Aller au contenu principal

Les malheureux de la mer : une perspective algérienne

Ici, comme ailleurs en Afrique, la négligence économique et le désespoir face aux régimes autoritaires corrompus poussent les jeunes du continent à risquer leur vie pour s’échapper vers l’Europe

Au cours de ces dernières semaines, les politiques de voisinage de l’Union européenne et les politiques étrangères occidentales, parallèlement à la domination économique continue du continent africain, ont une fois de plus démontré leurs conséquences fatales dans la tragédie migratoire de la mer Méditerranée.

Des milliers de personnes, en majorité d’Afrique et de Syrie, risquent leur vie chaque année en traversant la mer sur de fragiles embarcations, pour fuir des zones ravagées par la guerre, la pauvreté, la persécution et la misère, pour atteindre les côtes européennes et une vie meilleure, plus sûre. Un nombre significatif d’entre eux périront malheureusement dans leur tentative de traversée ou se retrouveront dans des camps humiliants et prisons du sud de l’Europe, seulement pour se voir déportés et renvoyés, et voir leurs rêves se briser.

Ce qui différencie la tragédie de cette année des précédentes, c’est l’échelle même de celle-ci, le nombre de victimes noyées atteignant les 1 500 - cinquante fois plus qu’en 2014 à la même époque. Cela peut s’expliquer en grande partie par les conflits continus en Syrie, Libye et au Mali, mais également par la décision inhumaine des gouvernements de l’Union européenne de refuser de financer l’opération de sauvetage dirigée par les Italiens, Mare Nostrum, préférant donc laisser mourir les migrants, un argument qui devait prétendument être dissuasif pour les indésirables essayant d’atteindre la forteresse européenne.

La logique de l’Union européenne depuis des années a été de mettre un terme à ce flux humain avec l’introduction de sanctions et de lourdes amendes pour les transporteurs maritimes qui ne vérifient pas la validité des passeports et visas des voyageurs. Déjà en septembre 2007, sept pêcheurs tunisiens avaient été accusés et emprisonnés par un juge italien pour « appui à l’immigration clandestine », leurs bateaux avaient été confisqués car ils avaient osé sauver un bateau transportant des passagers à Lampedusa (Sicile), en l’empêchant de couler comme cela est stipulé dans les règles maritimes.

Cela vaut la peine ici de se rappeler comment les pays européens ont externalisé la protection de leurs frontières auprès de régimes autoritaires du Maghreb. A titre d’exemple édifiant, l’accord Berlusconi-Kadhafi qui consistait à renvoyer les migrants en Libye sans les prendre en compte pour une demande d’asile, en contrepartie d’accords économiques lucratifs entre les deux pays. Le Maroc avait également joué son rôle de gardien de la forteresse européenne avec beaucoup de zèle. En 2005, vingt personnes d’Afrique subsaharienne avaient trouvé la mort en essayant de passer la barrière de la frontière hispano-marocaine à Ceuta et Melilla, certains en tombant, d’autres en s’asphyxiant et d’autres, chose terrible, sous les balles de l’armée marocaine.

La délocalisation et militarisation du contrôle de l’immigration se sont illustrées par l’agence de l’Union européenne Frontex, créée en 2005 pour intercepter les migrants provenant des côtes africaines et des îles Canaries ainsi que du canal de Sicile, sans se soucier de la légitimité de certains cas de demande d’asile, et loin de tout contrôle démocratique.

L’Algérie n’a pas échappé à cette logique de coopération avec ses voisins européens dans la « guerre contre les migrants ». C’est ainsi qu’en 2009, elle a fait de « l’immigration clandestine » une infraction au regard de sa propre loi. L’Algérie, qui se félicite d’être un symbole de stabilité dans la région et qui abrite de vastes richesses par ses ressources en pétrole et en gaz, est néanmoins un des pays qui produit le plus de ce que l’on appelle des « migrants clandestins », plus exactement harraga dans la langue maghrébine. Harga (le phénomène) fait référence de manière littérale au verbe « حرق » (brûler en arabe), au sens strict (brûler leurs papiers et leurs documents), et métaphorique : surmonter une restriction, telle que griller un feu rouge ou doubler dans la file d’attente - ou dans ce cas, traverser les frontières et les mers.

L’Algérie et ses harragas

En 2014, 7 824 traversées illégales des frontières ont été détectées dans la région ouest de la Méditerranée, qui est composée de plusieurs zones de la côte sud espagnole et des frontières terrestres de Ceuta et Melilla. En termes de nationalités, la plupart des migrants viennent d’Afrique de l’Ouest, en particulier du Cameroun et du Mali. Les Algériens et Marocains ont également été signalés dans le top dix des nationalités, mais surtout à la frontière maritime.

Selon l’analyse de risque annuelle de Frontex pour 2015, l’Algérie arrivait troisième après la Syrie et l’Afghanistan en terme d’entrées clandestines détectées aux points de passage des frontières en 2014. L’Algérie était également classée huitième en termes de résidents illégaux.

Les harragas algériens empruntent des routes maritimes différentes à partir de l’Algérie pour atteindre l’Europe : l’une d’entre elle part des côtes d’Oran (ouest de l’Algérie) vers l’Espagne continentale, une autre (moins développée) relie les côtes de Dellys (à 100km d’Alger) vers l’île de Palma de Majorque ; et la dernière part des côtes orientales (Annaba et Skikda) vers l’île italienne de Sardaigne.

Cependant ils utilisent également des routes traversant la Tunisie, la Libye et aussi la Turquie. De fait, entre novembre 2010 et mars 2011, 11 % des 11 808 migrants irréguliers interceptés en Grèce par Frontex ont été identifiés comme étant Algériens, juste derrière les Pakistanais (16 %) et les Afghans (23 %). Ces statistiques alarmantes ont été très surprenantes étant donné que le nombre d’Algériens est deux fois plus élevé que le nombre de Marocains et six fois plus élevé que le nombre de Tunisiens, malgré l’instabilité dans ces deux pays avec le début des soulèvements arabes.

Harga le résultat de la pauvreté et du Hogra

Toutes les classes sociales sont touchées par ce phénomène : la classe ouvrière, les chômeurs, les diplômés universitaires, et même les médecins et les ingénieurs. On peut se demander : pourquoi ce fléau social est-il si répandu, allant bien au-delà des catégories pauvres de la société ? Cette question mérite d’être examinée sérieusement et y répondre correctement représentera un grand défi - mais je vais m’efforcer de proposer quelques réponses possibles.

Harga représente d’une certaine façon la poursuite d’un futur qui se retrouve dans l’impasse dans le pays d’origine. C’est un moyen de dépasser les restrictions liées à la liberté de mouvement, la précarité de l’emploi et la marginalisation par les réseaux clientélistes - en résumé, tout ce qui rend la vie insoutenable, pour pouvoir mettre en place un projet de vie que l’on pense impossible à réaliser en Algérie étant donné les conditions actuelles. Un habitant d’un village marginalisé, Sidi Salem à Annaba, dans l’est de l’Algérie, a déclaré à son frère harrag : « J’ai perdu les clés de mon futur dans un cimetière en Algérie qui s’appelle Sidi Salem ».

L’immigration clandestine à partir de l’Algérie est également la conséquence logique de plus de trois décennies de libéralisation de l’économie qui marqua la condamnation à mort d’une économie productive et créatrice d’emplois, conduisant à un chômage de masse et à la perpétuation d’une mentalité de recherche de rentes, dépendant du pétrole et du gaz, et important tout le reste.

Le terme harga ne peut être entièrement compris sans examiner un autre fléau que nous appelons hogra en Algérie. Hogra signifie le mépris, le dédain, l’exclusion et décrit également une attitude qui admet et propage la violence contre la majorité, les laissés pour compte (les masses oubliées et marginalisées).

« Nous préférons mourir mangés par les poissons que par les vers »

Etant donné les restrictions à la liberté d’expression et d’association et également à cause du manque d’espace accordé au divertissement, à l’art et à la créativité, les jeunes se sentent suffoqués, humiliés, sans dignité - des étrangers dans leur propre pays avec pour seul horizon envisageable, celui au-delà de la mer. Si bien que c’est un acte de dénonciation de l’autoritarisme et dans un sens c’est une culture de contestation qui provient d’un groupe social se sentant marginalisé et négligé. La jeunesse a déclaré, dans un puissant message adressé aux classes dirigeantes en Algérie : « Roma Wella Antouma », ce qui signifie « Rome plutôt que vous ». Ils ont également déclaré : « nous préférons mourir mangés par les poissons que par les vers ».

Les jeunes Algériens risquent leur vie pour atteindre les côtes nord de la Méditerranée pour pouvoir échapper au désespoir d’être marginalisés et relégués au rang de hittistes - au sens littéral, ceux qui ont le dos au mur, un terme utilisé en référence aux chômeurs qui ont cessé d’être des parties prenantes de l’Algérie post-coloniale. Mais au lieu de réindustrialiser le pays et d’investir dans son peuple, les autorités algériennes ont offert un appui financier au FMI, un outil néo-colonial pour piller ce qui avait paralysé l’économie en premier lieu. Une corruption endémique, ce qui est devenu la norme en Algérie, n’a fait qu’empirer les choses.

Harga n’est que le reflet de ce que l’Algérie ainsi que d’autres pays africains sont devenus, cinquante ans après l’indépendance, avec des élites qui ne se contentent que de satisfaire le capital étranger en endurant les diktats de leurs maîtres occidentaux. C’est également la quintessence de la suprématie blanche, l’exploitation capitaliste et la domination impérialiste qui vont de pair avec ces régimes répressifs et corrompus en Afrique et ailleurs.

La tragédie de l’immigration que l’on constate en mer Méditerranée continuera tant que les structures autoritaires de pouvoir et d’oppression seront toujours en place, tant que le pillage des ressources naturelles africaines sera toujours en cours, et tant que le système profondément injuste dans lequel nous vivons continuera sa domination et son exclusion de toute la misère de la terre et des damnés des mers. Il est nécessaire et urgent de rentrer dans la lutte pour une justice globale contre un système qui place les profits avant les hommes

- Hamza Hamouchene est un auteur algérien, militant et co-fondateur de Algeria Solidarity Campaign (ASC). Ses écrits sont apparus dans le Guardian, Huffington Post, Counterpunch, Jadaliyya, New Internationalist et openDemocracy.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : des migrants attendent à bord d’une embarcation en bois au cours d’une opération de sauvetage en partenariat avec Médecins sans Frontières et Migrant Offshore Aid Station, 3 Mai (AFP).

Traduction de l'anglais (original).