Aller au contenu principal

#Masaktach, le #MeToo marocain

La pression exercée par la nouvelle loi contre les violences faites aux femmes et par les réseaux sociaux pourrait dissuader ceux qui remettent en cause la parole des victimes de violences sexuelles et mettre un terme à l’impunité des agresseurs

Depuis bientôt un an, le Maroc connaît sa propre campagne #MeToo, du nom du hashtag lancé en 2017 pour encourager les femmes à dénoncer les agressions sexuelles et le harcèlement. 

À travers la médiatisation de faits divers impliquant des viols et des agressions sexuelles, les Marocaines semblent décidées à briser le silence et à libérer la parole.

Dans une société qui continue d’être régie par le diktat de la hchouma (la honte), petit à petit, les débats nationaux commencent à aborder la question, tentant de ne plus imputer la faute à la femme lorsqu’il s’agit de viol, d’agression sexuelle ou de harcèlement. 

Preuve en est, la récente promulgation d’une loi pénalisant le harcèlement. Mais avant même d’en arriver à la législation, plusieurs voix s’élèvent pour dénoncer la culture du viol et sa légitimation au sein de la société marocaine. 

Il y a eu tout d’abord l’affaire Saad Lamjarred. Médiatisé dans le monde entier, le chanteur de pop marocaine avait été arrêté à Paris en octobre 2016, une jeune fille lui reprochant une « agression sexuelle avec violence » ayant eu lieu dans la chambre de la star. 

Sa mise en examen, puis par la suite la prise en charge des frais d’avocat par le roi Mohammed VI en personne, n’avaient pas tardé à faire réagir le gotha médiatique et artistique au Maroc. 

À LIRE ► « Ceux qui le défendaient au Maroc ont jeté l’éponge » : Saad Lamjarred de plus en plus isolé

Cette histoire fut suivie d’une autre mise en cause, cette fois aux États-Unis, pour viol présumé en 2010. Les poursuites ont, depuis, été abandonnées. 

Sur Internet, l’indignation avait rapidement pris de l’ampleur : dans une émission diffusée sur YouTube, intitulée « 1 dîner 2 cons », les invités, dans une ambiance décontractée, avaient évoqué l’idée que derrière Saad Lamjarred, se trouvaient peut-être plusieurs autres femmes ayant préféré garder le silence, de peur des critiques et des intimidations. 

Depuis le début, l’affaire a donné lieu à un véritable duel entre les fans du chanteur et les internautes reprochant à la star ses comportements et sa violence. Principal argument des soutiens de Lamjarred : la femme ayant accepté de passer la soirée avec le chanteur puis de le rejoindre dans sa chambre est « responsable ». Des assertions rapidement balayées par l’autre camp, pour lequel le consentement de la personne n’est pas négociable. 

Un collectif de femmes et d’hommes est né récemment sur les réseaux sociaux sous le nom de #Masaktach (Je ne me tairai pas) pour dénoncer « les violences et abus contre les femmes ainsi que la légitimation de la culture du viol au Maroc »

Résultat : un collectif de femmes et d’hommes est né récemment sur les réseaux sociaux sous le nom de #Masaktach (Je ne me tairai pas, au féminin) pour dénoncer « les violences et abus contre les femmes ainsi que la légitimation de la culture du viol au Maroc ». 

Il rassemble des personnes interloquées et choquées par le traitement médiatique réservé à de présumés agresseurs sexuels, mais aussi à la promotion dont ils bénéficient sans égards aux mises en examen et aux graves accusations portées à leur encontre. 

Première initiative du groupe spontané #Masaktach, actif sur Twitter et soutenu par un autre hashtag, #LamjarredOut : demander à la première radio de musique du Maroc, Hit Radio, de cesser toute promotion et diffusion du chanteur sur ses réseaux et ses ondes.

Banni des radios musicales

Alors que le site de la radio se félicitait début août de l'audience YouTube du dernier clip de la star, « Casablanca », et de sa sélection à un concours musical en Allemagne, le Daf Bama Music Awards 2018, le patron de Hit Radio, Younes Boumehdi, a dans un premier temps annoncé à certains médias locaux que les titres de Saad Lamjarred ne seraient plus diffusés par cette radio. Dans la matinée de mercredi, il a ensuite déclaré qu'une décision finale serait prise après un sondage des auditeurs. « Les auditeurs auront le dernier mot », a-t-il dit, cité par un média local.

La radio musicale publique, Radio 2M, a également annoncé qu’elle ne ferait plus la promotion de Lamjarred « depuis que l’affaire est aux mains de la justice ».

Si le timing de la création du collectif #Masaktach coïncide avec la mise en détention provisoire du chanteur, les initiateurs du mouvement nuancent. L’idée remonte à « l’affaire de Khadija, pour l’agression physique qu’elle a subie et surtout, la manière dont cela a été traité dans l’espace public », explique une des fondatrices à Middle East Eye.

L’histoire de Khadija – séquestrée, violée, torturée, droguée et tatouée – a en effet provoqué au sein de l’opinion publique un débat sur la « responsabilité » de la jeune fille, originaire de la région de Beni Mellal (centre du Maroc), pour ses « mauvaises mœurs ». 

Depuis plusieurs semaines, les photos de Khadija, la jeune fille violée et séquestrée, couverte de tatouages grossiers, font le tour de la toile (AFP)

« Plusieurs membres ayant créé le mouvement ont été choqués de voir la place donnée à la parole des victimes et leur constante décrédibilisation par l’opinion publique », affirme-t-elle. « Et pour cette première action, nous avons voulu nous attaquer à un symbole de cette culture de l’impunité [Saad Lamjarred]. On ne pouvait pas laisser glorifier cette personne, brandie comme un symbole national ! »

Si le débat concernant les droits des femmes reste essentiellement celui d’une élite, l’indignation sur les réseaux sociaux ou même dans les médias électroniques empiète de plus en plus sur la réalité. 

« Nous avons voulu nous attaquer à un symbole de cette culture de l’impunité [Saad Lamjarred]. On ne pouvait pas laisser glorifier cette personne, brandie comme un symbole national ! »

- Une initiatrice du collectif #Masaktach

À titre d’exemple, la médiatisation de plusieurs affaires impliquant violences et agressions sexuelles sur des femmes, gardées sous silence dans un premier temps, souvent en raison de l’isolement de la localité où le drame a lieu, finit par faire réagir les autorités. 

L’affaire de Khadija n’en est qu’un exemple tout récent. Avant elle, la vidéo de la jeune Zineb, malmenée puis agressée sexuellement dans un bus par une horde de jeunes, avait ému et indigné la toile. Malgré l’ancienneté de la vidéo, les jeunes ont rapidement été arrêtés puis poursuivis en justice. 

Depuis le 13 septembre, l’entrée en vigueur de la loi relative à la lutte contre les violences faites aux femmes – qui incrimine pour la première fois « certains actes considérés comme des formes de harcèlement, d’agression, d’exploitation sexuelle ou de mauvais traitement », durcit les sanctions et prévoit même des « mécanismes pour prendre en charge les femmes victimes » de violences – pourrait aussi contribuer à changer les choses. 

Une nouvelle plainte contre des humoristes

Ainsi, toute « persistance à harceler par des agissements, des paroles, des gestes à caractère sexuel ou à des fins sexuelles » est incriminée, le coupable s’exposant à une peine d’un mois à six mois d’emprisonnement et à une amende de 2 000 à 10 000 dirhams (environ 200 à 1 000 euros). 

Les peines sont doublées s’il s’agit d’un collègue de travail et peuvent même atteindre cinq ans d’emprisonnement si le harcèlement sexuel est commis par un proche ou encore si la victime est mineure. 

La même loi sonne aussi le glas du mariage forcé, en l’incriminant cette fois-ci. Les injures et les diffamations sexistes sont aussi concernées : tout auteur pourrait être obligé de payer une amende de 60 000 dirhams (6 300 euros). 

D’autres atteintes, notamment celles à l’image et à la vie privée, récurrentes sur les réseaux sociaux, peuvent être punies d’un an à cinq ans de prison. 

À LIRE ► Le Maroc mérite mieux que la nouvelle loi contre la violence envers les femmes

Début septembre, quelques jours avant l’entrée en vigueur de la loi (qui avait été publiée au Journal officiel), une jeune femme de 24 ans a décidé de porter plainte pour harcèlement contre trois humoristes marocains très connus. 

« Je devais me rendre au café pour rejoindre mon mari quand j’ai été abordée par trois personnes qui ont lancé des phrases et fait des gestes à connotation sexuelle », a-t-elle raconté dans les médias.

Selon la nouvelle loi, les humoristes, rapidement identifiés sur les réseaux, risquent de un à six mois de prison.

- Soufiane Sbiti est journaliste marocain. Il a notamment collaboré avec LeDesk.ma, TelQuel Media et d'autres médias marocains. Diplômé en droit et en islamologie, il est également chercheur à l'Université de Strasbourg. Il y est l'auteur d'une étude portant sur les manuels d'éducation islamique au Maroc, leur histoire et leur contenu. Vous pouvez le suivre sur Twitter : @Soufianes_ 

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : une campagne visant à bannir des ondes Saad Lamjarred a été lancée au Maroc sur les réseaux sociaux après le placement en détention provisoire en France du chanteur mardi soir, inculpé dans une nouvelle affaire de viol (AFP).