Aller au contenu principal

Facebook menace les communautés musulmanes vulnérables

La plateforme est utilisée pour inciter à la violence contre les adeptes de l’islam et la cautionner, de la Birmanie à la Palestine en passant par le Cachemire
Le géant des réseaux sociaux, Facebook, « s’est mué en monstre » (AFP)

Facebook, géant des réseaux sociaux, constitue une menace existentielle pour les communautés musulmanes vulnérables.

Pourquoi ce constat ? Parce que la plateforme est utilisée pour inciter à la violence collective contre les adeptes de la foi musulmane et que Facebook a échoué à empêcher cela.

Les activistes pour les droits de l’homme palestiniens et cachemiris se plaignent depuis longtemps de la suspension ou de la suppression définitive de leurs comptes après la publication de vidéos montrant des soldats israéliens et indiens perpétrer des atteintes aux droits de l’homme.

« Facebook s’est mué en monstre, pas en ce qu’il voulait être à l’origine », déplorait Yanghee Lee, une enquêtrice de l’ONU qui, en 2018, qualifiait le réseau social de véhicule incitant « à l’acrimonie, à la dissension et au conflit » et conduisant au génocide des musulmans rohingyas en Birmanie.

Des activistes arabes influents affirment que pour eux « Twitter et Facebook ne sont plus des endroits sûrs »
Lire

Une récente enquête du Wall Street Journal révèle que lorsqu’il s’agit de la sécurité et du bien-être des minorités musulmanes vulnérables, non seulement Facebook place le profit et la politique avant sa responsabilité morale et sociale, mais il le place également avant sa propre politique d’utilisation ou ce qu’il appelle ses « standards de la communauté ».

L’entreprise l’a d’ailleurs prouvé en refusant de sanctionner un homme politique indien de droite pour avoir prôné la violence contre les musulmans car cela aurait nui aux affaires de la société.

La politique du site concernant les discours de haine proclame : « Nous n’autorisons pas les discours incitant à la haine sur Facebook parce que ces discours créent une atmosphère d’intimidation et d’exclusion, et peuvent aboutir à des violences dans le monde réel. »

« Nous définissons les discours haineux comme une attaque directe sur des personnes, fondée sur ce que nous appelons des caractéristiques protégées : l’origine ethnique, l’origine nationale, la religion, l’orientation sexuelle, la caste, le sexe, le genre, l’identité sexuelle, et les maladies graves ou les handicaps. »

Fermer les yeux

Lorsque T. Raja Singh, membre du Bharatiya Janata Party (BJP, parti au pouvoir) en Inde, a appelé au massacre de réfugiés musulmans rohingyas, a menacé de raser des mosquées et a qualifié les citoyens indiens musulmans de traîtres, le personnel de Facebook chargé de la sécurité en ligne a conclu que son compte devait être banni non seulement pour la violation des standards de la communauté, mais également parce qu’il tombait dans la catégorie des « individus et organismes dangereux ».

C’est alors qu’Ankhi Das, directrice des politiques publiques de Facebook en Inde, est intervenue pour protéger Singh de toute sanction car « punir les atteintes, par des hommes politiques du parti de Monsieur Modi [Premier ministre indien], nuirait aux perspectives commerciales de la société dans le pays », selon des employés de Facebook cités par le Wall Street Journal.

Ces révélations ne doivent pas être considérées comme un incident isolé. Elles s’inscrivent dans le contexte général dans lequel Facebook gère ses affaires, d’une façon qui le lie étroitement au programme nationaliste hindou, car l’Inde, avec ses plus de 290 millions d’utilisateurs Facebook, représente un marché important. 

Facebook n’a pas répondu aux sollicitations de Middle East Eye.

« Il est clair que Facebook n’a aucune intention de tenir pour responsables ceux qui incitent à la haine et que la sécurité de ses utilisateurs n’est pas une priorité »

- Rana Ayyub, journaliste indienne

« Depuis des années maintenant, les pages Facebook vérifiées de dirigeants du BJP tels que Kapil Mishra publient systématiquement des discours de haine contre les musulmans et les dissidents. La haine se traduit alors en violence meurtrière, comme lors des attaques contre les musulmans à Delhi qui ont fait de nombreux morts en février au cours des pires violences communales dans la capitale indienne depuis des décennies », a observé la journaliste indienne Rana Ayyub.

« Il est clair que Facebook n’a aucune intention de tenir pour responsables ceux qui incitent à la haine et que la sécurité de ses utilisateurs n’est pas une priorité. »

En juin, alors que la Gambie demandait devant un tribunal de district américain à ce que Facebook publie « tous les documents et toutes les communications produits, rédigés, postés ou publiés sur la page Facebook » des responsables militaires et des forces de sécurité birmans afin de déterminer leur rôle dans les violences de masse contre les Rohingyas, Facebook avait indiqué qu’il étudierait cette requête.

Du côté des États puissants contre les victimes

Les espoirs des activistes rohingyas ont été encouragés lorsque le directeur de la politique de cybersécurité de Facebook, Nathaniel Gleicher, a reconnu que la société avait découvert des « tentatives délibérées et manifestes de propager secrètement de la propagande, directement liées à l’armée birmane ».

« Je ne dirais pas que Facebook est directement impliqué dans le nettoyage ethnique, mais il leur incombait de prendre des actions appropriées pour éviter de devenir instigateur du génocide », a déclaré au New York Times Thet Swe Win, qui a fondé Synergy, un groupe dédié à encourager la cohésion sociale en Birmanie.

Ce mois-ci, Facebook a toutefois rejeté la requête de la Gambie argumentant que la divulgation de « tous les documents et toutes les communications » des principaux responsables militaires et des forces de police était « extrêmement large » et constituerait un « accès illimité et spécial » à ces comptes. 

« Je ne dirais pas que Facebook est directement impliqué dans le nettoyage ethnique, mais il leur incombait de prendre des actions appropriées pour éviter de devenir instigateur du génocide »

Thet Swe Win, fondateur de Synergy, un groupe dédié à encourager la cohésion sociale en Birmanie

Le profit conduit apparemment Facebook à être du côté des États puissants contre les victimes et les opprimés. L’idée que Facebook est une plateforme impartiale construite sur l’équité et l’égalité pour tous est clairement absurde, étant donné que c’est une société à but lucratif qui base ses décisions commerciales sur la quête de profits toujours plus élevés.

De nombreuses preuves viennent étayer cela à la fois en Inde, en Israël et en Palestine. Un article de 2019 faisait remarquer que WhatsApp, l’application de messagerie désormais propriété de Facebook, avait bloqué ou fermé une centaine de comptes appartenant à des journalistes et activistes palestiniens, les empêchant de partager des informations et des mises à jour pendant que les avions de guerre israéliens pilonnaient Gaza en novembre 2019.

Facebook a également été accusé de faire preuve de favoritisme envers Israël en catégorisant les termes ou slogans arabes vagues ou même communément utilisés comme des « incitations à la violence », tout en fermant les yeux sur les comptes israéliens qui proclament ouvertement « mort aux Arabes ».

Facebook, « une plateforme sécuritaire qui sert les Israéliens »
Lire

Facebook a démontré un « biais politique en faveur du discours israélien tout en supprimant le discours palestinien » a observé +972 Magazine.

Marwa Fatafta, écrivain et analyste politique palestinien, estime que Facebook « ne peut plaider l’ignorance comme excuse » notant que les « incitations économiques et politiques » expliquent pourquoi les réseaux sociaux se plient aux requêtes gouvernementales israéliennes.

Au Cachemire aussi, les journalistes activistes pour les droits de l’homme accusent depuis des années Facebook de censurer le contenu qui donne une image négative des forces de sécurité indiennes. Quatre semaines après la révocation par l’Inde du statut autonome du Cachemire en août 2019, Facebook a suspendu des dizaines de comptes en raison de publications concernant le territoire disputé, notamment « Stand with Kashmir », une page détenue et gérée par un Américain d’origine cachemirie qui vit à Chicago.

« Pourquoi seuls les musulmans sont bloqués ? Facebook se montre partial en soutenant les atrocités commises par l’armée indienne. D’autres peuvent dire ce qu’ils veulent, mais si les musulmans s’expriment, ils se font bloquer. Ce n’est pas neutre », a déclaré au Guardian Rizwan Sajid, un activiste cachemiri.

Un choix clair

Ce qui est clair, c’est que Facebook, comme la plupart de la communauté internationale, semble avoir un biais contre les musulmans, car la communauté internationale est orientée vers les intérêts stratégiques et économiques des pays à majorité non-musulmane, où le géant des réseaux sociaux se taille la part du lion en termes de profits.

Amarnath Amarasingam, spécialiste en extrémisme violent et auteur de Sri Lanka: The Struggle For Peace in the Aftermath of War, a déclaré à MEE : « La plupart des gens en première ligne chez Facebook gérant les discours de haine et les cas de violence contre les minorités – souvent musulmanes – dans les endroits tels que l’Inde la Birmanie [et] le Sri Lanka sont assez bien informés, et j’ai découvert qu’ils sont motivés et ouverts lorsqu’il s’agit de contacter des experts et de s’informer sur les réalités sur le terrain. J’ai peur qu’au niveau de la direction, des calculs différents interviennent. »

Lorsqu’il s’agit de choisir entre sa responsabilité sociale et sa responsabilité envers ses actionnaires, il apparaîtrait que Facebook fuit les mesures qui pourraient l’empêcher de distribuer davantage de profits à ces derniers.

- CJ Werleman est l’auteur de Crucifying America, God Hates You. Hate Him Back et Koran Curious. Il est également l’animateur du podcast « Foreign Object ». Vous pouvez le suivre sur Twitter : @cjwerleman

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

CJ Werleman
CJ Werleman is the author of Crucifying America, God Hates You. Hate Him Back, Koran Curious, and is the host of Foreign Object. Follow him on twitter: @cjwerleman