Aller au contenu principal

Hollande estime que la réaction américaine au 11 septembre a accru la menace terroriste en France

L’État islamique a commandité les attentats de Paris qui ont tué 130 personnes en novembre 2015 et revendiqué le massacre de Nice qui a coûté la vie à 86 personnes en juillet
Le président français François Hollande (AFP/photo d’archives)

La réponse des États-Unis aux attentats du 11-septembre a accru plutôt que vaincu la menace, les conséquences de la guerre en Irak se faisant aujourd’hui sentir en France, a déclaré dimanche le président français François Hollande.

Dans un message publié sur Facebook en mémoire des victimes des attentats, Hollande a fait écho à une célèbre une du journal Le Monde au lendemain des frappes des avions-suicides.

« Oui, ce jour-là, nous étions tous Américains », a-t-il écrit.

Mais le dirigeant socialiste, dont le pays a été secoué par une série d’attaques depuis un an et demi, a également vivement critiqué la riposte américaine.

« Les réponses que l’administration américaine a apportées à ces attaques […] loin d’éradiquer la menace, l’ont élargie à un plus vaste espace. Et notamment en Irak », poursuit-il.

« Et si la France, avec Jacques Chirac, a refusé légitimement de se joindre à l’intervention [en Irak], et l’a même condamnée, elle n’en a pas moins été victime des conséquences du chaos qu’elle a engendré. »

Les remarques de Hollande sont considérées comme une allusion à l’essor du groupe État islamique (EI), qui est issu d’al-Qaïda en Irak.

L’EI, qui s’est plus tard étendu à la Syrie, a commandité ou revendiqué plusieurs attaques en Occident l’an dernier, notamment en France, qu’il a désignée comme une cible prioritaire.

Le groupe a commandité les attentats de Paris qui ont tué 130 personnes en novembre 2015 et a revendiqué le massacre de Nice, qui a coûté la vie à 86 personnes en juillet, comme l’œuvre de l’un de ses « soldats ».

François Hollande estime que chaque attentat sanglant est comme une répétition du 11-septembre, avec son lot de « vies ensevelies, ses destins brisés et ses familles endeuillées ».

Affirmant que la démocratie finira par triompher, il a appelé les peuples à ne jamais céder à la peur.

Le gouvernement français a réagi à la menace en déployant des milliers de soldats pour patrouiller les rues, en adoptant une série de lois anti-terroristes et en prolongeant à plusieurs reprises l’état d’urgence.

François Hollande n’a pas encore annoncé s’il se présentera pour un second mandat l’année prochaine, mais on s’attend largement à ce qu’il soit candidat en dépit de ses faibles résultats dans les sondages.

 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.