Aller au contenu principal

« Viols » du Hamas, ou comment Israël instrumentalise la peur à l’égard des hommes musulmans pour justifier ses attaques à Gaza

Les tropes associant les hommes musulmans à des actes de violence monstrueux, y compris des crimes sexuels, renvoient à des peurs islamophobes anciennes et expliquent pourquoi beaucoup ont cru à ces allégations sans preuve
Des participants à la veillée « No Excuse for Sexual Violence » (« pas d’excuse pour la violence sexuelle ») organisée par les femmes de la communauté juive de Melbourne à Hopetoun Gardens, en Australie, le 4 décembre 2023 (Joel Carrett/AAP Image)

Dans son discours d’ouverture devant la Cour internationale de justice le 12 janvier, le conseiller juridique du ministre israélien des Affaires étrangères, Tal Becker, a déclaré : « Affichant ouvertement leur joie, [les combattants du Hamas] ont torturé des enfants devant leurs parents, et des parents devant leurs enfants, ont brûlé vives des personnes, y compris des nourrissons, et ont systématiquement violé et mutilé un grand nombre de femmes, d’hommes et d’enfants ».

L’expression « systématiquement violé » utilisée par Tal Becker fait référence à une affirmation récurrente selon laquelle les violences sexuelles prétendument commises par le Hamas le 7 octobre étaient généralisées, « systématiques » et constituaient une arme de guerre intentionnelle.

Alors que la guerre fait rage à Gaza, l’État israélien et ses défenseurs aux États-Unis s’efforcent de contrôler le discours face à la plus grande mobilisation mondiale de l’histoire en faveur des droits des Palestiniens.

Fin décembre, le quotidien The New York Times a publié une enquête sur les allégations de violences sexuelles du 7 octobre. La photo de couverture de l’article présente la famille endeuillée de Gal Abdush, une juive israélienne de 34 ans qui a été tuée avec son mari alors qu’ils tentaient de fuir le festival de musique Nova.

L’histoire de Gal Abdush est au cœur de l’enquête du New York Times, comme preuve d’un « schéma récurrent de viol » et de mutilation, parmi d’autres accusations horribles portées contre le Hamas.

Pourtant, quelques jours plus tard, le 2 janvier, les proches de Gal Abdush ont renié l’article, affirmant que le journaliste les avait manipulés et qu’il n’y avait aucune preuve de viol. Comme l’ont rapporté d’autres médias, l’enquête du New York Times reprend plusieurs affirmations discréditées et démenties d’atrocités commises le 7 octobre.

Cet incident a soulevé plusieurs questions concernant les allégations de viol « généralisées » et a donné lieu à des demandes de « preuves irréfutables », notamment de la part de Palestiniens soumis aux bombardements dans la bande de Gaza.

Mais après plus de cent jours de guerre, les enquêteurs israéliens peinent à relier les témoignages aux victimes présumées de viol. Cela n’a pas empêché les responsables israéliens et leurs partisans de répéter ces allégations choquantes – notamment celle selon laquelle le Hamas aurait « instrumentalisé la violence sexuelle » – pour justifier l’attaque brutale que mène actuellement Israël contre les civils palestiniens.

« Une violence monstrueuse »

Le 2 janvier, le porte-parole israélien Eylon Levy a défendu Israël contre les accusations de génocide portées par l’Afrique du Sud devant la Cour internationale de justice, soutenant que « la machine à violer du Hamas porte l’entière responsabilité morale de toutes les victimes de cette guerre qu’il a lancée le 7 octobre et qu’il mène à l’intérieur et sous les écoles, les mosquées, les maisons et les installations de l’ONU ».

Depuis qu’Israël a déclaré la guerre à Gaza, il a activé sa machine de propagande pour déshumaniser les Palestiniens et les présenter comme des barbares.

Que ce soit des actes inconcevables comme l’affirmation rapidement démentie de « 40 bébés décapités » ou les allégations répétées selon lesquelles le viol était « généralisé » le 7 octobre, ces histoires fictives ont été nécessaires pour légitimer la campagne génocidaire d’Israël contre une population que le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a qualifiée d’« animaux inhumains ».

Ces histoires non confirmées ont été facilement assimilées pour donner lieu à l’acceptation d’une violence catastrophique à l’encontre des Palestiniens

Les tropes associant les hommes musulmans à des formes monstrueuses de violence, y compris la violence sexuelle, renvoient à des peurs de longue date à leur égard en Europe et aux États-Unis. Il existe une longue tradition d’instrumentalisation de ces peurs pour alimenter la violence à l’encontre des musulmans.

Cela explique pourquoi, très vite et sans aucune preuve, de nombreuses personnes ont immédiatement cru aux affirmations selon lesquelles le Hamas avait commis des décapitations et de nombreux viols. Ces histoires non confirmées ont été facilement assimilées pour donner lieu à l’acceptation d’une violence catastrophique d’Israël, en ce compris le massacre de plus de 25 000 Palestiniens.

Les discussions sur la violence sexuelle ont commencé à occuper une place centrale dans le discours public la première semaine de décembre.

Lors du cessez-le-feu temporaire fin novembre, qui coïncidait avec la fête américaine de Thanksgiving une semaine plus tôt, les médias internationaux ont rapporté que certains otages israéliens récemment libérés affirmaient avoir été traités avec gentillesse par les combattants du Hamas pendant leur captivité, et que des enfants s’étaient même vu offrir des bonbons. Ces témoignages ont mis en péril le discours du gouvernement israélien selon lequel sa réaction démesurée au 7 octobre à Gaza était nécessaire pour éliminer le Hamas, un ennemi particulièrement barbare.

Au cours de la première semaine de décembre, des éditoriaux ont été publiés dans de multiples médias, notamment dans les quotidiens The Guardian et Haaretz, affirmant que les présumées violences sexuelles généralisées perpétrées par le Hamas le 7 octobre ne recevaient pas suffisamment d’attention ou de condamnation. Au même moment, des représentants politiques israéliens ont commencé à invoquer explicitement le viol lorsqu’ils appelaient à un renforcement du soutien international en faveur d’Israël.

Le 5 décembre, par exemple, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a expliqué que le « viol de femmes israéliennes » était la preuve de la dépravation du Hamas, dont « l’extinction » nécessitait une « force écrasante » à Gaza. Face à cette dépravation, il a demandé à toutes les « nations civilisées » de « se tenir aux côtés d’Israël ». Le même jour, le président israélien Isaac Herzog est intervenu sur la chaîne télévisée d’information américaine MSNBC pour présenter la guerre contre le Hamas comme une guerre menée « pour sauver les valeurs de la civilisation occidentale ».

De fausses informations ont été fournies par des responsables et bénévoles israéliens sur les crimes commis le 7 octobre
Lire

En tant qu’historienne de l’islam, du genre et des empires au Moyen-Orient, et à l’instar d’autres universitaires féministes, j’ai immédiatement reconnu dans le discours de Benyamin Netanyahou et dans l’affirmation d’Isaac Herzog un écho de la rhétorique de longue date du choc des civilisations entre l’« Orient » barbare et l’« Occident » civilisé.

Dans ce contexte, le traitement des femmes est un indicateur du statut « civilisé » d’un groupe. Ce qui est implicite dans ce discours, c’est qu’Israël, une société libre, civilisée, féministe et respectée par d’autres « leaders civilisés », a été attaqué par le Hamas, un groupe de musulmans dont la barbarie et la misogynie violente se reflètent dans leur pratique intentionnelle du viol collectif en tant qu’arme de guerre.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a tiré la sonnette d’alarme sur la déshumanisation continue des Palestiniens en Israël et dans le discours public américain. Les affirmations qui opposent le Hamas et les Palestiniens aux « valeurs de la civilisation occidentale » contribuent à cette déshumanisation. Si de nombreux Occidentaux veillent, à juste titre, à ne pas employer de tropes antisémites, ceux qui évoquent la misogynie musulmane continuent de circuler sans faire l’objet de critiques.

Les stéréotypes sur les hommes musulmans

De manière générale, la violence sexuelle a fait partie de presque tous les conflits violents du XXe siècle. Pendant et immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, les armées des Alliés et de l’Axe ont terrorisé les populations civiles locales par le viol, parmi d’autres formes de violence.

D’après une récente étude, plus de 100 000 femmes auraient été violées au cours des deux dernières années de guerre civile dans la région du Tigré, dans le nord de l’Éthiopie. De nombreux rapports suggèrent que l’armée russe s’est livrée à des violences sexuelles en Ukraine.

En Europe et aux États-Unis, on a établi un lien entre la violence sexuelle et les hommes musulmans en particulier, afin de légitimer de multiples formes de violence et d’exclusion

Compte tenu de l’omniprésence inquiétante de la violence sexuelle dans tous les conflits et des témoignages existants, quelle que soit la forme de violence sexuelle qui a eu lieu le 7 octobre, une enquête approfondie doit être menée.

Si la commission d’enquête des Nations unies a annoncé en novembre qu’elle enquêterait sur les violences sexuelles survenues le 7 octobre, le ministère israélien de la Santé a lui demandé aux médecins de ne pas coopérer avec les enquêteurs de l’ONU, dont l’enquête a été qualifiée d’« antisémite ».

À différents moments de l’histoire, en Europe et aux États-Unis, on a établi un lien entre la violence sexuelle et les hommes musulmans en particulier, afin de légitimer de multiples formes de violence et d’exclusion.

Au milieu du XIXe siècle, alors que l’État français consolidait sa mainmise sur l’Algérie, les dirigeants politiques ont invoqué les normes sexuelles musulmanes aberrantes (polygamie, divorce, harems) pour justifier la confiscation des terres et le refus d’accorder les droits de citoyenneté aux Algériens.

Dans les décennies qui ont suivi l’indépendance de l’Algérie en 1962, la France a de nouveau brandi les préjugés d’une sexualité insatiable et d’une nature violente des hommes musulmans. Le traumatisme français lié à la perte de l’Algérie coloniale s’est exprimé par une hystérie dans le discours public, qui associait les immigrés musulmans au viol et à la violence sexuelle, bien que les statistiques officielles le contredisent.

Ces arguments ont été utilisés pour protester contre l’immigration nord-africaine en France et se sont concrétisés par la violence actuelle contre les communautés nord-africaines, notamment de la part de groupes qui ont pour slogan « la France aux Français ». En effet, un peu partout en Europe, l’hystérie antimusulmane a fait proliférer des allégations sur les musulmans et la violence sexuelle, laquelle a été invoquée par les partis politiques d’extrême droite pour réclamer une limitation de l’immigration musulmane.

Des Afghanes marchent devant des véhicules blindés afghans fournis par l’Occident à Kandahar, le 3 avril 2014 (AFP)
Des Afghanes marchent devant des véhicules blindés afghans fournis par l’Occident à Kandahar, le 3 avril 2014 (AFP)

Ces allégations sont également présentes dans le discours politique américain. Si la guerre en Afghanistan a été menée contre les talibans en représailles de leur collaboration avec al-Qaïda, elle a souvent été présentée au grand public sous l’angle de l’oppression et des violences subies par les femmes afghanes.

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, Carolyn Maloney, alors députée de New York, est apparue en burqa sur le parquet de la Chambre des représentants pour exhorter les autres députés à soutenir la guerre afin de « libérer » les femmes de la violence qui leur était imposée par les talibans.

Un rapport du département d’État intitulé « The Taliban’s War on Women » (« la guerre des talibans contre les femmes ») affirme que les violences sexuelles et les viols font partie intégrante de la manière dont les talibans traitent les femmes. En novembre 2001, lors d’un discours à la radio nationale, la première dame Laura Bush a affirmé que la guerre contre le terrorisme était « une lutte pour les droits et la dignité des femmes ». La violence à laquelle les femmes afghanes étaient confrontées était réelle, et pourtant l’accent mis sur cette violence a été instrumentalisé pour justifier une guerre destructrice en Afghanistan et sa réalité compliquée.

L’omniprésence des violences sexuelles

La plupart des discours publics de ces dernières semaines sur la violence sexuelle puisent, intentionnellement ou non, dans cette longue tradition de stéréotypes sur les hommes musulmans perçus comme sexuellement violents et oppressifs. Stuart Seldowitz, ancien conseiller de l’administration Obama, a harcelé verbalement à plusieurs reprises un vendeur de nourriture musulman à New York dans une série de vidéos publiées le 21 novembre, et a demandé dans l’une d’entre elles : « Avez-vous violé votre fille comme l’a fait Mohammed ? ».

Thomas Hand, un père israélo-irlandais, a déclaré à propos de sa fille, prise en otage par le Hamas : « Elle était soit morte, soit à Gaza, et si vous savez ce qu’ils font aux gens à Gaza, c’est pire que la mort », sous-entendant qu’elle aurait pu subir des violences sexuelles. Elle a été libérée plus tard, saine et sauve, lors d’un échange d’otages.

La barbarie sexuelle de Daech n’est pas l’exception, mais la règle en temps de guerre
Lire

Lors d’une conférence de presse tenue le 4 décembre, le porte-parole du département d’État américain, Mathew Miller, a laissé entendre que le Hamas ne libérait pas d’autres femmes otages parce qu’elles risquaient de témoigner des violences sexuelles subies. Lorsqu’un journaliste de l’AP, Matt Lee, a insisté pour savoir s’il avait des preuves de cette hypothèse, Mathew Miller a expliqué qu’il ne s’agissait que de sa propre théorie. Le compte X officiel d’Israël a ensuite republié les propos de Mathew Miller sans l’échange avec le journaliste, laissant croire qu’il s’agissait d’une position officielle du département d’État américain.

Reconnaître et comprendre cette longue tradition d’allégations selon lesquelles les hommes musulmans seraient particulièrement enclins à commettre des violences sexuelles monstrueuses nous permet de parler sérieusement de la violence sexuelle sans laisser ces discussions être instrumentalisées dans le but de perpétrer d’autres actes de violence.

Une discussion franche sur la violence sexuelle nous permettra de prendre au sérieux la façon dont celle-ci est perpétrée par Israël également.

Le 3 janvier, l’ONG Human Rights Watch a rapporté que des travailleurs gazaouis détenus dans des prisons israéliennes avaient été soumis à des violences sexuelles, en étant notamment dénudés, battus et photographiés. Les tortures sexuelles subies par les Palestiniens, hommes et femmes, dans les prisons israéliennes sont bien documentées.

Dans un entretien accordé à CNN le 4 décembre, Josh Paul, ancien responsable du département d’État américain, a évoqué le viol d’un jeune Palestinien de 13 ans dans les prisons israéliennes. L’omniprésence du viol ne se limite pas non plus aux contextes de guerre ou à Israël. Selon l’organisation américaine Rape, Abuse & Incest National Network, environ 500 000 personnes sont victimes de viol ou d’agression sexuelle chaque année aux États-Unis.

L’omniprésence du viol et de la violence sexuelle ne devrait jamais nous amener à les accepter. Pourtant, ce contexte global et historique est essentiel pour comprendre que ces problèmes ne sont pas spécifiques à une partie du monde ou à une population. L’anxiété suscitée par les violences sexuelles ne doit pas être imputée à des groupes particuliers tout en ignorant la réalité globale de leur omniprésence.

Il est nécessaire de prendre conscience de la longue tradition de cette instrumentalisation politique de la violence sexuelle pour que les féministes et la société dans son ensemble puissent ramener les survivantes de la violence sexuelle et les cultures qui les favorisent au centre de ces discussions.

- Sara Rahnama est professeure adjointe d’histoire et directrice du programme d’étude du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à la Morgan State University, dans le Maryland (États-Unis). Elle est l’auteure de The Future is Feminist: Women and Social Change in Interwar Algeria (Cornell University Press). Ses articles ont également été publiés dans The Washington Post et The Conversation.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Traduit de l’anglais (original).

Sara Rahnama is an Assistant Professor of History and Director of the Program for the Study of the Middle East & North Africa at Morgan State University. She is the author of The Future is Feminist: Women and Social Change in Interwar Algeria (Cornell University Press). Her writing has also appeared in The Washington Post and The Conversation.
Middle East Eye propose une couverture et une analyse indépendantes et incomparables du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et d’autres régions du monde. Pour en savoir plus sur la reprise de ce contenu et les frais qui s’appliquent, veuillez remplir ce formulaire [en anglais]. Pour en savoir plus sur MEE, cliquez ici [en anglais].