Aller au contenu principal

La majorité des juifs israéliens soutiennent la politique du « tirer pour tuer »

Une étude menée par l’Israel Democracy Institute montre que les juifs israéliens soutiennent majoritairement les actions de l’armée contre les Palestiniens
Un soldat israélien appréhende une Palestinienne à un check-point en Cisjordanie (AA)

Un think tank israélien a récemment publié les résultats d’une étude qui a révélé que la majorité des Israéliens soutiennent l’assassinat extra-judiciaire de Palestiniens accusés de perpétrer des attaques contre des Israéliens. Celle-ci a également montré qu’une plus grande majorité encore est favorable aux sanctions collectives sous la forme de démolitions des maisons des Palestiniens accusés d’avoir commis des crimes violents contre des juifs israéliens.

Le rapport, publié par l’Israel Democracy Institute, indique : « Une majorité de la population juive (57 %) craint qu’eux-mêmes ou quelqu’un d’important pour eux soit blessé dans la vague actuelle d’attaques. Néanmoins, 64 % des personnes interrogées déclarent ne pas avoir changé leurs habitudes quotidiennes – arrêter de prendre les transports en commun, modifier leurs habitudes d’achat – en raison des problèmes de sécurité. »

Malgré le fossé sans cesse croissant entre le nombre de Palestiniens tués dans l’actuelle intifada par rapport au nombre d’Israéliens, la cote de popularité de la police et des forces militaires d’Israël est stable et en leur faveur.

Le rapport indique que l’armée israélienne bénéficie de 93 % d’opinions favorables auprès des groupes juifs en Israël. La police obtient quant à elle 84,5 % d’opinions favorables auprès de ces derniers, les forces du Shin Beit 71 % et 55,3 % jugent favorablement la prestation globale du gouvernement dans la gestion des dernières violences.

Ce rapport, publié le 5 novembre, est intervenu juste avant un week-end particulièrement sanglant : deux Palestiniens ont fait l’objet d’exécutions extrajudiciaires, un autre a été gravement blessé et un policier israélien est décédé.

Lundi, les forces israéliennes ont abattu une Palestinienne de 24 ans qui tentait de perpétrer une attaque au couteau à un check-point de Qalqilya, une ville du nord de la Cisjordanie occupée.

Selon le site d’information israélien Ynet, la jeune femme avait sur elle une note : « Je fais cela avec lucidité. Je ne peux pas supporter ce que je vois et je ne peux pas souffrir plus longtemps. »

Au moins 77 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes depuis le début du mois d’octobre, la mort de plus de la moitié d’entre eux serait liée à des attaques au couteau. Les organisations internationales des droits de l’homme ont critiqué l’approche « brutale » d’Israël, plusieurs d’entre elles ont demandé à cet État de mettre fin à sa pratique d’« exécutions extrajudiciaires ».

Dans le même temps, en plus des attaques palestiniennes contre des militaires, policiers et civils israéliens, des Palestiniens et les forces israéliennes se sont affrontés quotidiennement dans les territoires occupés.

Al Jazeera a rapporté qu’une déclaration conjointe publiée par neuf ONG israéliennes le mois dernier dénonçait la politique du « tirer pour tuer » des forces israéliennes.

Traduction de l’anglais (original) par VECTranslation.