Aller au contenu principal

Dina Tokio et son voile, au cœur d’une polémique

La décision de la fashion bloggeuse, icône de la mode pudique, de retirer le voile a suscité une polémique sur la toile
En septembre 2018, Dina Tokio a écrit son premier livre, Modestly (modestement), dans lequel elle raconte son histoire avec la mode pudique (FB Dina Tokio)

Dina Torkia, connue sous le nom de Dina Tokio, 29 ans, est devenue une icône de la « hijabista », la communauté des musulmanes voilées. Connue pour ses tutoriels sur le hijab et son intérêt pour la « modest fashion » (mode pudique), elle a conquis les réseaux sociaux – son compte Instagram compte aujourd’hui plus d’un million d’abonnés.

L’influenceuse n’est pas seulement connue au sein de la communauté musulmane. Elle a fait la couverture du très célèbre magazine américain Vogue, sans compter ses entretiens pour le Guardian et la BBC.

« J’avais 11 ans quand j’ai commencé à porter le voile. Ayant grandi dans une famille libérale à Cardiff, avec un père égyptien et une mère britannique, c’était mon choix de le porter ou non », a-t-elle confié à Vogue. Mais après dix-huit années à porter le voile, la star de YouTube a décidé de le retirer. Un choix qui a provoqué une polémique.

Certains de ses abonnés n’ont en effet pas apprécié son choix, lui reprochant d’avoir utilisé le voile comme « un fond de commerce » ou encore d’avoir commis « un grand péché ». 

Traduction : « C’est fou de voir la progression de Dina Tokio et cela prouve vraiment que si vous cédez devant un petit péché, vous céderez devant de grands péchés. Elle a commencé par montrer l’avant de ses cheveux, en disant ‘’c‘est juste un peu’’ et a fini par enlever complètement le hijab. »

Face à ces critiques, l’influenceuse a réagi sur Instagram, en accusant la communauté de devenir « toxique ».

Traduction : « Cette communauté ‘‘hijabi’’ commence à devenir un culte vraiment toxique. Cette obsession, et croire que tout est permis, sont épouvantables. Je n'en peux plus. »

Des internautes ont en revanche apporté leur soutien à la jeune femme.

Traduction : « Pourquoi la culture des réseaux sociaux est-elle toxique chez les musulmans ? Pourquoi ne peut-on pas laisser les gens respirer et faire ce qu’ils veulent sans leur sauter à la gorge ? Qui se soucie que Dina Tokio retire son voile ? C’est son choix personnel ! »

Traduction : « Je ne veux rien dire sur Dina Tokio et sur son hijab. C’est son combat et sa relation avec Allah, mais j’aimerais réagir aux commentaires haineux qu’elle a reçus. C’est dégoûtant. La façon dont certains donnent des da’wa [leçons] vous éloigne de l’islam plutôt que de vous en rapprocher. C’est aussi profond que cela. »

Alors que la polémique prenait de l’ampleur sur les réseaux sociaux, Dina Tokio a publié une vidéo, où elle apparaît avec les cheveux découverts auprès de son mari, et explique :

« J’ai entendu des gens me critiquer en disant que j’avais utilisé le foulard pour ‘’la gloire et l’argent’’. Si vous me connaissez, vous savez que l’argent et la célébrité ne me motivent pas. Ça n’a jamais été le cas.

Dina Tokio publiait des tutoriels voile et fashion destinés aux femmes voilées (FB Dina Tokio)

« Je suis une personne totalement différente de celle que j’étais quand j’ai commencé sur les réseaux sociaux. Les gens changent et c’est une bonne chose. C’est ce qu’on appelle une évolution. »

« Je suis une personne totalement différente de celle que j’étais quand j’ai commencé sur les réseaux sociaux. Les gens changent et c’est une bonne chose. C’est ce qu’on appelle une évolution »

- Dina Tokio

Dans une tribune intitulée « Un cas de sexisme et la responsabilité des influenceurs », Maya Srouji, activiste féministe et journaliste pour le média en ligne MVSLIM, est revenue sur la polémique : « Soyons honnêtes dans ce débat. Elle [Dina Tokio] est critiquée pour sa façon de s’habiller comme tant d’autres femmes depuis des lustres. Tout le monde peut craquer. Nous devrions plutôt nous intéresser à la raison pour laquelle elle a pris sa décision en tant que personne qui a porté le voile pendant de nombreuses années. »