Aller au contenu principal

« L'ère de l'État palestinien est révolue » avec la victoire de Trump, selon un ministre israélien

Alors que Mahmoud Abbas affirme que les Palestiniens travailleront avec n'importe quel président américain élu, Netanyahou a qualifié Trump de « véritable ami d'Israël »
Naftali Bennett : « L'ère de l'État palestinien est révolue » (AFP)

BETHLEHEM, Cisjordanie occupée – Mercredi, le président palestinien Mahmoud Abbas a promis de traiter « avec tout président élu par le peuple américain » suite à la victoire choc de Donald Trump lors des élections de mardi aux États-Unis. Un ministre du gouvernement israélien a en revanche déclaré que « l'ère de l'État palestinien [était] révolue ».

Dans une déclaration publiée par son bureau mercredi, Abbas a annoncé que l'administration palestinienne à Ramallah « traiterait avec n'importe quel président élu par le peuple américain pour obtenir une paix permanente au Moyen-Orient basée sur la solution à deux États ».

En Israël, l’humeur était plus triomphante, le Premier ministre Benyamin Netanyahou qualifiant Trump de « véritable ami d'Israël ».

Le ministre israélien de l'Éducation, Naftali Bennett, a également déclaré que la victoire de Trump offrait à Israël la possibilité de revenir sur sa parole concernant la notion d’un État palestinien.

« La victoire de Trump est une occasion pour Israël de désavouer immédiatement la notion d'un État palestinien en plein milieu du pays, qui porterait atteinte à notre sécurité et à notre juste cause », a déclaré Bennett, qui préside le parti radical Foyer juif, en référence apparente à la Cisjordanie occupée.

« C'est la position du président élu... L'ère d'un État palestinien est révolue. »

Lors de l'ouverture de la séance plénière de la Knesset mercredi, son président Yuli-Yoel Edelstein a félicité Trump pour sa victoire aux élections présidentielles américaines.

« Nous sommes convaincus que l'amitié et l'alliance de longue date entre les États-Unis et Israël resteront solides pendant le mandat de M. Trump », a-t-il déclaré.

Moustafa Barghouthi, député palestinien et chef du parti al-Mubadara, a pour sa part déclaré qu'il ne voyait « aucune différence sérieuse » entre Trump et son adversaire vaincue, Hillary Clinton.

« Tous deux font partie de l’administration américaine en général et sont donc très biaisés en faveur d’Israël », a-t-il affirmé.

« Ce résultat est très clair – il devrait signifier aux Palestiniens que nous devons utiliser des méthodes différentes qui ne dépendent pas des États-Unis pour changer l'état de la Palestine.

« Je crois que l'élection de Trump permettra à d'autres forces internationales de s’impliquer au Moyen-Orient, étant donné que je ne pense pas que Trump puisse jouer un rôle constructif », a-t-il ajouté.

Le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a déclaré qu'il ne s'attendait à aucun changement dans la politique américaine après l'annonce de la victoire de Trump.

« Le peuple palestinien ne compte pas beaucoup sur un changement de la part de la présidence américaine parce que la politique américaine à l'égard de la question palestinienne constitue une politique cohérente fondée sur des préjugés », a déclaré mercredi le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri.

« Néanmoins, nous espérons que le président américain Trump réévaluera la politique [des États-Unis] sur la question palestinienne et la rééquilibrera. »

Traduit de l’anglais (original).

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.