah Mohamed ont été largement acclamés en ligne. 

Beaucoup ont salué sa nomination comme une « victoire » pour les jeunes filles et les Somaliennes qui portent le hijab.

La top model musulmane Halima Aden quitte l’industrie de la mode
Lire

L’an dernier, la célèbre top model somalienne Halima Aden a déclaré qu’elle quittait l’industrie de la mode et qu’elle n’accepterait de travailler qu’à ses propres conditions, après avoir cité de nombreux exemples lors desquels elle était contrainte de compromettre ses croyances religieuses pour s’intégrer. 

Halima Aden, qui a défilé lors de la Fashion Week de New York, a également confié qu’il était difficile d’être la première mannequin à porter un hijab sur les podiums et les couvertures de magazines.

Les posts qu’elle a partagés avec ses 1,2 million d’abonnés sur Instagram ont trouvé un écho auprès de son public en ligne. Beaucoup ont salué son intervention, tandis que d’autres ont affirmé pouvoir s’identifier aux problèmes auxquels elle a été confrontée. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.