Aller au contenu principal

« Vous allez vaincre ce 5e mandat dirigé par un président mort-vivant » : la lettre de Nasser Zefzafi au peuple algérien

Figure de proue de la contestation populaire dans le Rif marocain, Nasser Zefzafi a salué la mobilisation des Algériens dans une lettre adressée depuis sa prison
Des manifestants brandissent le portrait de Nasser Zefzafi, leader de la contestation du Rif, arrêté lundi 28 mai 2017 (AFP)
Par

« Nous vous félicitions, Algériens et Algériennes libres, pour votre mobilisation et pour avoir choisi la voie pacifique pour vos revendications légitimes ». C’est par ces mots que le Marocain Nasser Zefzafi, leader du hirak, s’est adressé au peuple algérien dans une lettre publiée par son père sur Facebook.

Le militant, arrêté en mai 2017 en pleine contestation sociale dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, avait été condamné fin juin à vingt ans de prison.  

Dans sa lettre adressée depuis la prison d’Oukacha, à Casablanca, Nasser Zefzafi a salué la bravoure du peuple algérien pour son rejet du 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, qui a « conduit le pays d’un million et demi de martyrs à l’injustice, la servitude et l’autoritarisme ».

من المعتقل السياسي ناصر الزفزافي الى الشعب الجزائري العظيم . نبارك لكم أيها الجزائريون الاحرار و الجزائريات الحرائر...

Posted by Ahmed Zefzafi on Monday, February 25, 2019

Cette mobilisation inédite en Algérie est « une preuve de votre conscience et de votre compréhension approfondie de la situation politique », a jugé Nasser Zefzafi.

« Sachez, ô petits-fils du grand Abdelkader [Abdelkader ibn Muhieddine, chef religieux et militaire algérien qui mena la lutte contre l’invasion française de l’Algérie au milieu du XIXe siècle], que malgré la politique des frontières qui nous sépare, nous restons un seul peuple et une seule nation qui partagent les mêmes soucis et les mêmes difficultés ».

Les Marocains regrettent que la politique les sépare des Algériens
Lire

« Nous ne cherchons que le bien pour nos peuples et nos patries, pour lesquels nos ancêtres ont combattu. »

Afin de préserver « l’intégrité des revendications », Nasser Zefzafi a mis en garde les manifestants algériens contre « toute exploitation ou instrumentalisation politique de leur mobilisation », tout en prédisant que le pouvoir en place « n’hésitera pas à procéder à des arrestations, à des assassinats et à la diffamation ».

Le prisonnier politique marocain a clôturé sa lettre en exprimant une certitude : « Vous allez vaincre ce 5e mandat dirigé par un président mort-vivant », vaincre « tout injuste dictateur qui gouvernera par la force ».